L’Afrique pillée de tous les côtés

D’abord une petite diapo anecdotique :
Le 29 octobre dernier à 15 h 30, à l’Elysée, le Président de la République a reçu son homologue de la République Islamique de Mauritanie, Son Excellence Mr Sidi Ould Cheikh Abdallahi, lequel avait été accueilli à Paris la veille, à sa descente d’avion, « par le Sous- Secrétaire d’Etat à l’Environnement », selon un journal mauritanien (« L’Authentique » du 30.10.07) . Comme on ne trouve pas cette fonction dans l’organigramme du gouvernement, on suppose que Madame Kosciusco-Morizet s’est attelée à la tâche.
Espérons qu’elle en a profité pour lui demander comment, dans le désert, on vit avec presque rien.

Avis de décès : la disparition d’Air Mauritanie
Extrait du journal mauritanien « Nouakchott Echos » du 18 .09.07 :

(…) Autre scandale qui secoue également aujourd’hui la Mauritanie démocratique, l’affaire des deux avions d’Air Mauritanie, immobilisés à l’aéroport de Paris, sur plainte d’une compagnie aérienne américaine qui réclame plus de 1 milliard d’euros d’arriérés. Qui est responsable ? Les principaux directeurs généraux de cette compagnie, à qui l’on faisait croire que la compagnie était une simple prébende qu’il fallait piller sans crainte. La preuve, Air Mauritanie, a toujours été confiée à des personnes souvent en dèche que les pouvoirs politiques successifs cherchent à caser, le temps qu’ils se tapent un bon embonpoint financier. C’est dans ce même élan philanthropique, que l’Etat offrit successivement à deux anciennes personnalités qui sortaient de prison, fauchées comme Job, les caisses de l’établissement qu’ils ne se gênèrent pas de dépouiller.. (…) Chaque fois qu’Air Mauritanie touchait le fond, l’Etat, sans demander de comptes aux gestionnaires, se précipitait pour lui insuffler vie en lui injectant quelques milliards d’ouguyias (monnaie mauritanienne) généreusement extorqués au près du pauvre contribuable mauritanien. Résultat, la compagnie était devenue un zombie que l’on maintenait en vie en suçant les caisses de l’Etat. En fin de compte, Air Mauritanie,, c’était plutôt une affaire de prestige que de productivité ou de compétitivité. Les victimes étaient toujours le personnel que l’on compressait, que l’on pressurait, que l’on jetait dans la rue, en cas de crise, alors que les premiers responsables gardaient leurs postes et leur butin.(…) Aujourd’hui encore, l’impunité qui entoure l’affaire des avions immobilisés à Paris, une honte pour tout le pays, risque d’être complète.(…)

Avis de privatisation :
La Mauritanie est connue pour ses mines de fer de Zouerate, d’où part le « train le plus long du monde » (200 wagons par train sur 600 kms) qui conduit le minerai de fer au port de Nouadhibou. Depuis 1974, l’activité est gérée, par une société d’Etat, la SNIM (Société Nationale Industrielle et Minière) dont la gestion calamiteuse oblige à préparer sa privatisation. Elle représente environ 15 % du P.I.B. du pays et emploie actuellement 4208 travailleurs, sans compter environ 3000 emplois indirects
Où l’on reparle d' »Arcelor-Mittal », la société indienne qui rachète tout ce qui lui tombe sous la main.

Extrait de « Challenge » du 22.10.07 :

« Ismaël Ould Amar, ancien directeur de la SNIM, a vivement contesté samedi l’éventuelle ouverture du capital de l’entreprise et la possible cession d’actifs en faveur de la société minière Arcelor-Mittal. (Il) estime que la SNIM  » maîtrise parfaitement les techniques de recherche géologique et minière, les méthodes et procédés d’exploitation des mines à ciel ouvert, la gestion et l’entretien de son chemin de fer et de son port. Mittal ne peut rien apporter à la SNIM dans son domaine d’expertise minière ». Considérant l’apport technologique de Mittal comme nul, l’ancien Directeur général met également en doute l’intérêt financier d’une telle opération. La cession, selon lui, ne devrait pas dépasser 200 millions de US Dollars. Il pose alors la question de la destination d’une telle enveloppe, versée au Trésor Public, (qui) sera mise à disposition du gouvernement pour qu’il la consomme en salaires et achats divers de biens et services.(Il) qualifie une telle option de  » bêtise qu’aucun député ne peut accepter : tuer sa vache laitière pour la consommer en une seule fois et rester tout le temps sans revenu provenant de l’investissement initial. Ceci est contraire à la philosophie économique des nomades que nous sommes ».
Par ailleurs, l’ancien DG attribue la responsabilité de la situation actuelle de l’entreprise aux différents régimes militaires, dont les dirigeants  » ont imposé des contraintes administratives et fiscales. » Il a notamment accordé une attention particulière aux années 1992-2003, période pendant laquelle la SNIM fut intégrée « dans un système de corruption généralisée« .

Moralité : si c’est l’Etat qui « gère », la corruption gangrène l’entreprise.
Si on la privatise, une multinationale la rachète…. au prix qu’elle veut bien l’acheter. C’est du cash pour le gouvernement pour une durée limitée : et les futurs profits seront exportés en même temps que le minerai.
Dans les deux cas, le peuple mauritanien paiera – en nature bien entendu.

Avis de poursuites :
Du pétrole a été trouvé en Mauritanie il y a quelques années, ce qui a suscité un espoir des ressources durables pour l’avenir du pays. L’exploitation a été confiée dès le départ à la société australienne Woodside, qui a décidé de se retirer (il n’y aurait que 20 000 barils/jour au lieu des 100 000 barils/jour escomptés …parce que les forages auraient été mal placés !)

Extraits de « Lumière du Nord » du 28.10.07 :

« Un pool de 6 entreprises mauritaniennes réclame 7 millions de dollars à la compagnie pétrolière australienne Woodside en se fondant sur  » des factures non honorées relatives à des prestations de service (main-d’oeuvre portuaire, douanière, impôts,etc.) « . La Chambre commerciale du Tribunal de Nouakchott a rendu mercredi dernier une ordonnance de saisie-arrêt sur les comptes de l’opérateur pétrolier australien, ouverts dans toutes les banques de la place, bloquant un montant liquide évalué à 800 millions de francs CFA. Cette mesure a un  » caractère purement conservatoire « .
Woodside conteste la validité de la dette,  » dénonce un chantage et estime avoir toujours réglé ses factures « .
(…) Les avocats de Woodside pointent du doigt une action en justice  » qui pose le problème de la sécurité de l’investissement » dans un pays qui affiche la volonté et l’ambition d’offrir un environnement juridique sécurisant aux investisseurs étrangers. »

P.S. qui n’a rien à voir :

Notre chapitre sur l’immigration clandestine :

09.11.07 : la police de Sierra Leone a arrêté 41 étrangers pour infractions aux lois sur l’immigration, dont des Britanniques, des Libanais, des Chinois, des Indiens et des Pakistanais.
Commentaire de l’autorité du Sierra Leone :  » L’afflux d’étrangers dans ce pays riche en diamants est un problème pour le gouvernement et je considère leur présence comme une menace pour la sécurité de la Nation ».

06.11.07 : 45 émigrants sénégalais sont morts de faim et de soif pendant leur tentative de rejoindre les Canaries, et ont été jetés par dessus bord par les 98 survivants qui ont échoué sur les côtes mauritaniennes. Parmi les morts, le capitaine du bateau qui s’est noyé en tentant de réparer la panne de moteur.

Publicités

One Response to L’Afrique pillée de tous les côtés

  1. […] ” L’Afrique pillée de tous les côtés ” ou encore : “Arche de Zoé : la désobéissance civile par le mensonge ?” ou encore : ” Des rats dans la Françafrique “ et enfin : ” Loi africaine sur l’immigration des ressortissants français “ […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :