Elections lausannoises diaphanes

Citoyennes, citoyens, compagnons, camarades,
vous pourrez donc choisir, le 13 mars, vos élus minicipaux
à partir des affiches et appels ainsi formulés :

Comment peut-on voter sur un bilan
s’il n’y a aucun engagement ?

**********

            Donc inspirez profondément 
             avant d’ entrer dans l’isoloir….

**********

 

Donc n’oubliez pas de voter avant midi !!!

**********

Ni gauche, ni droite … au pas …
et regardez-devant vous !!!

********** 

Développer oui, mais développer quoi ?
Libre de qui ou de quoi ?

**********

En général, c’est après l’élection
qu’on se dit populaire, non ?

********** 

Kekseksa ?
Ce sont ces gens qui pensent qu’on luttera
contre le réchauffement climatique
par la cotation en Bourse des droits de polluer…
Peut-être rien compris…
mais comme l’affiche n’explique rien…
on croit comprendre :
« Votez, nous ferons le reste… »

**********

 Un « bon citoyen de qualité suisse » vote à l’extrême-droite…
et si vous ne votez pas UDC, vous n’êtes pas un bon citoyen…

La réaction ne s’est pas fait attendre :

 **********

Faudra souffler sur l’éolienne ?

**********

C’est ce qu’on appelle le vote « punching-ball »…

********** 

Ceci est un » élément de langage » socialiste…
…qu’y a-t-il de socialiste dans l’affiche ???

**********

Au moins , il y a des vrais gens sur la photo,
avec des mots que tout le monde comprend,
et le début de l’amorce de l’ébauche de l’esquissse,
voire de l’épure … d’un programme.

**********

Un étrange sentiment de » déjà épuisé »,
dans le syle et langage,
malgré la justesse  des analyses
et la force des convictions…

**********

CONTRE LE CONFORMISME GÉNÉRALISÉ :

STOPPER LA MONTEE DE L’INSIGNIFIANCE

            Il manque la voix de Cornelius Castoriadis, ce dissident essentiel, en ces temps de « non- pensée ». 
            Il n’a pas sombré dans le renoncement esthète, ni dans le cynisme ni dans cette apathie repue qui dit :
« Tout se vaut, tout est vu, tout est vain. »
           
Il dénonce une élite politique réduite à appliquer l’intégrisme néolibéral, mais souligne aussi la responsabilité du « citoyen » que la précarité désengage de l’activité civique.
            Silencieusement, s’est mise en place cette formidable régression : une non-pensée produisant cette non-société, ce racisme social. Jusqu’au bout Castoriadis a recherché une radicalité : « Je suis un révolutionnaire favorable à des
changements radicaux, disait-il quelques semaines avant sa mort. »
(Le Monde Diplomatique – Août 1998)

 ************************

Malgré tout, devant cette litanie d’affiches presque toutes insipides, il faut signaler et affirmer clairement que Lausanne a la chance de disposer d’un Syndic (Maire), Mr. Daniel BRELAZ, écologiste compétent, intègre, nullement arrogant, accessible, qu’on peut croiser à la boulangerie du coin sans le soupçonner de « faire peuple », capable d’analyses politiques locales imparables et d’humour à réjouir tous publics et à calmer les journalistes stagiaires les plus déterminés. Signe particulier : sait occuper les medias par ses cravates avec chat…

Même si, comme il se doit en démocratie,
il a ses adversaires politiques,
des gens comme ça,
dans cette fonction-là,

il faut les garder le plus longtemps possible…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :