Le bourbier afghan est aussi humanitaire

Trois humanitaires nord-américaines mitraillées sur une route à 50 kilomètres de Kaboul.
Dix soldats Français mitraillés au passage d’un col à 40 kilomètres de Kaboul.
Trois soldats Canadiens, et trois soldats Polonais abattus au sud du pays.
Soixante seize civils Afghans, femmes et enfants, morts sous les bombes de la coalition de l’OTAN.

Voilà donc le bilan des dix derniers jours de la vie quotidienne en Afghanistan. Sans oublier les deux humanitaires Français pris en otages, puis libérés, en juillet.

Tout a été dit sur le type de guerre qui se déroule dans ce pays depuis …. 30 ans.
Quelques réflexions cependant :

1 – Les Anglais et les Russes ont déjà expérimenté au 20 ème siècle qu’on ne gagne pas une guerre en Afghanistan avec une armée étrangère, même super-équipée en moyens logistiques sophistiqués.
Les Américains et les Français l’ont aussi vérifié au Vietnam.
Mais comme disait l’autre (?) :  » L’Histoire nous apprend que l’Histoire ne nous apprend rien. »

americain GI falouja iraksource photo

2 – Si les forces de l’OTAN continuent de massacrer les populations civiles afghanes, même « par erreur », on voudrait que les populations villageoises s’engagent du côté des Talibans qu’on ne s’y prendrait pas autrement. C’est quoi le « professionnalisme  » des « armées professionnelles » ?

3 – Les humanitaires, qu’ils le veuillent ou non, sont assimilées aux forces militaires étrangères.
Se croire immunisé parce qu’on intervient dans un souci humanitaire est un leurre.
Envoyer trois humanitaires nord-américaines sur les routes afghanes, dans des véhicules avec logo d’identification, est totalement irresponsable de la part des responsables de cette organisation … américaine.
Les ONG ont été attaquées à 84 reprises cette année, dont 21 fois rien qu’en juillet 2008. (Source : Agency Coordinating Body for Afghan Relief« ).
L’attaque mortelle contre les trois humanitaires nord-américaines incite Mr Waliullah Rahmani (Kabul Center for Strategic Studies – cité dans le « Christian Science monitor ») à penser que :  » The assault signals a shift in the Taliban ‘s strategy toward a policy of direct confrontation with non-governmental organisations.(…) This appears to be the beginning of a new approach to surround Kaboul and eliminate any foreign or government presence in the area. » ( » L’assault témoigne d’un changement dans la stratégie des Talibans vers une approche de confrontation directe avec les organisations non-gouvernementales.(…) Cela semble être le début d’une nouvelle approche pour encercler Kaboul et éliminer toute présence étrangère ou gouvernementale dans la région. »)

4 – Comme le Hamas à Gaza, et comme le Hezbollah au sud du Liban, les Talibans estiment pouvoir assumer les « services sociaux » de la population. Mais ils ne font que répliquer, en symétrie, le raisonnement utilisé de l’autre côté :  » on envoie les militaires, et les agences des Nations Unies, avec les ONG reconstruiront les services à la population « , le tout drapé dans la croisade pour les droits de l’homme et le rétablissement de l’Etat de droit. Dans toute l’histoire de l’humanité, quel Etat est né et a vécu durablement par la grâce des ONG étrangères ?
On sait ce qu’ont fait les Talibans lorsqu’ils étaient au pouvoir (après qu’ils aient été soutenus pendant des décennies par les Américains pour libérer le pays de l’Armée Rouge).
La solution n’est pas évidente, mais elle n’est sûrement pas pas dans le mélange des genres et dans l’inadaptation des mandats des intervenants respectifs ; ce n’est pas aux ONG de faire du renseignement militaire, ni aux militaires de faire de l’humanitaire. Et plutôt que de s’enfermer dans l’autisme idéologique, il faudra bien, des deux côtés, s’asseoir pour négocier avec le Diable…

Le problème de la sécurité des personnels humanitaires n’est pas d’abord dans les mesures techniques préventives – qui ont leur importance – mais en amont, dans la perception qu’elles ont de la réalité du contexte d’intervention – et dans les perceptions des différentes parties en conflit, dans lesquelles elles insèrent leurs objectifs humanitaires.

« Aid organisations are warning that if aid workers go, badly needed social services will dry up and cripple the Afghan governement, strengthening the Taliban’s position. » ( « Les organisations d’aide avertissent que si les humanitaires s’en vont, les services sociaux essentiels se videront et affaibliront le gouvernement afghan, renforçant ainsi la position des Talibans.« ). Si cette position est bien celle exprimée par les organisations humanitaires sur place, ce qui confirme leur engagement dans une des parties du conflit, elles se mettent ainsi en symétrie avec les Talibans dans une lutte pour le pouvoir. Est-ce leur mandat ?
Ce raisonnement n’est-il pas le meilleur moyen de faire mitrailler leurs employés ? Si les organisations humanitaires se « gonflent les chevilles » à se vouloir des « grandes puissances « , dans un pays où l’Etat est déliquescent – et donc pour se substituer à lui – comment s’étonner que leurs volontaires soient pris en otages, ou descendus comme des lapins, par la partie adverse ?

Comme disait le philosophe anglais Bertrand Russel :

 » War doesn’t determine who is right, only who is left. »
 » La guerre ne détermine pas qui a raison, mais qui est abandonné à son sort. »

Afghanistan / Portrait # 3source photo

Autres billets de ce blog sur le même thème :

 » Le fourre-tout de ce que l’on demande aux ONG « 

 » L ‘Occident se prend les pieds dans le tapis afghan « 


 » Humanitaire, idéologie et …humanité « 

 » Un si détestable petit livre de Mme Saporta « 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :