Parrainez un enfant du Texas ! ou de Zurich, si vous préférez…

Vous pouvez parrainer un enfant non scolarisé ou malnourri au Texas (Etats-Unis), grâce à l’organisation « Save the children – US »

Vous pouvez aussi soutenir un programme de « Médecins du Monde », pour familles sans couverture médicale, à Fribourg ou à Zurich (Suisse).

Si ces offres vous intriguent, vous devriez consulter le rapport instructif de l’UNICEF sur « Les enfants pauvres dans les pays riches en 2005« , où l’on trouve des informations détaillées et rigoureuses sur la situation réelle de millions d’enfants concernés dans les pays de l’O.C.D.E. (« organisation internationale des pays industrialisés adeptes de l’économie de marché » ).

Les critères et les indicateurs de pauvreté peuvent évidemment varier d’un pays à l’autre, mais aussi d’une culture à l’autre :  » un enfant vivant dans une famille où cohabitent trois générations se voit allouer une part de chaque retraite perçue », etc…

 » Un enfant gravement privé de ressources du fait d’un parent toxicomane ou alcoolique ne sera pas catalogué comme indigent si le revenu de la famille dépasse un certain pourcentage du revenu médian; inversement, un enfant élevé avec amour par une famille à bas revenus qui fait de considérables sacrifices pour subvenir à ses besoins sera considéré comme vivant dans l’indigence ».

Par ailleurs, la mesure de la pauvreté en termes quasi-exclusivement monétaires et budgétaires ne rend pas compte d’autres réalités, comme l’exclusion, la vulnérabilité ou l’origine étrangère, lesquelles ne recoupent d’ailleurs pas nécessairement la pauvreté des revenus familiaux. Enfin, la pauvreté des enfants dépend aussi de l’affectation des parts de revenus affectés aux besoins des enfants d’une même famille, ce qui ne dépend pas directement des enfants eux-mêmes.

Mais toutes ces réserves figurant dans le rapport de l’UNICEF (p.6,7,10,14 et suivantes) n’en rendent que plus frappantes beaucoup d’informations (avec souces précises) hautement significatives :

Il s’avère :

– que « la conviction largement répandue que la pauvreté des enfants dans les pays riches diminue régulièrement ne correspond nullement à la réalité : la proportion d’enfants vivant dans l’indigence a augmenté dans 17 de 24 pays de l’O.C.D.E. dans les années 1990 » ;

– qu' »aucun pays de l’O.C.D.E. consacrant plus de 10 % du « Produit intérieur brut » (P.I.B.) aux dépenses sociales n’a un taux de pauvreté des enfants supérieurs à 10 %. Aucun pays consacrant moins de 5 % du PIB à de telles dépenses n’a un taux de pauvreté des enfants inférieur à 15 % ».

que «  les taux de pauvreté ne découlent cependant pas seulement de l’ampleur de l’aide publique, mais de la façon dont elle est dispensée «  : ne vaudrait-il pas « mieux d’Etat » plutôt que « moins d’Etat » ?

Il semble par ailleurs « que dans les années 1990, la plupart des pays de l’O.C.D.E. aient dévolu l’accroissement de l’aide sociale surtout aux retraites et à la santé » : doit-on en conclure que dans les pays riches, les « transferts sociaux » iront croissant vers les populations de retraités – qui votent et peuvent se constituer en « lobbies » – au détriment des investissements sur les nouvelles générations – qui ne votent pas ?

Il faut lire ce rapport de l’UNICEF : a-t-on les bonnes lunettes pour imaginer le croisement de deux courbes dans les 30 ans à venir : celle des trois miliards d’enfants à naître dans le monde pauvre, et celle du vieillissement accéléré de la population dans les pays riches ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :