Omar El-Béchir : la justice, obstacle à la paix ???

Que disait Madame Louise ARBOUR,
ancienne  Procureure du Tribunal Pénal International
et ancienne Haut-Commissaire aux Droits de l’homme
des Nations Unies ?


SWITZERLAND UN

“Certains disent : la paix d’abord, la justice ensuite. (…)
“ Asservir la justice à des processus politiques,
c’est la compromettre.
Quand on commence à dire
que “
la justice doit intervenir au bon moment ”,

par définition, on l’instrumentalise.”

“Quand j’ai inculpé Milosevic,
la majorité des opinions de l’OTAN était
qu’un acte d’accusation serait catastrophique,
que Milosevic allait se braquer.
Moi, j’ai décidé que je porterais des accusations
au moment approprié sur le plan de la justice.
Huit jours plus tard, le conflit était terminé.

Je ne veux pas suggérer que c’est l’acte d’accusation
qui a mis fin au conflit,
mais on ne doit pas présumer
des conséquences d’un geste de justice,
surtout si c’est un geste
qui a sa propre intégrité.

LA JUSTICE A SES RAISONS
QUE LA RAISON POLITIQUE NE CONNAÎT PAS.”

Question : “Vous suggérez que des inculpations
pourraient faciliter un réglement de la crise au Darfour ?

Réponse : ” Non. Je ne spéculerais ni dans un sens ni dans l’autre.
Porter des accusations de génocide,
de crimes contre l’humanité
est un geste très solennel,
qui a des conséquences importantes
pour les victimes,
pour l’accusé,
et pour l’environnement international.
Je me fais l’avocate de cette position extrême
parce que personne d’autre ne le fait.
Tout le monde parle de compromis,
mais moi je pense qu’on doit dissocier les agendas.

Quels sont donc les résultats politiques
actuellement au Darfour
pour nous dire d’y aller doucement avec la justice ?”

Le contexte afghan ?
“Dans ce pays, le premier geste de justice, important,
c’est la “vérification” :
empêcher que des personnes contre lesquelles
il y a des preuves sérieuses
puissent accéder à des postes importants
dans le domaine politique,
dans la fonction publique, dans la police.

Certains répondent qu’alors,
ils continuent leurs activités de “seigneurs de la guerre”.
C’est spéculatif.
Et même si c’était le cas, que va-t-on faire ?
Légitimer leur pouvoir ?
Cela non plus n’est pas acceptable.”

(Le Monde, 07.02,07)

Advertisements

2 commentaires pour Omar El-Béchir : la justice, obstacle à la paix ???

  1. rachid dit :

    MASCARADE !

    Alléluia, mes frères !
    La Cour pénale internationale a décidé d’accuser le président du Soudan de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité. Si ce n’est pas un jour faste pour l’humanité, qu’est-ce que c’est ?
    Je plaisante bien sûr, je dirais même que je ris jaune. Non pas que j’aie une estime particulière pour le président soudanais Omar-el-Béchir (je précise pour que l’on ne m’accuse pas d’être l’ardent défenseur des dictateurs !).
    Mais enfin, si on veut une justice internationale digne de ce nom, il faudrait tout de même commencer par le commencement et balayer devant notre porte.
    Ne pas donner toujours l’impression que ce sont les dirigeants africains (ou arabes, ou musulmans) qui sont dans le collimateur.

    Je sais, je sais. Il est plus facile de juger un dirigeant d’Afrique, même « sanguinaire », qu’un dirigeant d’une grande puissance non démocratique mais nucléaire, style la Russie ou la Chine, voire la Corée du Nord.
    Et on s’étonne après ça que de nombreux dirigeants cherchent à posséder la bombe atomique ! Cela dit, ces pays ne sont pas les seuls à contourner le droit international. Une question taraude les intellectuels du Tiers-monde.

    Pourquoi les démocraties, promptes à promouvoir des normes droit-de-l’hommesques, ne répondent-elles jamais de leurs actes ?

    Pourquoi personne ne parle de juger George W. Bush, coupable d’une guerre illégale en Irak et responsable de la mort de milliers de civils ?

    Pourquoi Israël, coupable de crimes de guerres à Gaza (on pourrait le démontrer facilement si on voulait s’en donner la peine), est-il ignoré par ce même tribunal ?

    La vérité mes frères, mes semblables, hypocrites lecteurs, c’est que tout cela n’est que mascarade. Au tribunal de l’Histoire, instauré par l’Occident, les accusés sont innocents ou coupables de naissance.

    Quel besoin d’un tribunal alors ?

    Pour nous donner bonne conscience et abuser les sots que (certains pensent) nous sommes !

  2. […] Voir les billets précédents de ce blog sur ce sujet : « La justice, obstacle à la paix ? […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :