Edmond Kaiser : d’un autre âge ?

« Le rêve est donné à ceux qu’une âme vigilante empêche de dormir. »

« L’âme n’est pas bête quand on ne l’encombre pas d’idées. »

« Au commencement, toujours par le tout petit bout. Du petit bout naîtra l’étoile, et de l’étoile naîtra une constellation. »

« Dès qu’on sait, il est impossible de ne pas faire. De toute façon, mieux vaut un piètre résultat, dans les limites de sa propre imperfection, que de ne rien faire du tout. »

« Pas besoin d’autorisation pour sauver des êtres. »

« Des siécles ou des millénaires passeront avant que ne passent les malheurs du monde : la transformation de l’homme, fût-elle réalisée, aurait l’inconvénient de ne pas ête héréditaire.
Désespoir permis, découragement interdit.
(…) Vous connaissez la définition du mot « larme » dans un dictionnaire des symboles ?  » Goutte qui meurt en s’évaporant, après avoir témoigné« .

« Rien n’est vain. Ce que l’on sème fleurira. Ne pas attendre la floraison ».

« Selon un fonctionnaire fédéral, « beaucoup d’oeuvres charitables traînent le syndrome Edmond Kaiser : on fonce sur le malheur, sur la petite communauté indigène mythique. C’est comme construire des châteaux de sable à un mètre de la mer : on peut continuer mille ans. »
Fruit probable de l’accouplement de deux robots, nous souhaitons connaître, sans masque, le nom et la personne du génie, du crétin ou salopard, auteur de ces propos. «  Haut fonctionnaire gouvernemental « , nous l’affourrageons chaque jour, il nous doit des comptes.
(…) Qu’est-ce qu’un indigène pour ce raciste-là ? On doit à ses semblables, pisseurs de vent sur les étoiles inaccédées, les cruautés permanentes impansées qui font le malheur de la majorité des enfants et des adultes de la terre. »

« Notre force, c’est de n’être rien du tout devant ces gens qui détiennent le pouvoir, nous pouvons donc les terroriser. Car l’attribut essentiel du pouvoir, c’est la trouille de le perdre. »

« En cognant sur la tête des grands, on fait du feu pour les petits. »

« Non pas écrire en écrivain, qui ne m’interesse pas, mais comme le bouleau frissonne sans préméditation ».


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :