Réguler les marchés financiers : une farce ?

Extrait d’un article paru dans « Le Temps » (Suisse) du 17 septembre 2007, intitulé

 » La nouvelle aristocratie de la finance
génère tant de profits
qu’elle ridiculise les lois  »

(…)  » En 2006, un New-Yorkais a gagné un « salaire » de plus de 400 millions de dollars. Il s’agit de Stephen Schwartzman, cofondateur de la firme de private equity Blackstone. Cette situation a suscité de vifs débats au sein du Congrès américain, dont certains membres veulent à présent doubler le taux d’imposition, très bas, des gérants alternatifs. »(…)

 » Le professeur Daniel Warner (IUED-Genève) relève combien les salaires dans la finance ont creusé l’écart avec le secteur public, et les implications de cette situation :  » Le fait que les professionnels de la finance soient bien payés n’est pas un problème en soi, car c’est un encouragement. Mais le problème est que les secteurs privé et public deviennent deux mondes séparés, et que ceci a des implications sur la motivation des personnes travaillant dans le public, censées règlementer et faire respecter les lois à des personnes infiniment mieux payées. »(…)

 » En raison de l’énorme fossé de salaires entre public et privé, toute la créativité et les meilleurs talents vont se concentrer dans le privé. « (…)  » De sorte que les organes règlementaires sont toujours en train de courir après la dynamique du privé, sans jamais la rattraper : à peine décrètent-ils un comportement illégal sur les marchés financiers, que les acteurs financiers ont trouvé quelque chose d’autre. Ils ont toujours plusieurs longueurs d’avance. »(…)

 » Je ne vois pas comment cela peut continuer. Les contribuables vont se demander si leurs impôts et leurs retraites vont payer la crise du subprime, et l’insatisfaction va croître.
Mais pour faire campagne, il faut avoir de l’argent.  »
(…)  » Les parlementaires sont élus avec l’argent de certains individus et de certains secteurs de l’économie. Comment pourraient-ils voter pour augmenter les impôts des personnes qui ont financé leurs campagnes ? « 

Pas de besoin de savoir ce qu’est un « private equity » pour comprendre le raisonnement.

L’article se termine par un tableau qui mentionne, entre autres comparaisons :

Produit National Brut 2006 de la Suisse : 252,9 milliards de dollars.
Bénéfice brut 2006 d’Exxon Mobil : 339,9 milliards de dollars.

Ou encore :

Bush à Jobs :  » Vous faites un sacré job !!! »
(Source photo : http://www.washingtonmonthly.com/blogphotos)

Salaire annuel de Georges W.Bush (à gauche de la photo): 618 694 US Dollars
Salaire annuel de Steven P.Jobs (Apple,
à droite) : 650 000 000 US Dollars (lequel est célèbre pour avoir dit :  » A players hire A players, B players hire C players  » / « Les joueurs A appellent des joueurs A, les joueurs B appellent les joueurs C ».)

Salaire annuel d’un Conseiller Fédéral (Ministre) suisse :
333 330 CHF
Salaire annuel de Marcel Ospel (UBS) :
22 000 000 CHF


Bon appétit tout le monde.

***********************************************************************

Autres billets de ce blog sur le même sujet :

 » Qu’est-ce qu’un trader d’exception ? »

 » Crise boursière et escroquerie : pléonasme ? « 

 » Développement durable par l’économie informelle ? »

 » T’as pas 2 500 milliards de dollars à placer ? »

 » La Nouvelle Economie en bande dessinée… »

«  Krach, boum, hue ! à la Bourse de Shanghaï « 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :