Les temps changent, mais pas toujours l’air du temps

A l’occasion de la parution de la 20 000 ème édition du journal  » Le Monde « , ce quotidien réédite les unes des évènements considérés comme les plus significatifs de l’histoire depuis la création du journal.

En lisant ces « Unes » rédigées dans la « chaleur » des évènements, on ne peut s’empêcher de ressentir parfois un trouble parfois une heureuse surprise quant à la perception que nous avons aujourd’hui de ces évènements.

Exemples libres :

Dans l’édition du 3 mai 1945, dont la « Une » mentionne « Hitler est mort« , il y a aussi un article sur la mort de Mussolini, qu’après avoir raconté par quel stratagème il fut capturé, l’analyste René Courtin commente  ainsi: (…)  » Qui pourrait déplorer cette exécution sommaire, qui constitue l’aboutissement logique d’une telle destinée, dont, depuis l’Antiquité, l’Italie offre tant d’exemples ?
On eût voulu, cependant, que la libre justice des hommes se prononçat seule ici, et non la passion sans contrôle, la haine déchaînée d’une populace qui, après avoir sans doute adulé bassement le maître tout-puissant qui flattait ses appétits, a piétiné et souillé de ses crachat le corps du vaincu et s’est ainsi placée à sa mesure.
De toutes les catatrophes que la dictature amoncelle sur un pays, la moindre n’est, sans doute, pas celle qui résulte de l’anéantissement de tous les cadres sociaux et des règles fondamentales de la morale sociale. L’homme est alors ramené à sa sauvagerie primitive. »
(…)

Source photo

***********

Dans l’édition du 16 mai 1948, concernant la  création de l’Etat d’Israël :

Extrait :

 » A 16 heures, hier vendredi, huit heures avant l’expiration du mandat britannique, (…) Mr David Ben Gourion, président du Comité Exécutif de l’Agence juive a lu une proclamation devant les délégués du Conseil national juif :
(…) «  L’Etat d’Isarël sera ouvert à l’immigration de juifs de tous les pays, et leur arrivée permettra de favoriser le développement du pays pour le plus grand bien de tous ses habitants. L’Etat d’Israël sera fondé sur les préceptes de la  justice, de la liberté, et de la paix qu’ont enseigné les prophètes hébreux. Il établira une complète égalité des droits à tous les citoyens sans distinction de race, de foi ni de sexe, et garantira la pleine liberté de culte, l’éducation et la culture pour tous. Il garantira le caractère sacré et l’inviolabilité des lieux saints de toutes les religions. Il se conformera aux principes de la Charte des Nations Unies.
(…)

Merci de bien vouloir transmettre à MM.Netanhyaou et Libermann.

Source photo

*****************

Dans l’édition du 30 novembre 1974, à propos du vote de la loi libéralisant l’interruption volontaire de grossesse, soumise au Parlement français par le gouvernement de V.Giscard d’Estaing et la ministre Simone Veil, le billet du jour de Robert Escarpit le commente ainsi :

(…)  » Le vote (…) apporte un changement d’importance dans la société.
(Le président) n’a obtenu ce succès personnel que grâce à une majorité incontestablement non-présidentielle.
Dès lors on peut se demander si nous ne sommes pas en présence d’un nouveau système de double commande politique, où le président disposerait de deux et non plus d’une majorité : une pour changer, l’autre pour continuer. En somme un accélérateur et un frein.
Toute la question est maintenant de savoir si, automatique ou non, il dispose d’un débrayage pour éviter de caler le moteur. »

Merci de bien vouloir transmettre le message au Président Sarkozy, qui semble déterminé à tenir un discours destiné à une large majorité de droite modérée et de centre gauche, mais dont les actes sont plutôt destinés à la droite économique  la plus radicale et à l’extrême-droite sur les questions d’immigration. De toute façon, comme le disait un autre maître-expert en brouillage ès concepts, le président Mitterrand :

 » En politique, on ne sort de l’ambiguité qu’à son détriment. »

Publicités

One Response to Les temps changent, mais pas toujours l’air du temps

  1. argoul dit :

    Intéressants extraits. L’imparfait du subjonctif de 1945 passerait-il encore à la correction politique ? La modération d’analyste de 1974 est-elle encore de mise dans l’affirmation identitaire et toujjours politique de tout « journaliste » d’aujourd’hui ? Ce sont autant de subtiles questions levées par ces morceaux de choix.
    Cordialement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :