Parrain ou marraine bénévole de la gare ?

Inattendue, cette annonce parue dans « 24 Heures » du 20 mars 2009 :

 » Vous avez envie d’échanger, de dialoguer, de convaincre,tout en contribuant à augmenter le sentiment de sécurité à la gare d’Aigle. Cette expérience bénévole vous motive et peut être utile tant dans votre vie professionnelles que  privée.

 » DEVENEZ MARRAINE OU PARRAIN
DE LA GARE D’AIGLE !

La ville et les CFF (Chemins de fer Fédéraux) poursuivent leur partenariat dans le cadre du programme de parrainages des gares, qui contribue à lutter contre la violence et les incivilités.
Notre objectif est d’augmenter le sentiment de sécurité, dans et autour de la gare, par une présence et une visibilité préventives.

Vous souhaitez sensibiliser au respect d’autrui dans un cadre clairement défini.
Vous rendez aussi de petits services aux voyageuses et voyageurs.
Sur le terrain, vous intervenez toujours par équipe de deux.
Vous êtes préparé(e) à votre future tâche au cours d’une formation de cinq jours, dispensée par la Croix-Rouge vaudoise et les CFF.
Votre profil : bénévole, vous vous portez disponible dans les plages horaires irrégulières, en fonction de vos possibilités. Vous aimez le contact et mettez à profit vos qualités de communication.

Pour vous remercier, les CFF vous offent des bons d’achats et des voyages.
Vous recevez, en outre, une attestation de formation.
Contribuez avec nous à entretenir un climat positif dans votre gare. »
(…)

aigle_gare_1Bénévoles à la gare d’Aigle

Interprétations possibles :

Ou bien :
l’annonce de la Municipalité d’Aigle vise à faire connaître la gare d’Aigle comme Salvador Dali a tout fait pour rendre mondialement célébre la gare de Peprignan.

Ou bien :
Les seniors d’Aigle, particulièrement oisifs, deviennent des trouble-fêtes et commettent nombre d’incivilités, notamment près de la gare. Et donc il faut faire comme dans certaines écoles : associer les jeunes eux-mêmes à la prévention des incivilités…

Ou bien  :
Ce type d’initiative participe de l’obsession sécuritaire typique de notre temps, ça coûte moins cher de faire appel aux bénévoles  et la communication est bonne pour l’image de la municipalité qui « fait quelque chose » contre (le sentiment de) l’insécurité.

Ou bien :
ne pas en faire une histoire, car c’est le genre d’initiative qui peut correspondre à un besoin de s’occuper pour certains et au besoin de se rassurer pour les autres. Et en plus c’est gratuit.

Mais, comme ce système se développe dans plusieurs communes vaudoises,
à coup sûr, la population de retraités augmente…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :