Lyophiliser les élèves ?

Lyophiliser :  » Déshydratation par sublimation à basse température et sous vide que l’on fait subir à certaines substances pour mieux les conserver.«  (Dictionnaire Larousse)

the day my parents made me gaysource photo

****************

Reçu un appel lancé par des parents d’élèves de Montpellier, rédigé comme suit :

« La biométrie ne passera pas par nous.

Plusieurs collèges du département de l’Hérault viennent de décider de mettre en place un dispositif biométrique par reconnaissance du contour de la main.(…) Il s’agit d’obliger les élèves (et les personnels) de présenter quotidiennement son empreinte manuelle afin d’accéder à divers services, notamment la cantine. La raison invoquée est celle d’une meilleure efficacité. »(…)

Après les badges et autres cartes numériques, « la biométrie va permettre (…) un contrôle d’accès et donc de répercuter en temps réel les absentéismes, retards, et ainsi d’alimenter un fichier comportemental de l’enfant et des familles.
Ces nouveaux fichiers rejoindront rapidement la préoccupation de la loi « prévention de la délinquance » qui a basé sur l’absentéisme et le partage d’informations nominatives des familles le contrôle social assuré dorénavant par les Maires et les Conseils Généraux, par le biais des contrats parentaux d’éducation. »

Il s’agit là «  d’un nouveau modèle éducatif où l’on se dispense de s’interroger sur la responsabilisation des enfants, sur la nécessité de recruter (ou de garder) des personnels humains pour accompagner l’enfant, sur la différenciation des élèves en fonction de critères jusqu’alors inconnus dans notre République (comptes cantines approvisionnés, ressources des parents, etc), sur le fichage depuis l’enfance.

Cette évolution peut encore être stoppée, il y faut une volonté politique qui assure pleinement que l’éducation est une éducation à la citoyenneté, à la responsabilité, au sujet capable de libre-arbitre et de participer au fonctionnement démocratique et non le formatage de consommateurs de plus en plus dociles. »(…)

"Lecteur empreinte digitale"source photo

On se rappellera qu’en 2006, une étude de l’INSERM avait proposé la détection des troubles de comportement, à titre de prévention de la délinquance, chez les enfants de moins de 3 ans, dans les classes enfantines et les crèches en tous genres. L’étude avait été annulée suite à une mobilisation de grande ampleur, et le directeur de l’INSERM avait fait un communiqué annulant le dossier en regrettant que l’étude n’ait pas été suffisamment scientifique dans ses méthodes…

Cela rappelle une annonce faite en Angleterre par Tony Blair en mai 2007 (« Le Monde » du 16.05.07) :

« Tony Blair va annoncer ce mercredi le lancement d’un programme visant à identifier, seize semaines après leur conception, les bébés les plus à risque en termes d’exclusion sociale et de potentiel criminel. (…) Le programme ne concernera que les mères en difficultés financières dont c’est le premier enfant, et se fera sur la base du volontariat (?). (…)
Kate Billigham, responsable du programme, a évoqué, radiographies de cerveaux d’enfants à l’appui, les différences neurologiques existant entre enfants bénéficiant de toute l’attention de leurs parents, et ceux qui étaient négligés. »
(…) Elle  » estime que les risques de voir ces nouveaux-nés stigmatisés en tant que futurs délinquants ou exclus sociaux sont largement compensés par l’aide qui sera apportée aux familles pauvres et à leurs enfants. »

Moscou, les années 1950… Lyssenko, pas mort.
Stanley Kubrick avait peut-être le génie des visionnaires : les enfants risquent de devenir des oranges mécaniques… On lyophiliserait les cerveaux avant d’entrer à l’école, libres à eux de prendre une douche en rentrant à la maison pour se réhydrater…

86-Orange électroniquesource photo

Comme l’écrivait Christophe Gallaz dans une rubrique déjà ancienne (« Le Monde », 26.11.1996), intitulée :  » Les enfants, icônes et martyrs de l’effroi collectif  » :

source photo

(…)  » Les enfants font aujourd’hui l’objet d’un écrasement général et subtil, méthodiquement efficace et méthodiquement camouflé. En apparence, ils sont cajolés et comblés. Ils croulent sous des avalanches de jouets perfectionnés, s’égaillent en bataillons forcenés dans les réseaux du jeu planétaire informatique, cinglent au cap des antipodes aussitôt qu’ils le veulent, disposent de programmes radiophoniques et télévisés façonnés tout exprès à leur usage, prospèrent sous l’égide de services pédagogiques et sanitaires peuplés d’experts sur-diplômés, se transmettent leur expérience quotidienne à l’abri codé de verlans innombrables, et se fortifient dans des eldorados ruisselants et vitaminés, de sport, de films énergétiques et de littérature en format de poche.

En réalité, les enfants sont désertés par le pouvoir en général et par les adultes qui l’incarnent en particulier, méprisés et volés à soi, en manifestation d’une haine qui se déploie dans tous les domaines et par degrés.(…) Quand les sociétés sont à ce point incapables de parler à leurs enfants, c’est qu’elles ne supportent pas l’hypothèse ou le caractère obligatoire de leur propre transformation.(…) C’est en cela que les adultes sont aujourd’hui placés, à l’égard des enfants, sous le triple signe du kitsch, du mensonge et du détournement. Les premiers n’ont besoin des seconds que pour s’auto-injecter, grâce à leur voisinage, les sèves cardinales de la jeunesse et de l’énergie. »(…)

On peut ressentir quelque malaise à recevoir une diatribe aussi radicale : qu’on se souvienne pourtant des tentatives d’installer des « mosquitos« , émetteurs d’ondes anti-jeunes, dans les rues de nos bonnes villes : voir le précédent billet de ce blog sur cette innovation technologique parfaitement stupide.

Là où les choses se compliquent, c’est qu’il n’est pas exclu que des parents d’élèves fassent preuve de compréhension ou même souhaitent la mise en place de ce système.
Mme Catherine Mathelin (psychanalyste- Québec) dans un texte intitulé :  » Qu’est-ce qu’on a fait à Freud pour avoir des enfants pareils ? » s’exprimait ainsi :

(…)  » Nous remarquons que l’adolescence apparaît de plus en plus tôt et qu’elle laisse les parents de plus en plus démunis. Dans notre monde scientifique où les enfants sont programmés, désirés, attendus, dans une société où tout est fait pour eux, et pour qu’ils soient le plus heureux possible, que viennent-ils nous dire en nous agressant plus ou moins sauvagement, dès l’âge de 9 ou 10 ans ? (…)

L’enfant, de nos jours désiré, attendu, doit être livré avec toutes les options d’origine. les parents modernes ont « droit » à un enfant sans problème. Pour être certains de ne pas se tromper, pour ne pas risquer la moindre erreur, ils se tournent vers ceux qui savent. Ils confondent le plus souvent la psychanalyse et la pédagogie, oubliant que l’important n’est pas le « faire », la « bonne façon de faire », mais l' »être », c’est à dire d’être parent avec cet enfant-là. Souvenons-nous de ce que répondait Freud à une mère qui lui demandait des conseils :  » Faites ce que vous voulez, de toute façon, ça sera mal. » Cette phrase a été retenue dans le seul sens culpabilisant, alors que Freud voulait surtout mettre en lumière l’impossibilité pour les parents de rejoindre un idéal.

Les parents ne veulent plus se risquer. Ils veulent la garantie scientifique que tout sera parfait. Les pédiatres et les généticiens ont remplacé les grand-mères qui, elles, ne donnent plus guère de conseils. Qu’est-ce qui est en panne du côté de la transmission ? Freud nous a transmis justement qu’une éducation réussie était une éducation qui avait suffisamment de défauts pour être mise en cause à l’adolescence, période structurante où les enfants peuvent renvoyer aux parents leurs inévitables erreurs. Le seul espoir de gratification, pensait Winnicott, c’est le jour où vos enfants accepteront de vous confier leur bébé. A ce moment-là, vous pourrez penser que vous n’avez pas complètement raté. »(…)

Parent Drop-Offsource photo

Sur le mythe de la perfection, et sur le risque d’infiltration du système pédagogique par les discours sectaires visant précisément à la perfection par des méthodes supposées scientifiques et techniques, voir le billet précédent de ce blog :
 » Education : attention aux sectes ! »

************

Dans le délire sécuritaire généralisé, il faut noter, pour l’anecdote (?), ce qui s’est passé en Angleterre.

Extrait de la rubrique  » Insolites «  de « Courrier International » (20.09.2007):

 » De l’aveu même du gouvernement britannique, la base ADN nationale contient plus de 500 000 faux noms, mal orthographiés ou incorrects. Un profil génétique sur sept est inutilisable. Quelque 4 millions de noms figurent dans cette base. On y trouve des fiches de violeurs, d’assassins, mais aussi de suspects arrêtés puis relâchés faute de preuves. Des milliers d’individus ont décliné de fausses identités ou mal orthographié leur nom lors de leur arrestation. Dans certains cas, les patronymes ont été écorchés par des fautes de frappe. Certaines fiches comportent le nom d’une autre personne, ou celui d’une personne inexistante. »(…)

 » Des députés se sont enquis si des fausses données pouvaient aboutir à ce que des innocents (…) soient interrogés pour des crimes qu’ils n’ont pas commis. Le gouvernement reconnaît qu’il ne sait pas exactement combien de fiches sont inexactes : il a uniquement recensé le nombre de cas où le même échantillon d’ADN apparaissait dans plus d’une fiche. »(…)  » Cette base de données a beau être la plus grande du monde, la police veut aussi y inclure les gens qui jettent des ordures sur la voie publique, ceux qui resquillent dans les trains et ceux qui ne ramassent pas le caca de leur chien.

Meg Hillier, sous-secrétaire d’Etat à l’Intérieur, reconnaît qu’en raison des doublons  » le nombre d’individus réels dans la base de données est d’environ 13.7 % (?) inférieur au nombre de profils de sujets. »

test.adn.2source photo

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :