La « main invisible » est le problème, pas la solution.

Mr Olivier de Schutter, professeur de droit belge, a été nommé , le 26 mars, Rapporteur Spécial des Nations Unies sur le droit à l’alimentation (en remplacement de Mr Jean Ziegler).
Il est interviewé par « le Monde » (03.05.08) :

Source photo

Question : « Quelle sera votre première initiative pour faire face à la crise alimentaire ?

 » Je vais recourir à l' »option nucléaire » en demandant une session spéciale du Conseil des Droits de l’homme. (…) Il s’agit de mettre les droits économiques et sociaux à égalité avec les droits civils et politiques.(…) Le Conseil ne peut rester silencieux. J’espère qu’il trouvera sur ce dossier l’unité qui fait défaut ailleurs.

D’avance merci.
Cela fait quarante ans que les ONG le demandent.

Question : «  La communauté internationale a-t-elle été prise de court par les émeutes de la faim ?  »

 » Oui, et c’est inexcusable. Beaucoup criaient dans le désert depuis des années pour qu’on soutienne l’agriculture dans les pays en développement. Rien n’a été fait contre la spéculation sur les matières premières, prévisible, depuis qu’avec la chute de la Bourse, les investisseurs se repliaient sur ces marchés. On paye vingt années d’erreurs.(…) L’agriculture industrielle, fondée sur des intrants coûteux, montre ses limites. »

Vingt ou quarante années d’erreur ? Mais aussi d’insultes et de procès en irresponsabilité des militants d’ONG…

Question :  » Faut-il blâmer les institutions financières internationales ? « 

Oui. Pendant vingt ans, elles ont gravement sous-estimé la nécessité d’investir dans l’agriculture – la Banque Mondiale l’a reconnu fin 2007 (« vieux motard que jamais« …). Et les plans d’ajustement structurel du FMI ont poussé les pays les plus endettés (…) à développer des cultures d’exportation et à importer la nourriture qu’ils consommaient. Cette libéralisation les a rendus vulnérables à la volatilité des prix. »

Eh, oui… on lit ces analyses, jusqu’à en vomir, depuis quarante ans, dans « Le Monde Diplomatique » comme dans quantité de revues militantes. Mais, bien sûr, ces scribouillards n’étaient que des militants extrêmistes de gauches, hystériques et irresponsables, qui ne comprennent rien à l’économie, n’est-ce pas ???

Question : «  Le pire est-il passé ? « 

(…) L’ère de la nourriture bon marché est derrière nous. Les acteurs internationaux sont mobilisés et je pense qu’on parviendra à éviter la famine. Mais la malnutrition, qui a un impact considérable sur le développement des enfants, est à redouter. Les pauvres en milieu urbain et les populations des pays importateurs de nourriture seront les plus touchés. »

Relisez donc ce que des myriades d’ONG humanitaires ou de développement ont écrit depuis quarante ans dans leurs feuilles miltantes.
Relisez ou ré-écoutez aussi ce que les politiques ont répondu pendant la même période.

Question : «  Le marché alimentaire va-t-il s’auto-réguler ? »

 » La « main invisible » n’est pas la solution, c’est le problème.
J’étudie des mécanismes de taxations des mouvements spéculatifs
(…). Par ailleurs, un petit nombre d’entreprises, Monsanto, Dow Chemicals, Mosaic, détiennent les brevets sur des semences, des pesticides, des engrais, qu’elles peuvent vendre à des prix élevés pour les petits producteurs. Il faut réfléchir à une modification des règles de la propriété intellectuelle de ces entreprises, dont les profits explosent. » (Fin de citation)

Question subsidiaire :

Si l’on en juge par son Curriculum Vitae
on ne peut que se réjouir de voir le problème pris en mains
par un éminent professeur de droit
et militant de longue date, mais
combien de temps Mr Olivier de Schutter
va-t-il tenir dans ses analyses et dans ses fonctions
avant d’être viré ?

Source photo

Advertisements

3 commentaires pour La « main invisible » est le problème, pas la solution.

  1. Joël Minois dit :

    Les libéraux « pur jus », et j’ai connais qui son de vértables intégristes d’Adam Smith, hurlent déjà au blasphème ! Mais en la matière comme en toute matière honnêtement étudiée, quand l’expérience ne confirme pas la théorie, c’est d’abord la théorie qu’il faut remettre en cause. Difficile pour ces libéraux ancrés dans leurs certitudes.

  2. argoul dit :

    C’est vrai que « l’option nucléaire » est ce que Malthus aurait préconisé. Nos vieux poilus centenaires qui avaient bouffé de la vache enragée (quand il en restait) disaient à leurs jeunes qu’il leur faudrait une bonne guerre. Quand à « la prévision » de l’envolée des matières à la bourse, je suis heureux de découvrir (enfin !) un gourou professeur de droit qui voit mieux et plus loin que les boursiers, spécialistes et autres économistes… Peut-être devrait-il placer les fonds de l’ONU au lieu de quémander des subsides ?
    L’impéritie birmane, l’égoïsme Chirac, les braillards du blé et du poisson, les grands travaux khrouchtchéviens, le grand bond en avant chinois, le tout sur la canne castriste… tout ça fait partie aussi de cette « main invisible » qui ne guide pas que les libéraux ou les chrétiens. Autant s’en prendre à nous-mêmes avant d’accuser un Grand Principe émissaire. Comme le faisait dire Voltaire à son Candide : « cultivons notre jardin ». Il commence derrière la porte.
    En toute ironique cordialité, car il y a des aides nécessaires.

  3. […] carnaval de la Camarde… Autres billets de ce blog : ” La main invisible est le problème, pas la solution “ ” Un bol de riz pour les “traders d’exception “ “ Penser […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :