Queue de comète d’une élection présidentielle

Le cauchemar s’éloigne peu à peu, d’une soirée électorale pitoyable et désespérante.
Quelques impressions qui apparaissent avec le recul :

Le bulldozer de Nicolas Sarkozy, préparé et mis au point depuis quelques années, renforcé par un moteur-turbo de sondages à répétition (et le moteur des sondages était bien dans le bulldozer) a parfaitement fonctionné, avec un carburant composé successivement de thèmes savamment choisis et planifiés dans l’agenda selon les enquêtes thématiques dans l’opinion publique (on a changé de thème tous les deux ou trois jours). Et le style bulldozer, c’est : « plus c’est gros, plus ça passe. »

En face, Ségolène Royal, candidate de type « heureuse surprise« , qui a fait preuve d’une dignité et d’une obstination remarquables, était malheureusement contrainte au « pas de deux » difficilement – en tout cas insuffisamment – convaincant : comment se démarquer de la machine du PS sans laquelle elle ne pouvait pourtant en aucun cas gagner ?
La personne de Ségolène Royal n’est nullement en cause, bien au contraire, et on peut raisonnablement douter que Fabius ou Strauss-Kahn, qui l’ont soutenue par pure forme, auraient pu atteindre ce score, même perdant, de 47 % au 2 ème tour de l’élection.

Dans son programme, Ségolène Royal a quand même émis des propositions inutiles et peu crédibles : les « jury-citoyens » ? le peuple ne demande pas de nouveaux droits, il demande à ne pas perdre ceux qui sont acquis, à commencer par le travail… Les « référendums d’initiative populaire » ? L’exemple suisse, pourtant largement vanté, n’est sûrement pas la solution.
Par ailleurs, certaines postures et certains discours, trop personnalisés, trop émotionnels ou affectifs, l’ont desservie. Et l’inévitable « danse du ventre » vers le Centre au deuxième tour a été fatale : elle perdait en électorat de gauche ce qu’elle tentait de gagner au Centre.

La démarche de François Bayrou était, contrairement à ce qui lui a été reproché, parfaitement logique… mais dans une autre logique que celle de l’affrontement de blocs qui ont successivement échoué dans les décennies passées.
Son discours de Bercy était limpide et construit sur un bon sens dont les blocs de gauche et de droite se sont abstraits, obsédés par le souci de produire les coups de massue destinés à abattre l’adversaire et non plus à s’adresser au peuple.
La démarche et le discours de F.Bayrou illustraient parfaitement la phrase de J.F.Kennedy :  » Les problèmes apparents sont toujours en retard sur les problèmes réels ».

Toujours est-il que les 44 millions de passagers ont choisi démocratiquement et incontestablement le pilote Sarkozy.
Nous sommes tous dans l’avion. Il va falloir faire avec.
Il faut souhaiter que l’avion arrive à bon port, même si ce n’est pas le trajet que nous avions choisi.
Mais au moindre écart de valeurs, il risque d’y avoir des turbulences dans l’avion, et pas seulement à l’extérieur.

A la faveur de voyages aux attentes interminables dans les aéroports, l’Abrincate a lu le livre de F.O.Giesbert  » La tragédie du Président «  (Ed. Flammarion – Coll. « J’ai lu »).
Livre captivant sur le parcours de Chirac entre 1986 et 2006 : quoiqu’on pense de son action, il faut reconnaître à ce type de personnages une carapace de crocodile, une mémoire d’éléphant, une indifférence aux attaques ciblées, une résistance à la pression. Mais aussi leur part d’humanité. Comment ces personnage-là arrivent- ils à dormir ?

Quelques citations en vrac, extraites du livre pour éclairer, avec une lampe de poche, la manière dont fontionne « la politique« :


« On gagne, et puis on voit. »
(Napoléon)

 » La France est un pays qui cultive le courage de l’indignation, la passion de la révolution et l’intelligence de rester tranquille. » (B. Mortemar)

« La droite, c’est la haine. » (Simone Veil)

« Le flatteur est toujours un inutile qui prend des assurances.
On ne perd rien à s’en séparer. On gagne même du temps. »

 » Qu’est-ce qu’un homme politique ? C’est être capable de dire à l’avance ce qui va arriver demain, la semaine prochaine, le mois prochain et l’année prochaine. Et être capable, après, d’expliquer pourquoi rien de tout cela ne s’est produit. » (W.Churchill)

« Si Alain Juppé continue à baisser comme ça dans les sondages, il va finir par trouver du pétrole. » (A. Santini)

 » Mon problème, c’est que j’ai une tête de candidat à tout. » (N.Sarkozy)

 » Je suis prêt. J’ai été assez longtemps en bas. C’est dans la vallée qu’on emmagasine la chlorophylle et construit l’énergie que l’on consommera en haut de la montagne. Il ne faut jamais arriver en hélico au sommet. Après, on se plante. J’ai eu le temps de me préparer, et franchement je ne désespère pas. » (N. Sarkozy – 2005)

 » Quand on fait la politique de ses adversaires, on perd ses électeurs et on ne gagne pas un seul de ses adversaires. » (N.Sarkozy)

 » Ceux qui ne peuvent pas supporter d’être haïs ne doivent pas faire de la politique.
Il n’y a pas de destin sans haine. »
(N.Sarkozy)

 » En politique, il faut donner ce qu’on n’a pas et promettre ce qu’on ne peut donner. » (Louis XI)

 » J’ai un principe simple en politique étrangère. Je regarde ce que font les Américains et je fais le contraire. Alors, je suis sûr d’avoir raison. » (J.Chirac)

 » Il n’y a pas de problème si complexe qu’une absence de solution ne finisse par régler. » (Queuille)

« On est plus souvent dupé par la défiance que par la confiance ».
(Cardinal de Retz)

 » Il ne faut jamais redonner une chance à quelqu’un qui vous a trahi. Il vous trahira toujours une deuxième fois. Pas par vice, non, simplement, parce qu’il aura besoin de se prouver à lui-même qu’il avait raison la première fois. » (R.Hersant)

 » L’excès de sommeil fatigue. » (Homère)

 » Si vous voulez vivre longtemps, vivez vieux. » (Erik Satie)

 » L’ambition individuelle est une passion enfantine. » (Ch. De Gaulle)

 » La gloire se donne seulement à ceux qui l’ont toujours rêvée. » (Ch. De Gaulle)

 » Face à l’évènement, c’est à soi-même que recourt l’homme de caractère. » (Ch. de Gaulle)

 » Tout ce qui ne vous abat pas vous renforce. » (F.Mitterrand)

 » On est toujours le fils de ses oeuvres. » (Cervantès)

 » A force d’aller au fond de tout, on y reste. » (H.Taine)

 » Il est des périodes – où nous sommes – où il convient de se méfier du « moins d’Etat » qui glisse au « plus d’Etat du tout« , alibi des affaires qui ne supportent pas la lumière du jour, incitation aux razzias officielles sur le patrimoine national. » (F.Mitterrand)

 » Il y a des services si grands qu’on ne peut les payer que par l’ingratitude. »
(Alexandre Dumas)

 » Une idée que j’ai, il faut que le la nie : c’est ma manière de l’essayer.(…)
Réfléchir, c’est nier ce que l’on croit. »
(…)
Rien n’est plus dangereux qu’une idée, quand on n’a qu’une idée. »

(Alain)

 » On ne frappe pas un homme à terre, il risque de se relever. » (A.Roussin)

 » Le succès efface tout, les bêtises comme les mensonges. »
(A. Merindolus)

« Un mensonge peut faire le tour de la terre, le temps que la vérité mette ses chaussures. » (Mark Twain)

 » La vérité n’est jamais amusante. Sans cela, tout le monde la dirait. » (M.Audiard)

« Le scandale du monde est ce qui fait l’offense, et ce n’est pas pécher que pécher en silence. » (Molière)

 » L’économie, science inexacte par excellence, est dominée par une dynamique, et non par les lois de la mécanique. »

Charles Péguy, à propos du complexe de supériorité des Français, fait dire à Dieu :  » C’est embêtant. Quand il n’y aura plus ces Français, il y a des choses que je fais, et il n’y aura plus personne pour les comprendre. »

 » La maison n’est pas fondée sur le sol, mais sur la femme. » (Proverbe albanais)

 » Amitié de cour, foi de renards, société de loups. » (Chamfort)

A un adversaire politique qui lui disait :  » Pourquoi dites-vous à tout le monde que je suis un imbécile ? Je ne suis pas plus bête qu’un autre », Clémenceau répondit :  » Où est l’autre ? « 

 » Il devient sourd quand il n’entend plus parler de lui. «  (Talleyrand à propos de Chateaubriand)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :