Pourquoi faire un blog ?

Dans le cahier spécial du « Contre-journal » de « Libération »,
 » Le blog, notre gueuloir électronique « ,
plusieurs écrivains tentent de déchiffrer ce qui les incite à entretenir un blog :

Emmanuelle Pagano :

Son blog

Mon blog (…) « c’est une sorte de carnet extensible. J’ai appelé la partie blog de mon site «  dans la marge  » parce que la marge, c’est l’endroit où l’on prend des notes, où l’on se corrige aussi, c’est tout ce qu’il y a à côté du texte lui-même. Et la marge ce n’est pas rien, c’est ce qui tient ensemble les pages d’un livre. »(…)
« Le blog est aussi une manière de classer les brouillons : il permet de trier dans la matière. »
(…)

Oui, y compris pour celles et ceux qui n’ont ni le talent ni le temps d’être écrivains : un blog peut exprimer les marges d’une vie quotidienne. Et on se surprend parfois à relire ce que l’on écrit plusieurs mois ou années auparavant. Et s’apercevoir que ce ne sont que des brouillons… et que, peut-être ce que l’on note dans les marges d’une vie justifiera un livre, qui sait ? Mais un livre ne se justifiera que pour y déposer ce qui aura résisté au temps.

François Bon :

Son blog

(…) Juste une petite vitrine sur mon atelier, comme on va boire un café chez le copain luthier. je n ‘aime pas le mot « oeuvre ». Dans celle de Kafka, il y a ses lettres, ses journaux, ses leçons de grammaire d’hébreu, ses conversations (…). Dans la haute solitude de Beckett, il y a les 3 000 lettres en 5 langues qu’il a laissées. Via Internet, on fait la même chose, mais à vue. La littérature dans la friction du monde. (…)

Oui, un blog n’est une oeuvre, mais des miettes de pensée et d’intuitions, qui ne sont que de vagues échos de tout ce qui est vécu et ressenti. Avec un minimum de désir de mettre en forme, car on n’écrit pas tout ce que l’on ressent, on n’écrit même pas tout ce que l’on dit. S’adresser à un public virtuel suppose qu’on parie sur l’intérêt qu’il peut y trouver…

Christophe Claro :

Son blog

(…) « Il n’est pas inutile d’aller houler (on ne vas quand même pas utiliser cet horrible mot de « surfer ») sur le triple-doublevé afin d’y découvrir des plate-forme pertinentes qui ne cherchent pas à jouer les prescripteurs ou les têtes de gondole. »
(Il faut)  » trouver les plus intéressantes dans la pléthore existante – mais bon, on a tous galéré au début dans les grande surfaces et les catacombes. Passé ce cap du défrichage, on est vite étonné (et bien souvent admiratif) devant le mélange de passion et de culture qui sévit dans ces eaux supposées troubles.
En plus, de ne pas être bridés par l’espace alloué ou le calendrier
(…).
« Un gueuloir électronique, une carte blanche du tendre et du moins tendre.
J’ai récemment installé un compteur pour connaître le nombre de visiteurs sur mon blog
(…)
C’est très édifiant. Environ cent trente deux personnes le visitent par jour
(…) et la plupart n’y aboutissent par erreur après avoir recherché des vocables que la décence m’empêche de reproduire ici. »

Oui, un blog c’est d’abord l’exercice d’une liberté, après avoir « plongé » dans un « océan de l’inutile » – mais non sans y avoir découvert par hasard des blogs de photographes absolument exceptionnels.
Quant aux statistiques, elles sont effectivement illusoires, puisque la recherche par mot-clé rend l’exercice totalement aléatoire. Celui ou celle qui fait un blog d’abord et uniquement pour être lu se désespérera très vite, surtout si il-elle n’a rien d’autre à dire que la recette de cuisine ou le film de la veille au soir.
C’est très curieux un blog : on fait peut-être un blog d’abord pour soi-même, les notes du parcours, les brouillons, les évènements marquants pour soi – et peut-être que cela en intéressera d’autres. On dit toujours que le succès d’un blog, ce sont les commentaires : oui et non… pourquoi le billet de ce blog « Le droit de ne pas être père », du 12 mai 2006 reçoit toujours des commentaires (44 à ce jour) et d’autres billets, aucun… alors que le nombre d’ouvertures dépasse largement celui du précédent ?
On a aussi l’exemple de blogs époustouflants de commentaires de tous côtés, de tous sujets, même en-dehors du thème traité dans le billet – une sorte de nouveau  » salon où l’on cause »… Le plus étonnant est celui, « Big Picture », de Corinne Lesnes, correspondante du « Monde » à New York, blog fort intéressant, mais qui a parfois autant de commentaires, et par centaines, lorsqu’elle fait un billet pour signaler qu’elle part en vacances, que lorsqu’elle traite une information américaine particulière (toujours pertinente, même si souvent simplement anecdotique).

Laure Limongi :

Son blog

 » J’aime l’extrême liberté du support et j’essaie, comme dans on écriture, de détourner les outils et les genres. J’aime l’immédiateté et l’accès libre, anonyme. Lancer quelques crus maison dans la mer d’Internet.(…) C’est un espace indocile, hétérogène, non systématique, à la fois impulsif et maîtrisé, comme je les aime.(…)
Internet est déjà un présent de l’écriture, un lieu d ‘expérimentation et de diffusion essentiel
.(…) C’est une l’alternative aux pressions économiques du marché de l’édition. Un océan où l’on déniche des trésors. Quant à l’avenir… j’ai du mal à accepter la notion de livre numérique (comme) strict remplacement du livre par un PDF téléchargeable.(…)
Car pour moi, texte en ligne n’est pas synonyme de livre. Je suis très attachée à l’objet, à sa matérialité, à son format, au grain de son papier aux caractères choisis
(…)
Le papier brûle, l’ordinateur plante. J’ai toujours aimé jouer avec le feu.
(…)

Charles Pennequin :

Son blog

(…)  » Internet, c’est comme faire des ronds dans l’eau. (…) «  Internet est le brouillon d’un livre, quelque chose à agencer, à mettre en place, ou à laisser tel quel… C’est comme faire des improvisations chez soi ou des gammes (ou des grimaces devant le miroir !). (…) «  L’écriture est ma seule liberté, c’est ma vie libre. J’ai tout accepté dans la vie pour écrire, c’est-à-dire pour qu’on me foute la paix. « 

Bien vu, et notamment par celui qui alimente ce blog, n’ayant ni le talent, ni le temps, ni pour métier d’écrire, et qui cherche par son blog à sauvegarder et à fixer quelque part, les impressions, coups de coeur, réflexions, coups de gueule, et miettes de lectures d’ ici et là, qui ont de l’importance ou de la valeur à ses yeux – et qui en fait ainsi profiter celles et ceux qui tombent dessus par hasard dans une recherche par mots-clés – même s’ils ne sont pas toujours utilisés dans le sens recherché…

Eric Chevillard :

Son blog

(…)  » L’immédiateté de la publication sur un blog est une révolution. Les possibilités d’intervention sont infinies. J’ai toujours pensé que l’écriture était une forme de contre-attaque ou de riposte et ce mode de diffusion permet à la réaction de porter en temps réel.(…)
 » Ces petites écritures absolument libres de toute injonction (y compris de la forme) me rendent aussi euphorique que mes premières tentatives poétiques à l’adolescence.
(…)
 » J’ai opté pour un dispositif léger que je reconduis chaque jour assidûment : trois fragments brefs à tonalité le plus souvent humoristique, qui peuvent être des micro-récits, des aphorismes, des réflexions diverses, notes ou formules poétiques,
(…) en suivant quelques fils aussi afin que se construise jour après jour un livre, car il y aura un livre.(…)
 » I
nternet ne saurait en effet dans l’état actuel des choses se substituer à l’édition traditionnelle. On va lire le billet du jour sur les blogs que l’on suit, mais les archives sont finalement aussi peu visitées que les caves ou tiroirs où elles étaient précédemment stockées. La lecture reste inconfortable.
(…)
 » De nouvelles habitudes de lecture s’ensuivront…
(…) De nouvelles pratiques éditoriales aussi verront le jour, c’est inévitable.
Pour moi qui entre dans une papeterie comme d’autres dans une confiserie, en salivant, je ne me lasserai jamais des livre de papier. Je pense qu’il en va de même pour les écrivains de mon âge qui s’aventurent sur Internet. Nous sommes des conquérants exaltés mais déjà nostalgiques du pays natal. »

*************************************************************************

Un blog ?

Immédiateté et perennité,
(que reste-t-il quand on a tout tamisé ?)

Intuition et langage,
face à des « excès de réalités »
quand on a la chance de parcourir le vaste monde

Liberté et contrainte,
et choisir de dire, sans jamais dire « je »

Image et texte ,
l’un-e ne remplaçant pas l’autre

Se retirer du monde (voir ceci)
pour mieux l’appréhender

Foutez-moi la paix,
mais j’aimerais quand même vous signaler ceci...
ou encore cela.

Résister au bastringue de la communication ambiante
et courir après les vraies étoiles.

Un blog, c’est, somme toute,
une manière de plaisir dans un environnement de procédures et de charabia
un espace de gratuité dans une société du  » how much ? »
un espace de silence où l’on peut poser son propre sens des mots,
et, à défaut, citer ceux et celles qui le disent mille fois mieux qu’on ne saurait le dire.

Si c’est lu, tant mieux ; si ce n’est pas lu, tant pis,
Si ça plaît, tant mieux ; si ça ne plaît pas, tant pis.
Avec tout l’humour que supposent les choses sérieuses.

 » Dans le désert,
les mots ont un contours net. »

(Lawrence d’Arabie)

 » Le rêve est donné à ceux
qu’une âme vigilante
empêche de dormir. « 

(Edmond Kaiser)

Publicités

One Response to Pourquoi faire un blog ?

  1. totem dit :

    « J’édite donc je suis » l’édition à porter de tous pour un journal qui ne dort pas à l’abri des regards, anonyme rangé sur une étagère. Plus simplement, une sauvegarde de pensées et de documents personnels qui, si l’hébergeur ne fait défaut, pourraient traverser les siècles et participer à une remembrance familiale et collective.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :