Le pouvoir rend con.

Une nouvelle génération de Tibétains, qui ne se satisfait pas d' »attendre Godot » pour voir respectée l’identité du peuple tibétain, se révolte, dans la violence, contre le pouvoir central chinois.

Source photo


Et voilà que le gouvernement chinois accuse le Dalaï-Lama d’avoir fomenté ces révoltes violentes : lui qui, depuis plus de 50 ans, prône « urbi et orbi » la non-violence…
Une idée n’a-t-elle pas effleuré ne serait-ce qu’un seul cerveau dans cette Assemblée Populaire ? L’idée, par exemple, qu’il eût été d’une intelligence élémentaire de profiter d’avoir en face de soi un leader non-violent et charismatique, que le monde entier vénère, pour tenter un compromis auquel il faudra bien arriver ?

Source photo

G.W.Bush : restera dans l’histoire comme un des chefs d’Etat les plus irresponsables et incompétents que l’humanité ait portés.
Il vient de faire une conférence de presse (ce 19.03.08) pour justifier – encore et encore – la guerre en Irak, tandis que son vice-président, l’ineffable Dick Cheney, affirmait avant-hier à Bagadad, que les progrès sur le terrain étaient « phénoménaux »..

Du témoignage de Patrice Claude, correspondant du « Monde » à Bagdad, on a pu entendre ce matin, sur France-Culture, que l’armée américaine a mandaté la (trop fameuse) société privée de mercenaires « Blackwater » pour assurer la protection des personnalités entre l’ aéroport de Bagdad et la fameuse  » zone verte  » au cente-ville.
Distance : 16 kms. La société privée, affirme Patrice Claude, facture la prestation à 7 500 US Dollars (sept mille cinq cents dollars) par personne.
Autrement dit, 5 ans après la chute de Saddam Hussein, et avec 155 000 soldats, l’armée américaine est incapable d’assurer la sécurité de quiconque, sur les 16 kms de route entre l’aéroport et le centre-ville de Bagdad…

Patrice Claude ajoute qu’aujourd’hui, la moitié des enfants en âge scolaire primaire ne vont plus à l’école, que 18 % des femmes irakiennes sont veuves, que le chômage, officiellement affiché à 25 %, est en réalité de plus de 50 % de la population active, que le Premier Ministre irakien se plaint sans cesse que ses ministres, haut-fonctionnaires et députés élus se planquent à Amman (Jordanie) la plupart du temps (sous tous les prétextes possibles et imaginables).
Et surtout qu’il n’est pas exclu que les  » dégâts colatéraux  » de cette guerre sur la population civile aient des conséquences plus graves que celles de l’embargo dans lequel le pays a été maintenu par les Nations Unies pendant près de dix ans.
Nul ne peut dire combien de morts irakiens cette guerre aura fait depuis 2003 (un e étude publiée par le magazine « The Lancet » fait état de 655 000 morts) et les médias américains sont interdits de reportage sur le retour des « body-bags » des 4 000 soldats US morts au combat.

Mais le noyautage des médias est tel qu’on n’en saura rien : l’opinion publique est maintenue derrière ses hublots bien calibrés :

Ce sinistre petit cancrelas de G.W.Bush vient encore de déclarer, dans sa conférence de presse du 19.03.08 , que la situation en Irak était un « succès stratégique majeur »
On en connaît qui auraient dit :  » Casse-toi, pauvre con ! » pour moins que ça…

Le même G.W.Bush a tout fait, au fil des huit dernières années, pour torpiller l’action des Nations Unies, et notamment le multi-latéralisme dans le débat sur les droits de l’homme, pour torpiller la Cour Pénale Internationale ; il a refusé une loi sur l’aide à 19 millions d’enfants américains (pour des raisons budgétaires – sic), a explicitement justifié encore récemment l’usage de la torture en mettant son veto à un projet de loi du Congrès.
Il reste 307 jours avant la fin de son mandat, et pour voir disparaître cette tâche noire sur l’histoire et l’idéal américains.

Italie : le candidat Berlusconi (dont la fortune personnelle est estimée à 11, 7 milliards d’euros), lors d’un direct télévisé, a vivement conseillé à une de ses interlocutrices, en situation précaire, d' »épouser un millionnnaire », protestant ensuite que son humour n’était pas apprécié. Pauvre type…

************************************************

Comme disait Edmond Kaiser :

« La peur que les puissants inspirent disparaît dès qu’il est manifeste qu’en réalité, que ce sont eux qui ont peur. Ils ne sont qu’apparatchiks, leur appareil n’est qu’apparat, ils ne sont forts que de leur force. Inversement proportionnelles, en ces combats, la faiblesse du fort et la force du faible.(…)
 » Ingérence maximum dans les affaires de l’humanité, sur toute la terre.
Irrespect actif des irrespectables traditionnellement respectés.
(…)
Reprendre à notre humble mesure, notre âme, notre conscience, nos pouvoirs des mains indignes auxquelles nous les avons confiées.
(…)
Notre force, devant ces gens qui détiennent le pouvoir (des mégaphones à kilomètres cubes de baratin), c’est de n’être rien du tout, nous pouvons donc les terroriser.
Car l’attribut essentiel du pouvoir, c’est la trouille. De le perdre.
(…)
En cognant sur la tête des grands, on fait du bois pour les petits. »

Voir aussi ces billets précédents sur ce blog :
 » La politique ? un hôpital de fous » (Blaise Pascal)
ou encore
« Le reste muet de la politique » (Michel Foucault)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :