Le bon sens, c’est compliqué…

Extraits d’un article de Caroline Fourest dans  » Le Monde  » du 23.10.08 :

(…)  » Le tout-sécuritaire est un échec. D’un côté la violence augmente. De l’autre, cette politique favorise le malaise identitiaire et dégrade le vivre-ensemble. »(…)
« Une vision uniquement répressive et quantitative crée plus de problèmes qu’elle n’en résout. »
(…)
 » Lorsqu’il était Ministre de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy a souhaité établir un bilan chiffré de son action. Désormais, les policiers seraient récompensés en fonction du nombre de procès-verbaux rédigés et du taux d’élucidation par commissaire. »(…) « Le problème ne tient pas seulement à la démarche, mais aussi aux critères. Si le Ministère de l’Intérieur voulait défendre en priorité la paix sociale grâce à l’action policière, il surveillerait en premier lieu le taux de violences sur les biens et les personnes. Ces taux-là montrent que la police préventive fait baisser la violence dans un quartier. Tandis que le taux d’élucidation des affaires peut facilement être amélioré en laissant de côté certaines plaintes. » (D’où)  » le démantèlement des polices de proximité (qui présente) l’inconvénient de rétablir la confiance des habitants et donc d’enregistrer toutes sortes de plaintes, parfois impossibles à élucider, comme les vols de paillassons…

Autre effet pervers, cette vision quantitative pousse les policiers à coller un maximum de procès-verbaux. Le moyen le plus simple étant de faire du contrôle d’identité tous azimuths. Sachant qu’au même moment le ministère de l’immigration et de l’identité nationale incite à  » faire du chiffre  » en vue d’expulser un maximum d’immigrés en situation irrégulière, il n’est pas difficile de comprendre pourquoi le contrôle au faciès a explosé ces dernières années.

IMG_2127.jpg par Cyril CavaliéSource photo

Les partisans du tout-sécuritaire ont-ils noté que cette politique n’a pas permis, bien au contraire, de reprendre le contrôle des territoires perdus de la République ? «  (…) Les tribunaux sont embouteillés à cause de contrôles d’identité ayant dérapé en « outrages à agents« . L’actualité déborde de bavures. Et les prisons débordent tout court.

Le tout -sécuritaire fait penser à un pompier qui voudrait éteindre un incendie avec un lance-flammes. »

Outre qu’on a le sentiment que cette analyse est de simple bon sens, elle fait aussi réfléchir à cette tendance de notre époque de vouloir évaluer – se rassurer ? – avec des indicateurs quantitatifs, dans un charabia qui donne aux locuteurs le look du professionnalisme …
Alors que nombre de fonctions étatiques ne peuvent se réduire à « faire du chiffre » …
Comment mesurer l’efficacité d’un assistant social ? Au nombre maximum de cas résolus positivement dans un minimum de temps ? Les enseignants travaillant dans des établissamenents scolaires de quartiers difficiles qui auront moins de résultats chiffrés aux examens sont-ils donc – pour cette simple raison – de mauvais enseignants ?

Dans d’autres temps, l’Eglise catholique mesurait l’efficacité de ses prêtres catholiques au nombre d’hosties distribuées aux communions… Quelle était la signification réelle de cette mesure quantitative ?

…. Au Bangladesh, il y a deux siècles, on mesurait l’efficacité missionnaire des prêtres partis évangéliser l’Asie au nombre d’ « indigènes » qu’ils avaient « convertis » et auxquels ils donnaient leurs noms patronymiques pour attester la réalité des conversions.  C’est ainsi qu’encore aujourd’hui, des centaines de milliers de Bangladeshis (sur 145 millions d’habitants) s’appellent toujours et depuis plusieurs générations, Da Costa, Da Silva et autres De Souza …
So what ?

Corticelli - 1, 2, 3... par Recovery (rwav1)source photo

Voir dans un autre billet de ce blog
une proposition intéressante sur la police de proximité…

Publicités

One Response to Le bon sens, c’est compliqué…

  1. rachid dit :

    C’est toujours la même hypocrisie, face à l’insécurité ou un simple sentiment d’insécurité, la première réaction consiste à rechercher une protection immédiate. C’est une réaction compréhensible venant du simple citoyen et c’est parfois la bonne réaction.

    Pour ce qui concerne les politiques, c’est du mensonge et de la démagogie. Toutes les études sociologiques et comportementales montrent que la délinquance et la criminalité augmente conjointement avec les inégalités sociales et la violence du pouvoir.

    La société Américaine est de loin la plus criminogène et la plus répressive de toutes les démocraties. C’est pourtant celle qui dépense le plus pour la sécurité et celle qui incarcère le plus. Pour information, le taux d’emprisonnement aux USA est environ 7 fois supérieur à celui des principaux états européens du sud.

    La seule solution, et tous les politiques le savent parfaitement, consiste à augmenter les programmes sociaux afin d’apaiser les frustrations individuels et collectives. Cela passe certainement par une augmentation des prélèvements obligatoires et une réforme de la fiscalité.

    Peu de gens savent qu’un euro dépensé dans « le social » rapporte infiniment plus à la collectivité qu’un euro dépensé en allègement fiscal. Il y a en France moins d’une personne sur 500 qui ait un intérêt économique réel à diminuer la part de l’état dans la société. Il y a pourtant près de 50 pour 100 des individus qui sont convaincus du contraire. L’idéologie libérale a encore de beaux jours devant elle !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :