Dangereux nucléaire iranien et bon nucléaire lybien ?

Ayant envoyé un email sur le site de la Présidence de la République Française avec la question suivante :

« Monsieur le Président de la République,

Comment peut-on soutenir de manière unilatérale les menaces formulées par les USA contre l’Iran et son programme nucléaire, tout en vendant, simultanément, des centrales nucléaires civiles à cet histrion de Khadafi, et à d’autres quasi-dictatures, sans pouvoir s’assurer qu’ils ne l’utiliseront pas à des fins militaires ? « 

l’Abrincate a donc reçu, une dizaine de jours plus tard, la réponse suivante (version intégrale) :

 » Cher Monsieur,

Votre message est bien parvenu au Président de la République française.

Chargé de vous répondre, je puis vous assurer qu’il a été pris connaissance de vos réflexions au sujet de l’attitude de la France à l’égard du programme nucléaire iranien, qui constitue, comme le Chef de l’Etat a eu l’occasion de le souligner devant l’ensemble des Ambassadeurs de France à l’étranger, réunis à Paris le 27 août dernier, la crise la plus grave qui pèse sur l’ordre international.

Comme vous le savez, l’action de la France s’inscrit dans le cadre des efforts diplomatiques que met en oeuvre, depuis 2003, la communauté internationale pour amener les autorités iraniennes à répondre aux graves préoccupations suscitées par le programme iranien d’enrichissement de l’uranium, poursuivi en violation de neuf Résolutions du Conseil des Gouverneurs de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA) et de trois Résolutions du Conseil de Sécurité des Nations Unies (Résolutions 1696,1737 et 1747), les deux dernières ayant été adoptées à l’unanimité.

Si des nations du monde entier ont approuvé ces résolutions, c’est parce qu’elles partagent une même inquiétude à l’égard d’un programme dépourvu de toute rationalité économique et dont la finalité civile ne peut être établie.

La priorité de la France est que des négociations sérieuses puissent s’engager avec les autorités iraniennes. Mais faute de réponse de l’Iran aux demandes répétées du Conseil de Sécurité des Nations Unies, en particulier sur la suspension de ses activités nucléaires sensibles, la communauté internationale n’a d’autre choix que de prendre des mesures additionnelles à celles déjà adoptées par les deux dernières Résolutions du Conseil de Sécurité, comme la Résolution 1747 nous l’impose.

Personne ne conteste le droit de l’Iran aux usages pacifiques de l’énergie nucléaire s’il respecte pleinement ses engagement de non-prolifération. Comme le Président de la République l’a rappelé à la tribune de l’Assemblée Générale des Nations Unies, la France souhaite promouvoir le développement responsable de l’énergie nucléaire dans le monde et, plus que tout autre, elle est prête à établir des partenariats dans ce domaine avec les pays qui respectent pleinement leurs engagements internationaux. Beaucoup de pays du Maghreb, au Proche et au Moyen-orient se tournent ainsi aujourd’hui vers elle pour bénéficier d’une coopération pour l’installation de capacités électro-nucléaires.

Sachez également que les propositions de coopération que la France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne, rejoints par les Etats-Unis, la Russie et la Chine, avaient remises à l’Iran en juin 2006 prévoyaient notamment, en cas d’accord, une coopération ambitieuse en matière électronucléaire. Le paradoxe de la situation actuelle est que le refus de l’Iran de suspendre des activités, qui n’ont pas aujourd’hui la moindre justification civile, l’empêche de bénéficier d’une véritable coopération dans le domaine de l’énergie nucléaire. Si l’objectif de l’Iran est effectivement d’accéder à l’énergie nucléaire et d’exercer pleinement ses droits au titre du traité de Non-Prolifération(TNP), il lui suffit de rendre confiance à la communauté internationale sur la finalité de son programme nucléaire en répondant pleinement et sans délai aux questions que formule l’AIEA depuis plusieurs années, en suspendant ses activités nucléaires sensibles et en mettant en oeuvre le protocole additionnel de l’AIEA.

L’esprit de cette politique est précisément d’éviter, pour reprendre les termes employés le 27 août 2007, que nous soyons confrontés au choix catastrophique entre la bombe de l’Iran et le bombardement de l’Iran. Les Etats-Unis eux-mêmes, auxquels sont souvent prêtées des velléités d’intervention, reconnaissent que cette stratégie, alliant disponibilité au dialogue et adoption de pressions dans un cadre multilatéral, est la seule susceptible de donner à cette crise une issue favorable. Je vous rappelle en particulier, que les Résolutions 1737 et 1747 du Conseil de Sécurité des Nations Unies sont placées sous l’article 41 de la Charte, qui exclut le recours à la force.

Bien cordialement.

Le Chef de Cabinet
Cédric GOUBET « 

—————————————–

Commentaire :

1 – Sur la forme, il n’est pas indifférent de savoir que lorsqu’on pose une question au Président par le site Internet de l’Elysée, on peut recevoir une réponse argumentée et substantielle (qu’on l’approuve ou non), et pas seulement un accusé de réception du type « nous avons pris bonne note« … etc

2 – Sur le fond :

– on peut comprendre et accepter qu’un nouveau pouvoir s’estime lié par des engagements précédents au niveau international. Quoique d’aucuns se sont fait élire en invoquant la « rupture » avec le président sortant;
– mais alors, si on promeut, urbi et orbi, le vente de technologie nucléaire civile, il serait pertinent de rendre publique la clause qui stipule que cette coopération nucléaire ne sera en aucun cas l’occasion de la détourner vers des fins militaires, ce dont précisément on soupçonne l’Iran. Surtout quand le client s’appelle Khadafi
– on se souvient de ce qu’il est advenu de la centrale nucléaire Osirak vendue par la France au régime de Saddam Hussein dans les années 1975 par son ami, le président Chirac.
– si le nucléaire iranien est « la crise la plus grave qui pèse sur l’ordre international« , qu’en sera-t-il alors du nucléaire lybien ?
– on sait aussi que malheureusement, derrière les accords et contrats officiels, grouillent quantité d’officines plus ou moins occultes, voire mafieuses, de vente d’uranium et de technologies diverses permettant de passer du civil au militaire.
Voir à ce sujet ce site sur le professeur Abdul Qaader KHAN, père de la bombe pakistanaise.

Publicités

4 Responses to Dangereux nucléaire iranien et bon nucléaire lybien ?

  1. Biveghé kevin dit :

    Quels sont les bons et mauvais amis de la technologie, aujourd’hui

  2. zino dit :

    Energie Nucléaire : Le droit du nucléaire iranien
    En 1950, le shah d’Iran, Mohammed Réza Pahlavi, avec l’aide des Etats-Unis, posa le premier jalon d’une véritable industrie du nucléaire iranien. En Iran, l’énergie nucléaire est considérée comme nécessaire pour une nation s’industrialisant rapidement et une population à forte croissance démographique (une population qui se voit doubler en 20 ans).

    « Le pétrole est un matériau noble, de bien trop de valeur pour qu’on le brûle… Nous envisageons de produire, aussitôt que possible, 23 000 mégawatts d’électricité en utilisant des centrales nucléaires », disait le shah en 1974. Les ressources fossiles énergétiques devant se tarir un jour, leur remplacement devient une urgence pour assurer la continuité du développement. L’Iran soulève aussi la question financière, soutenant que développer la capacité de son industrie pétrolière coûtera plus de 40 milliards de dollars, cette opération de substitution optant pour l’électronucléaire ne coûtera seulement qu’une fraction de cette somme, tout en dégageant un surplus de pétrole pour satisfaire la demande mondiale croissante de pétrole et diminuer la facture de la consommation nationale en hydrocarbures.

    Aussi, l’Iran importe une grande partie de son énergie électrique et de son essence qui lui coûtent très cher, bien qu’elle possède d’autres ressources énergétiques non valorisées et des moyens pour se soulager. D’autre part, la production de l’électricité nucléaire est propre, il n’y a pas d’émission de CO2 dans l’atmosphère ; elle est en outre recommandée par le protocole de Kyoto. La nécessité pour l’Iran de produire une partie de son énergie domestique par le nucléaire civil a été comprise par l’opinion mondiale et approuvée par les Etats-Unis, et ce, depuis 1950. Un programme nucléaire de coopération civile a été signé en 1957 avec les Etats-Unis dans le cadre du programme « Atoms for Peace ». Le shah, à cette époque, gouvernait l’Iran, le régime apparaissait suffisamment stable et amical envers l’Occident pour que la prolifération nucléaire ne devienne pas une menace. Deux années plus tard, en 1959, est créé le Centre de recherche nucléaire de Téhéran (CRNT), opéré par l’Organisation de l’énergie atomique d’Iran (OEAI). Le CRNT était équipé d’un réacteur nucléaire de recherche fourni par les Américains, il est opérationnel depuis 1967. D’une puissance de 5,5 mégawatts, il fonctionne à l’uranium hautement enrichi, pouvant (avec le temps) produire assez de plutonium pour fabriquer une bombe atomique. L’Iran a signé le traité de non-prolifération nucléaire en 1968 et l’a ratifié en 1970. Elle prévoyait de construire 23 centrales nucléaires pour produire 6000 mégawatts, afin de couvrir ses besoins en électricité qui sont évalués à 23 000 mégawatts en 2010.

    Le droit de l’Iran d’utiliser l’énergie nucléaire civile et pacifique

    L’Iran a ratifié le traité de non-prolifération nucléaire en 1970, ce qui l’engage a ne pas fabriquer ou se procurer d’armes nucléaires. Les responsables de l’AIEA sont soudoyés par l’Occident et Israël, pour empêcher l’Iran et les pays arabes, coûte que coûte, d’accéder à la technologie de l’énergie nucléaire civile, car arrivés là, ils seront à deux doigts de l’arme nucléaire. Des tonnes d’uranium hautement enrichi ont disparu des stocks européens et russes pour alimenter le marché parallèle du nucléaire, sous la complicité de l’AIEA. La fin de la guerre froide, le démantèlement des armes nucléaires, la dissolution du pacte de Varsovie, l’envoi à la casse des sous-marins nucléaires russes ont mis sur la rue de grandes quantités d’uranium enrichi prêt à l’emploi et des composants d’armes nucléaires.

    Il serait plus discret et plus économique de se procurer une bombe atomique au marché aux puces que de peiner pour la fabriquer sous le mauvais regard de l’AIEA. Quant à l’additif au Traité sur la non-prolifération (TNP) de 1968, il stipule que rien de ce traité ne devait être interprété comme affectant le droit inaliénable de toutes les parties du traité à développer la recherche, la production, et l’utilisation de l’énergie nucléaire à des buts pacifiques, sans discrimination et en conformité avec les articles I et II de ce traité. Toutes les parties, du traité sous-entendu, ont le droit à la facilité et l’échange des équipements, de matériel, d’informations technologique et scientifique le plus large possible afin d’utiliser pacifiquement l’énergie nucléaire. Les parties du traité en position de le faire devront aussi coopérer en contribuant seuls, avec d’autres pays ou les organisations internationales au développement ultérieur de l’application de l’énergie nucléaire pacifique, particulièrement sur le territoire des Etats membres du traité ne possédant pas l’arme nucléaire, avec une considération particulière pour les besoins des régions du monde en développement. Cela dit, deux pays comme l’Algérie et l’Iran pourront construire et exploiter ensemble des centrales nucléaires et utiliser et/ou commercialiser l’énergie électrique produite par ces dernières ; voilà une opportunité que notre association encourage dans le cadre de la coopération Sud-Sud.

    Il y a plus de 540 réacteurs dans 32 pays qui produisent de l’électricité, 200 sont en construction aux Etats-Unis, 40 sont en phase de projet pour équiper les différents pays de l’Union européenne, c’est la Chine qui en a le plus besoin pour son développement ; elle projette de construire 75 autres réacteurs, l’Algérie aurait besoin au moins de 15 centrales nucléaires pour satisfaire tout juste ses besoins électriques en 2030, après le tarissement de ses ressources fossiles. L’Algérie, comme l’Iran, possède ses propres gisements d’uranium et détient la technologie de l’énergie nucléaire, ce sont deux grands producteurs d’énergie au service de l’approvisionnement mondial non discriminatoire.

    En 1979, après la révolution, le programme du nucléaire iranien fut temporairement gelé, mais il reprit plus tard avec le concours des Russes. Depuis les années 1950, le gouvernement iranien assure que le seul but du programme est de développer la capacité de produire et de diversifier ses sources d’énergie en produisant de l’électricité par le nucléaire, et planifie de générer 6000 mégawatts d’électricité d’ici à 2010 pour arriver à produire 23 000 mégawatts pour ses besoins locaux. Jusqu’en 2008, l’énergie nucléaire iranienne n’a pas pu encore produire de l’électricité. La France, le premier pays à s’opposer au programme nucléaire civil iranien, produit 50 % de sa consommation électrique, soit 31 000 mégawatts, par le nucléaire, commercialise plus de 18 000 mégawatts sur le réseau européen et vend du plutonium aux pays non signataires du Traité sur la non-prolifération nucléaire (TNP) .

    La promesse américaine de l’arme nucléaire à l’Iran

    En 1975, le secrétaire d’Etat américain, Henry Kissinger, signe le document National Sécurity Décision Mémorandum 292 (Mémo 292 de la décision pour la sécurité nationale) intitulé « Coopération US-Iran », qui décrit les détails de la vente des équipements nucléaires devant rapporter plus de 6 milliards de dollars/US aux compagnies américaines. En ce moment, l’Iran extrayait plus de 6 millions de barils de pétrole par jour (aujourd’hui 4 millions de barils). Dans la liste de ses équipements était inclus du matériel nécessaire pour la fabrication de l’arme nucléaire. Les relations de l’Iran avec l’Occident en ce moment étaient excellentes.

    En 1976, le président américain de l’époque, Gérald Ford, signe une directive offrant à Téhéran l’opportunité d’acheter et d’utiliser une installation de traitement du combustible usé, de fabrication américaine, qui permet d’extraire du plutonium à partir du combustible, suffisant pour fabriquer deux à trois bombes nucléaires chaque année. L’accord était écrit en vue de parvenir à maîtriser le « cycle complet de l’atome », avec tous les risques de prolifération nucléaire qu’il pourrait engendrer. Alors à quoi va servir l’achat d’un matériel très coûteux, si on vous interdit de vous en servir officiellement ? L’équipe de Ford a approuvé les projets iraniens qui visaient à construire une filière de l’électronucléaire et aussi à travailler dur pour conclure un accord de plusieurs milliards de dollars, accord qui aurait donné à Téhéran le contrôle sur de grandes quantités de plutonium et d’uranium enrichi les chemins qui mènent vers la bombe nucléaire.

    Des documents classés au musée du président Ford, dont deux datés du 22 avril 1975 et 20 avril 1976, prouvent que les Etats-Unis et l’Iran ont tenu des négociations pour une coopération sur l’utilisation de l’énergie nucléaire à toutes les échelles, même militaire.

    La fortune du shah convoitée par les compagnies occidentales

    Après la révolution iranienne, en 1979, la France a refusé à l’Iran de l’uranium enrichi pour des raisons politiques, par des prétextes contre les effets de la révolution islamique. L’imam Khomeiny voulait contrôler les compagnies occidentales corrompues qui volaient la République islamique. Alors, l’Iran refuse de cautionner son investissement dans l’Eurodif, une société anonyme qui avait était fondée en 1973 par la France, la Belgique, l’Espagne et la Suède. En 1975, la part suédoise de 10% dans l’Eurodif était parvenue à l’Iran à la suite d’un accord entre la France et l’Iran.

    La société française nationalisée, Cogéma, spécialisée dans l’extraction et l’enrichissement du minerai et le gouvernement iranien ont alors fondé la Sofidif (Société franco-iranienne pour l’enrichissement de l’uranium par diffusion gazeuse), possédant respectivement 60 % et 40 % des parts. En retour, la Sofidif a acquis une part de 25% dans Eurodif, qui donnait à l’Iran sa part de 10 % dans Eurodif. Le shah, Mohammed Réza Pahlavi, a prêté un milliard de dollars US une première fois, et, la deuxième fois, 180 millions de dollars US en 1977, pour la construction de l’usine Eurodif, afin d’avoir le droit d’acheter 10 % de la production de l’uranium enrichi du site. Les Américains étaient aussi payés pour livrer du combustible nucléaire à l’Iran en accord avec un contrat signé avant la révolution. Les Américains n’ont ni livré le combustible ni rendu le milliard de dollars de payement qu’ils avaient reçu. L’Allemagne fut aussi rétribuée par des milliards de dollars pour les deux installations nucléaires de Bushehr. Après trente ans, l’Allemagne a refusé à la fois d’exporter les équipements nécessaires et de rendre l’argent. En 1982, la France de François Mitterrand fait des pressions politiques sur l’Iran pour abandonner Hezbollah et finit par refuser de lui livrer de l’uranium enrichi. Alors, l’Iran réclama le remboursement d’une dette d’un milliard de dollars qui ne fut jamais rendu.

    Les Français, acculés par les Américains, font du chantage et résilient leurs contrats, accusant l’Iran d’être derrière les attentats qui ont secoué la France en 1985-1986 et refuse de payer ses dettes contractées informellement auprès de la personne du shah, Mohammed Réza Pahlavi. Avec l’aide et l’intervention des services de renseignement iraniens, un accord fut trouvé en 1991 : la France a rendu plus de 1,6 milliard de dollars. L’Iran est resté actionnaire d’Eurodif, via la Sofidif, un consortium franco-iranien, actionnaire à hauteur de 25% d’Eurodif. Cependant, l’Iran s’est abstenu de demander l’uranium enrichi produit.

    Les compagnies européennes sabotent le programme

    Les Iraniens, animés par une incroyable volonté politique nationaliste, et ce, malgré les entraves créées par les contractants européens, réussissent à les outrepasser et à continuer leur programme.

    La Kraftwerk Union, entreprise de Siemens AG et d’AEG Teléfunken qui avait signé un contrat avec l’Iran en 1975, s’est complètement retirée du projet de la centrale de Bushehr, en juillet 1979, avec un réacteur à moitié fini et l’autre à 90 %. Ils ont dit qu’ils avaient basé leur action sur le non-paiement d’une somme de 450 millions de dollars due par l’Iran. La compagnie avait reçu 2,2 milliards de dollars du contrat total. La compagnie française Framatome, filiale de Areva, s’est solidarisée avec les Allemands pour annuler elle aussi son contrat. Par chantage politique, en 1984, la Kraftwerk qui avait d’autres projets nucléaires avec l’Iran, a déclaré qu’elle se décline tant que la guerre entre l’Iran et l’Irak n’était pas terminée. En avril de la même année, le département américain très perturbé affirme qu’« il pensait que cela prendrait au moins deux ou trois ans pour finir la construction des réacteurs de Bushehr ».

    Le porte-parole a aussi dit que « les réacteurs a eau légère sont particulièrement adaptés a un programme militaire ». D’autre part il dit : « Nous n’avons pas de preuves de la construction d’autres installations iraniennes qui seraient nécessaires pour séparer le plutonium du combustible du réacteur utilisé. » Avec l’aide du Mossad israélien et de l’aviation américaine, les frappes irakiennes, en mars 1984 et courant 1988, ont endommagé le site nucléaire de Bushehr et d’autres installations de moindre importance, mais quand même stratégiques. En 1995, l’Iran sous embargo a signé un contrat avec la Russie afin de rafistoler le reste des installations nucléaires de Bushehr endommagées. En 1996, l’Iran se tourne vers la Chine pour acheter une usine d’enrichissement d’uranium ;les Américains ont tout fait pour les en empêcher, ignorant les multiples circuits de l’informel et le système des leurres.

    Pourquoi les Arabes et les Américains font-ils pression sur l’Iran ?

    La fortune des Arabes provient de l’exploitation des gisements pétroliers du Golfe persique, autrefois appartenant à la Perse antique (l’actuel Iran), mais au cours du partage de la région par les Anglais en 1848, la partie de la rive nord-ouest du Golfe, celle qui recèle le plus de pétrole, fut soustraite à l’Iran et remise aux Arabes. Les Arabes et les Américains partagent la même conviction, de manger dans le même plat la part des autres. Cette fois-ci, Arabes et Américains se sont concertés pour se servir du même scénario, utilisé auparavant par les Américains, avec l’aide de l’AIEA, pour envahir l’Irak.

    L’auteur est conseiller sur les questions de l’énergie Association algérienne des relations internationales

    Par Y. Merabet

  3. zino dit :

    Energie nucléaire
    Soixante ans de dissuasion nucléaire controversée Par : Y.Mérabet
    La dissuasion nucléaire, dans les relations internationales, terme qui désigne une stratégie visant à décourager toute possibilité d’action hostile de la part d’une puissance ennemie. Une stratégie de dissuasion réussie implique qu’on puisse mettre l’agresseur potentiel dans un certain état d’esprit.

    La fin de la dissuasion nucléaire
    Avec elle, l’arme thermonucléaire nucléaire qui connaît un saut qualitatif, la fusion nucléaire permet d’atteindre des niveaux d’énergie sans commune mesure avec les intenses bombardements de la Seconde Guerre mondiale, y compris ceux d’Hiroshima et de Nagasaki. L’arme nucléaire la plus puissante jamais réalisée, la « Tsar Bomba » testée par les Soviétiques le 30 octobre 1961, dégage une énergie approchant l’équivalent de 60 mégatonnes de TNT. Avec de telles armes, il devient techniquement possible, pour la première fois dans l’histoire de l’Humanité, de rayer de la carte un pays entier tel qu’Israël, la Belgique, le Danemark ou de moins importance Israël, seulement avec une seule bombe. La Russie pourrait fabriquer à nos jour la bombe ‘H’, une arme nucléaire de plus de 100 mégatonnes de TNT pouvant rayer pour l’éternité l’Allemagne, la France et l’Angleterre à la fois, une dissuasion qui a fait frémir l’humanité pendant plus de soixante années. On le sait maintenant avec l’ouverture des archives soviétiques, le monde est passé tout près de la catastrophe nucléaire. C’est le moment de la prise de conscience des dangers de la guerre nucléaire, de l’inévitabilité de la détente voire de la coexistence pacifique, et de la nécessité de la maîtrise des armements. C’est également à la même époque que le statut de l’arme nucléaire comme instrument de dissuasion commence à être conforté avec la doctrine de riposte graduée. Alors les Etats-Unis doivent mesurer les conséquences d’une attaque suicidaire israélite sur le ‘bourbier nucléaire iranien’, l’Iran maitrise et manipule le nucléaire depuis 59 ans, bien avant les français et les russes, alors les américains et les juifs savent à qui ils ont à faire. Avant la date du soit disant le désarmement nucléaire en 1987, on était dans une logique de simple maîtrise des armements. Aujourd’hui, à l’exception notable de la Chine, toutes les puissances nucléaires officielles sont dans une phase de contraction ou de stabilisation de leurs armements nucléaires, mais nulle personne ne sait ce qui se passe en douce. La rupture de l’émergence d’une vision nouvelle de l’arme nucléaire dans les années 1995-1996, qui a consacré l’idée de ce que l’on pourrait appeler une « exception nucléaire ». C’est l’époque de l’accession de l’ensemble des membres non nucléaires de l’ONU au TNP, de la prorogation du Traité pour une durée indéterminée, de la conclusion du TICE, et enfin de l’avis consultatif de la Cour internationale de justice sur la licité de l’emploi de l’arme nucléaire (qui a eu un impact politique non négligeable). C’est à partir de cette date que les signataires du TNP se sont scindés en deux groupes; en EDAN et en ENDAN, ces derniers n’auront pas droit à la dissuasion nucléaire pour se protéger, ni même à l’accès de la technologie du nucléaire, ils doivent rentre compte aux premiers par le biais de l’AIEA. D’autres Etats comme Israël, le Pakistan et l’Inde non signataires du traité de non prolifération nucléaire ont créé un groupe rebelle violant la réglementation internationale. Le TNP a été signé par tous les États du monde sauf par l’Inde, le Pakistan et Israël qui, entre-temps se sont dotés d’un arsenal nucléaire sans réaction significative des puissances nucléaires reconnues et des instances onusiennes. Il apparait injuste de menacer l’Iran de sanctions plutôt que d’essayer de l’intégrer dans le concert des États œuvrant pour une plus grande stabilité dans cette région, qui a grand besoin. Au moment où de nouvelles sanctions contre l’Iran sont envisagées par le Conseil de Sécurité, les événements de ces dernières années sous le règne de Bush et de Sharon illustrent bien les paradoxes de cette lutte contre la prolifération nucléaire. Une attitude paradoxale des pays de l’EDAN qui laisse à désirer, Sarkozy le premier opposant du programme nucléaire iranien adopte l’arsenal nucléaire français aux nouveaux missiles, laboratoires d’essais de nouvelles armes, modernisation des sous-marins lance-engins etc. La Russie qui n’a pas de position claire envers le nucléaire iranien pour des raisons économiques, vient d’annoncer non seulement un effort de 145 milliards d’euros dans le domaine de la défense, mais aussi la construction de 50 nouveaux missiles intercontinentaux. Le Royaume-Uni estime aujourd’hui indispensable l’amélioration de sa force nucléaire. La Chine fait un effort considérable dans le domaine de la maîtrise de l’espace. Quant aux Etats-Unis, les leaderships de la compagne anti-iranienne et anti-musulmane n’abandonnent pas le projet de faire de leur pays un « sanctuaire » et la pierre angulaire du néo-colonialisme, ce qui est un facteur déstabilisateur de la dissuasion. Aujourd’hui ce qu’il est convenu d’appeler le « tabou nucléaire » se renforce de plus en plus. Soixante ans sans emploi de l’arme nucléaire, est un record, cela mérite d’être souligné et de s’assurer d’une ‘paix nucléaire’ même si chaque Etat de la planète est doté de sa propre bombe nucléaire, l’évènement des 60 années mérite d’être fêté. Pour rappel la tragédie d’Hiroshima ait eu pour effet de nous immuniser contre la ‘phobie du nucléaire’ pendant 60 ans, mais si les menaces d’Israël persistent alors là le contrat d’assurance sera résilié et notre monde disparaitra, y compris les Etats-Unis et Israël. Il est temps que ces derniers prennent conscience d’une éventuelle catastrophe nucléaire et de mesurer l’intensité et le potentiel de riposte Iranien, une attaque suicidaire d’Israël sur l’Iran telle quelle est conçue par le Pentagone est à écarter définitivement, il se pourrait que les Etats-Unis soient pulvérisés bien avant qu’Israël lâchera sa première bombe sur l’Iran, ces deux pays se sont fait trop d’ennemis. Sans doute aussi avons-nous eu de la chance, notamment en 1962. A moins qu’il ne faille y voir dans l’absence de conflit Est-Ouest l’intervention de la « Divine Providence » que Jean-Paul II mentionnait dans son testament. (L’Encyclique « Pacem in Terris » avait d’ailleurs été suscitée par la crise de Cuba.) Mais les faits sont là. L’arme nucléaire n’a pas été employée alors que les tentations n’ont pas manqué. Or plus, le temps passe, plus le tabou nucléaire se renforce. C’est une bonne nouvelle: contrairement à ce que l’on pouvait penser, les nouveaux détenteurs de l’arme nucléaire ont adopté une logique de dissuasion. L’évolution des rapports indo-pakistanais depuis la fin des années 1980 est d’ailleurs parfaitement conforme à la théorie de la dissuasion! C’est l’une des raisons pour lesquelles, la dissuasion nucléaire a été toujours plus efficace que la bombe atomique elle-même, il y ait aujourd’hui un « affaiblissement du seuil nucléaire ». Contrairement à ce qui est régulièrement colporté, il n’y a pas d’évolution de la doctrine nucléaire juive vers une « doctrine d’emploi de l’arme nucléaire» contre le monde musulman, sans exclure l’Egypte et l’Arabie Saoudite les deux principaux alliés de la cause israélite. Aucune déclaration, aucun texte officiel ne permet de dire que la doctrine américano-israélite a évolué dans ses fondements. En particulier, l’idée selon laquelle les États-Unis auraient désormais adopté une logique de « frappe préventive nucléaire » ne repose sur aucun fondement. (En revanche, la préemption a toujours fait partie des options américaines.) Quant aux soient-disant nouvelles armes nucléaires américaines, qui n’existent aujourd’hui qu’à l’état de projet, elles ne seront pas nécessairement de faible puissance, contrairement à ce que l’on a pu lire ici ou là, et surtout, elles sont destinées à une logique de dissuasion sans aucune efficacité. Mais c’est une forme de paradoxe : aux Etats-Unis, la peur du nucléaire reste intacte même si elle ne se présente pas de la même manière qu’au temps de la guerre froide, la population américaine sous tension du 11 septembre vivent dans une appréhension continuelle et comme sous la menace d’un épouvantable ouragan, capable de se déchaîner à tout instant par une attaque nucléaire sur leur sol ou une attaque spectaculaire et conventionnelle, il sont devenus vulnérables, leur dissuasion de puissance n’a pas réussi. Et non sans raison, puisque l’armement est toujours prêt.
    Quand la dissuasion nucléaire perd son efficacité Qu’il y ait des hommes au monde pour prendre la responsabilité des massacres et des ruines sans nombre d’une guerre, cela peut paraître incroyable ; pourtant, on est contraint de l’avouer, une surprise, un accident suffiraient à provoquer la conflagration. » Encyclique Pacem in Terris, 11 avril 1963. En effet, la plus puissante bombe conventionnelle jamais testée, la fameuse Massive Ordnance Air Blast américaine (« Mother of All Bombs »), est d’une énergie équivalente à la plus petite arme nucléaire jamais réalisée, c’était dans les années 1960, c’est-à-dire une énergie équivalente à 10-15 tonnes de TNT. Mais cette arme miniature (qui équipait notamment le mortier Davy Crockett, ainsi que les Special Atomic Demolition Munitions, « le nucléaire dans un sac à dos » n’est plus en service depuis longtemps, et les armes nucléaires les plus petites en service aujourd’hui ont une énergie bien supérieure. Tout cet arsenal nucléaire a était testé sur les humains, aux Balkans, à Gaza sur des bébés arabes, en Afghanistan, en Irak au Liban, en Afrique noire et partout là ou il y’a une revendication populaire. Cet armement est bel et bien entre les mains de groupes de résistance arabe (l’AIEA doute beaucoup sur ça). Le retour à la dissuasion par l’arme conventionnelle, la Russie vient de tester la plus puissante bombe conventionnelle de son arsenal, et prétendument du monde. Ce qui n’a pas laissé les Américains sans voix. Côté russe, on affirme que cette bombe thermobarique, ou à effet de souffle, est comparable à une bombe nucléaire et, surtout, serait quatre fois plus puissante que celle dont disposent les Etats-Unis. Signe de cette performance, la super-bombe russe a été surnommée « Père de toutes les bombes », en référence à son homologue américaine, connue sous le sigle GBU-43/B MOAB, abréviation de Massive Ordnance Air Blast Bomb (MOAB), mais que l’on assimile aussi à « Mère de toutes les bombes » [Mother Of All Bombs] qui fut testée pour la première fois en mars 2003. En réponse à l’essai de la bombe russe, les Etats-Unis ont déclaré qu’ils en possèdent une pire, note la Komsomolskaïa Pravda. Le tabloïd rapporte les propos du général américain Thomas McInerney, ancien chef d’état-major en second de l’armée de l’air des Etats-Unis, tenus sur la chaîne Fox : « Nous avons une bombe de 14 tonnes plus destructrice que la bombe russe et capable de frapper n’importe quel bunker souterrain. », D’après le Moskovski Komsomolets, il s’agirait de la GBU-43 MOP (Massive Ordnance Penetrator), une version modifiée de la MOAB et dont deux essais ont été réalisés en 2004. Outre le fait d’être guidée par satellite, comme la MOAB, cette dernière bombe a une capacité de pénétration jusqu’à 30 mètres sous le niveau du sol, la même que celle utilisée par l’armée américain pendant la guerre d’Irak détruire des bunkers abritant des petits écoliers. Le général Thomas McInerney, qui dirige l’Iran Policy Comittee (Comité d’experts sur la politique à l’égard de l’Iran), s’exprimait sur les scénarios de frappes aériennes contre la république islamique, sans évaluer le risque en cas ou il pourrait bombarder plus d’une centaine de site abritant de grandes quantités d’uranium enrichi. Ceci, laisse à penser que l’on va combattre les armes nucléaires par des armes conventionnelles, pour déclencher une catastrophe. Alors si même le cycle du nucléaire militaire n’est pas complet, c’est ce bombardement qui va le compléter pour déclencher le ‘bourbier nucléaire iranien’ engendrant la plus grande catastrophe nucléaire de tous les temps. La dissuasion nucléaire rendue in crédible et sans efficacité depuis après la guerre froide, l’attaque israélite sur l’Iran créera la confusion dans plus dans un monde nucléarisé qui veut en finir avec les Etats-Unis et Israël. Avant même qu’Israël attaquera l’Iran, c’est des dizaines de bombes atomiques qui se déverseront sur Israël, l’Occident et les Etats-Unis, ça se sera une guerre sans revendication ou règnera la panique et la confusion. De toute façon, tout le monde profiterai de la confusion pour régler leurs propres comptes, y les résistants arabes. Bref ! la dissuasion nucléaire vient de perdre sa crédibilité auprès des pays visés par les Etats-Unis et l’Occident, il est devenu obsolète et d’aucune efficacité et c’est le conventionnel qui prendra le dessus. C’est le conventionnel qui a rattrapé par le haut le nucléaire, le spectre d’une attaque suicidaire israélite sur l’Iran s’éloigne, on se demande toujours pourquoi les Etats-Unis ne tolèrent pas leur ‘bébé Israël’ de bombarder la Corée du Nord, le Pakistan ou l’Inde? Grace à Dieu, le conventionnel reprend le dessus sur le nucléaire, c’est aussi une bonne nouvelle ravissante. Car dès lors que l’on est dans une logique d’emploi, à effets équivalent, tout chef d’État préférera toujours le conventionnel au nucléaire. Alors pourquoi les Occidentaux continuent à faire du nucléaire iranien un sujet tabou, alors qu’il y a d’autres moyens de riposte beaucoup plus efficace et plus décisive qu’une bombe atomique, si ce n’est pas Israël qui prolonge le sursis de la dissuasion nucléaire pour sa survie au milieu des arabes s’auto-régulariser à l’échelle planétaire, le sujet iranien est autre que le nucléaire. La stratégie nucléaire est une « langue morte ». En matière de dissuasion nucléaire, tous les concepts ont été formulés avant 1975. Avant même Hiroshima l’essentiel était dit. Les physiciens américains – au premier rang desquels Joseph Rotblat, qui fut le seul à quitter le projet Manhattan – avaient déjà conceptualisé l’idée de la dissuasion nucléaire dès le début de la Seconde Guerre mondiale. Et les débats de 1944-1945 sur l’emploi de l’arme future avaient déjà fait apparaître les principaux éléments (dissuasion, démonstration, coercition…) et les principaux débats (faut-il délibérément cibler les populations civiles ?). Rien de nouveau n’est apparu après le milieu des années 1970. En outre, hormis le cas extrême d’un affrontement militaire total entre deux puissances nucléaires majeures, les crises de demain ne se prêteront guère à la mise en œuvre des grilles conceptuelles développées au cours de la Guerre froide. Ainsi peut-on dire que si l’arme nucléaire est moderne, parce qu’elle continue à empêcher la guerre entre deux de ses détenteurs, la stratégie nucléaire, en revanche, est une « langue morte », alors que la fin du conflit Est-Ouest a permis la redécouverte des guerres de manœuvre et de bouclier nucléaire, la stratégie conventionnelle est aujourd’hui redevenue une « langue vivante ». Nous voyons les crises iraniennes et nord-coréennes comme l’avant-garde d’une nouvelle vague de prolifération nucléaire, qui cherchent à affirmer leur identité nationale mais aussi à se prémunir contre la supériorité militaire occidentale et de ses agressions. Le nucléaire rend les nations libres, pour le meilleur et le pire. Mais l’ordre international est contesté par l’arme nucléaire. Cela a été le cas dès les origines. L’ONU est une organisation pré nucléaire, la Charte de l’ONU est un document pré nucléaire. C’est en petite une coïncidence si les cinq membres permanents du Conseil de sécurité sont aussi les cinq puissances nucléaires au sens du TNP. L’ordre actuel est aujourd’hui contesté et rejette par l’opinion publique internationale. D’abord, la notion de puissance nucléaire a volé en éclat en 1998 avec les essais indien et pakistanais, qui révélaient au grand jour une capacité acquise une dizaine d’années auparavant. Ensuite, des pays non nucléaires revendiquent un statut de membre permanent au Conseil. Enfin, certains (l’Inde) ont espéré que leur statut nucléaire leur ouvrirait les portes du Conseil. Et ce sont les États de l’EDAN qui, au nom d’un TNP qu’ils ne respectent pas, refusent aux autres États du monde l’accès au nucléaire civil et militaire et même dans le cas de l’Iran, l’accès à la maîtrise du processus complet d’enrichissement de l’uranium à des fins civiles parce que celle-ci lui permettrait d’avoir accès facilement au nucléaire militaire. Plus paradoxale encore est l’attitude des membres du Club nucléaire vis-à-vis des trois États rebelles l’Inde, le Pakistan et Israël qui ne veulent plus signer le TNP, parc qu’ils deviennent dissuasifs et sont dotés d’un arsenal nucléaire. Les Etats-Unis viennent de signer un accord avec l’Inde qui prévoit une dissociation entre le nucléaire civil et le nucléaire militaire de cet Etat. En fait, l’Agence internationale pour l’énergie atomique (AIEA) contrôlera le nucléaire civil suivant les règles du TNP, ce qui permettra à l’Inde de satisfaire à terme ses immenses besoins énergétiques civils, mais l’Inde gardera son autonomie vis-à-vis du nucléaire militaire c’est-à-dire son indépendance, dans le développement des bombes atomiques. S’inscrire dans le réseau mondial nucléaire civil permet à l’Inde d’acquérir de l’uranium sur le « marché » et à quelques grands pays fournisseur d’uranium enrichi notamment : Israël, les Etats-Unis, le Canada, la France et la Russie, et bien d’autres non répertoriés par l’AIEA de profiter de quelques contrats intéressants (centrales nucléaires, etc.) sans oublier quelques juteux contrats d’armements classiques. Notons que quelques spécialistes indiens de la dissuasion n’étaient pas très partisans de cet accord qui freine, d’après eux, l’accès de l’Inde à une « dissuasion minimum crédible ». Il est bon de souligner ici que l’accès à celle-ci signifie essentiellement « capacité de contre-frappe » c’est-à-dire capacité de riposter à un agresseur en lui infligeant des pertes intolérables. Cela est bien autre chose que de disposer de quelques armes nucléaires et exige un effort considérable et de longue haleine non seulement dans le domaine des armes mais aussi dans les domaines des vecteurs et de la maîtrise de l’espace. Inutile d’évoquer le cas israélien. Aucun membre du Club nucléaire n’a jamais critiqué l’accès d’Israël au rang de puissance nucléaire, pour de nombreuses raisons d’ailleurs. Le Pakistan pose plus de problèmes pour le Club, mais comme il est devenu un allié des Etats-Unis dans la lutte contre le terrorisme international, il est aujourd’hui considéré comme un acteur « responsable » dans le concert des puissances nucléaires. Voilà pourtant un Etat qui non seulement n’a pas signé le TNP est en outre le seul, connu à ce jour, à avoir fait commerce de technologies nucléaires avec… la Corée du Nord ! Et voilà que le Premier ministre pakistanais qui estime, bien entendu, que l’Iran ne désirait pas posséder d’armes nucléaires à l’avenir. Il pense quand même qu’une action militaire contre l’Iran serait catastrophique pour la région et il prône le dialogue entre les parties, comme si le Pakistan avait des leçons de sagesse et retenue à donner aux autres comme Israël. Et c’est ainsi que ces trois États nucléaires entourant l’Iran bénéficient eux de l’amicale compréhension, si ce n’est l’appui total, des membres du Club nucléaire départagé sur la question iranienne. L’avenir de l’arme nucléaire se joue en Asie et au Moyen-Orient. C’est là que se trouvent les arsenaux nucléaires incontrôlables en puissance et en nombre (Israël possède plus de 300 têtes nucléaires) ainsi que les principaux risques de prolifération, et les risques d’emploi (Israël un Etat rebelle au TNP, menace l’Iran signataire du TNP), c’est dans ces pays qu’on peut s’approvisionner en produit nucléaire à bon prix, sans emmerdement. La prolifération nucléaire est assuré par la vulgarisation des armes nucléaires sans risque d’être utilisées quant à la dissuasion elle a tendance de disparaitre. D’autres armes sont beaucoup plus destructives que le nucléaire et qui font peur. Le nucléaire n’a plus le monopole de dissuasion, bien qu’aucune technologie envisageable aujourd’hui n’ait les mêmes effets physiques et psychologiques.
    Conclusion L’arme nucléaire reste le monopole des Etats, quant à la dissuasion elle deviendra la propriété du terrorisme.
    Expert en énergie
    Déposé sur presse le 05/08/2009
    Algerian Society For International Relations

  4. Le boulet dit :

    J’adore les sushis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :