Les « Unités de Bruit Médiatique » des élections

Entendu par hasard sur France-Inter ce samedi l’interview d’un consultant faisant état le plus sérieusement du monde de son outil de travail, appelé « U.B.M. » : les « Unités de Bruit Médiatique », en illustrant son propos de l’exemple récent qui a fait sauter les compteurs : la mobilisation des « Enfants de Don Quichotte » pour les « Sans Domicile Fixes » (à ne pas confondre, comme disait l’autre, avec les S.D.F. :  » Sans Difficultés Financières « …)

Après les sondages, les statistiques du chômage, et les chiffres de l’inflation, voici donc les Unités de Bruit Médiatiques, dernier-né des symptômes de notre société « Turbo », qui s’auto-alimente de ses représentations, images et campagnes de communication en tous genres.

Comme le demande Michel Bertrand dans le magazine « Réforme », s’agit-il d' »augmenter le son ou de proposer du sens « ?

On est impatient de voir ce qu’il en sera des UBM dans la campagne électorale qui commence : nous avons eu, jusqu’à présent, 3 petits chef-d’oeuvres de numéros médiatiques de gravitation particulièrement éhontés qui en disent long sur la gravité ( le « poids ») des discours politiques qui nous sont soumis.

On a d’abord vu pendant des mois un Jean-Pierre Chevènement, la paupière flasque mais les bajoues en goguette, tenter de nous convaincre de l’urgence républicaine, qu’il veut défendre haut et fort – et « jusqu’au bout », pour ensuite se rallier à Ségolène Royal, laquelle a donc fait le déplacement, mais qui a eu la décence de ne pas en rajouter dans la chaleur des retrouvailles. Quelques sièges de députés, voire un maroquin ministériel … et le ciel devient plus dégagé.

On a vu ensuite le félon Bruno Mégret se rallier à Le Pen, les deux s’étant copieusement insultés pendant des mois, sinon des années.

Enfin, le ralliement de Michèle Alliot-Marie à la candidature de Nicolas Sarkozy, ralliement de dernière minute avant le sacre du second, a fait l’objet d’une interview surréaliste sur France 2 : « Nicolas Sarkozy est le seul qui…. » etc,etc.

L’« Armée des Ombres » des « has been«  – et des futurs « has been » – qui font beaucoup de bruit médiatique pour ne pas disparaître, est un spectacle qui en dit long sur la pusillanimité des « professions de foi »… Au fond, la question n’est rien moins que métaphysique : « Etre – ou (risquer de) ne pas être ? »

Se reporter au billet précédent de ce blog : « Echauffement politique ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :