Babils de campagne présidentielle (3)

En vrac,
au gré des lectures de journaux
et des débats radios et TV :

D’abord un peu d’humour :

Dans « Charlie-Hebdo », un dessin de José Bové hurlant dans un micro :
« Monsieur Bayrou, vous n’avez pas le monopole du tracteur !!! »

Toujours dans « Charlie Hebdo », un kamikaze bourré de dynamite autour de la ceinture, proclame :
 » Je ne suis pas d’accord avec vos idées, mais mais je me ferais exploser pour que vous puissiez les défendre »…

Dans le « Canard Enchaîné », un dessin ou deux policiers entrent dans un atelier clandestin de couture et demandent à des Chinois :  » Que faites-vous ici ? »
Réponse des Chinois :  » On coud des drapeaux français ».

Entendu aussi (mais où ?) cette boutade attribuée à De Gaulle qui, agacé par l’intervention intempestive d’un ministre, l’interrompt ainsi :  » Dès que j’aurai besoin de votre avis, je vous le donnerai. »

Bon.

Ensuite ne manquez pas ces deux BLOGS :
« La Chronique du Roué »
, qui raconte au quotidien la campagne électorale dans un langage qui rappelle la « Chronique du Roi » laquelle, du temps de la présidence de De Gaulle, racontait la semaine politique comme si elle s’était déroulée sous Louis XIV. Drôle, fin, pertinent, et souvent irrésistible.

« www.bicyclette2007.com » : chronique quotidienne d’un journaliste qui aparcouru les villages français à vélo et interrogé des gens … qui n’ont jamais la parole. Emouvant, drôle, du « brut de brut » qui donne une idée de la manière dont ces gens simples et respectables donnent leurs impressions sur les candidat-e-s en fonction de leur situation et de leur vie quotidienne.

Pour le reste – si l’on peut dire – et toujours en vrac :

1 – Plus la date de l’élection approche, plus apparaît le sentiment que le choix de beaucoup d’électeurs-trices se fera sur la « personne capable » et sur les risques supposés, alors que jusqu’à présent, elle se faisait sur l' »offre politique » (comme disent les commentateurs) des idées et les programmes.
D’abord, parce qu’aucun-e des candidat-e-s n’a été ni Président-e, ni Premier Ministre : il s’agit vraiment du choix d’une nouvelle génération et d’une vision d’avenir que chacun-e prétend représenter.
Mais avec toujours cet adage incontournable : « au premier tour on choisit, au deuxième tour on élimine ».
Ensuite, parce que tout le monde sent bien que, quel-le que soit l’élu-e, la « fenêtre d’innovation » se refermera au bout d’un an, et que le reste du mandat consistera à être réactif plutôt qu’actif, même si les « réactions » seront différentes selon l’élu-e.

2 – De plus, tout le monde à le sentiment que, dans la campagne, il y a beaucoup plus de stratégies que de convictions : la gauche embrasse le drapeau et chante la « Marseillaise », la droite égrène le chapelet des « trains de mesures » pour chaque catégorie socio-professionnelle, et le centre fantasme… puisqu’il sait que c’est en son sein que se gagne toute élection.
Tiens ! Ségolène Royale annonce subitement une « VI ème République » ??? Comme Bayrou, alors que cet objectif avait été rejeté par le programme du Parti Socialiste ?

Extrait d’un article de « Libération »(31.03.07) où le correspondant chinois (d’un quotidien de Shanghaï) à Paris étale sa perplexité:
« (…) Un Sarko qui cite Jaurès, une Ségo qui prône l’encadrement mlitaire des jeunes délinquants, un certain Schivardi d’extrême-gauche qui, sur l’Europe, rejoint l’extrême-droite de Le Pen, je perds franchement tous mes repères… Et je compatis avec les quinze millions d’indécis, qui ont de quoi l’être.Que la plupart des candidats à la présidence de la cinquième puissance du monde ne connaissent ni la Chine ni l’Inde est quand même ahurissant ! Le seul à mettre la mondialisation au coeur de son programme, c’est le monsieur altermondialiste, José Bové… (…) Les Chinois n’ayant pas encore la chance d’élire leur leader, ils ne connaissent certes pas le jeu de la démocratie. Mais à suivre votre excellent feuilleton électoral, vient le soupçon que, dans la démocratie élective, dire toute la vérité aux électeurs, c’est perdre toute chance d’être élu.(…)

3 – Les incidents de la Gare du Nord : le fin-mot de l’affaire ? A l’approche de la date du vote, ce ne sont moins les discours qui comptent que les intuitions et les instincts.
Si la marge des indécis n’était – in fine – que de 2 ou 3 % d’électeurs, l’instinct de sécurité fera pencher le curseur « du bon côté »…
Et tous ceux qui hurlent à la peur de voir ces évènements favoriser Le Pen savent parfaitement que tout sentiment d’insécurité, basé, non sur des discours, mais sur des évènements réels, profitera (« vote utile ») à celui qui ne se cache pas de séduire les votes d’extrême-droite.

Nul soupçon inutile de complot dans cette affirmation : il y a assez de groupuscules et d’officines du côté de celui qui a « tenu » le Ministère de l’Intérieur, jusqu’à la dernière minute (de décence…), pour créer des situations que le candidat n’a plus qu’à commenter, en toute liberté et sérenité, comme il se doit. Et le tour est joué.

4 – L’« incendie sondagier Bayrou » révèle une aspiration, authentique et largement répandue, au « consensus obligé » de la classe politique face à la gravité de la situation économique et sociale en France. Mais la proximité immédiate des élections législatives pose la question de savoir avec quelle majorité le candidat pourrait, dès le mois de juin, gouverner avec un minimum de cohérence, pendant cinq ans.
Le projet est sincère et authentique, voire souhaitable, mais irréalisable. Mais le quinquennat quasi-concomitant des présidentielles et des législatives le torpille à l’avance, dans la mesure où l’électeur souhaite donner une majorité au président élu pour ne pas se contredire et ne pas déboucher sur une nouvelle cohabitation conflictuelle.
Dans le cas Bayrou, une majorité durable avec qui ? Comment voter Bayrou sans le savoir ?

5 – Les sondages nous pompent l’air… Toujours pas compris comment certains sondages qui travaillent sur des interviews téléphoniques partiels (combien refusent de répondre ? ou sont absents ?) affichent chacun leur pourcentage d’abstentions (de 6 % chez CSA à 21 % chez IFOP – voir les sondages de ce jour.)
On en vient à rêver que les sondages s’accordent à donner 20 % d’intentions de vote à chacun-e des 4 candidat-e-s en tête et laissent les Français voter sur autre chose que la tactique d’élimination dès le premier tour en spéculant sur le deuxième tout.
On s’est fait rouler par les sondages en 2002, on ne nous la refera pas…

6 – On en apprend de belles dans cette campagne…. Le candidat Bayrou, en déplacement aux Antilles, nous apprend que  » les statistiques du chômage en France n’incluent pas les chômeurs des Départements et Territoires d’Outre-mer » ???
Les Iliens sont bien braves d’aller voter…

Advertisements

3 commentaires pour Babils de campagne présidentielle (3)

  1. sur les émeutes de Gare du Nord: etes vous sérieux lorsque vous soupçonnez des « officines du ministère » comme à l’origine de ces émeutes????? On voit que vous ne devez pas passer beaucoup par la Gare du Nord pour énoncez une telle hypothèse. Admettons que ce sont des connards qui ont fait ces émeutes et point. A qui ça profitera, on verra bien, mais arrêtons de croire qu’on est dans X-Files….
    cordialement.

  2. berdepas dit :

    Pour faire plusieurs fois par an le voyage entre Paris et Bruxelles, je ne suis pas surpris par ce qui s’est passé Gare du Nord. La traversée du couloir de metro jusqu’au hall de le Gare est angoissante. Mines patibulaires, d’une faune qui vous provoque du regard, petits trafics dans les coins,annonces au micro recommandant de veiller à ses bagages,etc…
    Il y a là une hyper concentration de voyous en puissance, et à la recherche d’un mauvais coup.
    Quelle différence d’ambiance avec la Gare du Midi, en arrivant à Bruxelles !!!!!
    Sarko va avoir du boulot, s’il est élu…

  3. argoul dit :

    Le père François nous fait le coup du populisme à chaque fois. Cela fait des décennies que le chômage des DOM-TOM n’est pas compté. Pourquoi ? Cela tient à la tenue hier du Franc : les statistiques étant sur comparaisons européennes et les économies exotiques très différentes de la continentale, il y aurait eu « distorsion de perspective » à amalgamer les îles du Pacifique ou des Antilles aux régions et provinces d’Allemagne ou d’Italie. Certes, depuis l’euro, cela a beaucoup moins d’importance et aurait pu être changé. Pas de « complot » là-dedans – mais un coup de pub comme « le tracteur », « supprimez l’ENA » et « les medias aux ordres ». Bayrou fait ce qui marche, comme un vulgaire Le Pen, comme Sarkozy et Ségolène. Il n’a rien de plus « vertueux » que les autres. Etre critique envers TOUS les candidats est de salubrité publique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :