La leçon de méthode de RIO + 20

Passé le tsunami des lamentations sur l’échec de la conférence RIO + 20 – d’ici trois jours, on sera « passé à autre chose » – et de l’expérience acquise dans la fréquentation répétée de ce genre de Conférence, Congrès, Sommet, etc… on ne peut s’empêcher de tirer une leçon probablement définitive : la sauvegarde de la planète et l’intérêt des générations futures ne peuvent probablement plus résulter d’une démarche internationale de ce type.
La concentration de pouvoirs, y compris ceux de la société civile, dans  » l ‘unité de temps, d’action et de lieu  » des tragédies classiques, n’est plus justifiée que par leur intérêt médiatique qui peut avoir son importance – mais les chefs d’Etat des pays les plus importants et décisifs ne s’y déplacent même plus.

source photo

Le sujet est donc devenu trop sérieux et trop grave pour attendre quoi que ce soit d’Etats qui ne sont plus préoccupés que par leur propre survie, face à la globalisation financière, face à la mondialisation des échanges, aux phénomènes migratoires et … aux « obligations électorales ».

Les acteurs de la société civile, et y compris une nouvelle génération d’industriels, parallèlement aux innovations sociales de nombreuses ONG et associations locales, ont commencé depuis longtemps à travailler concrètement et efficacement sur le terrain, sans attendre les mots d’ordre et « éléments de langage » issus des grands raouts planétaires.
Si échanges, dialogues et confrontations il doit y avoir, y compris pour contraindre les Etats à modifier ou créer des lois et normes, cela ne pourra venir que sur impulsion du niveau local, national, voire regional (exemple : l’Union Européenne).

Nous entrons dans une période nouvelle où les Sommets « thématiques », cloisonnés dans leur propre langage technique, ont fait leur temps : il ne devrait plus y avoir de Conférence Mondiale de l’OMC sans y inclure les conclusions des Conférences de la FAO sur la faim dans le monde (qui résulte plus, comme on le sait, de la spéculation boursière que de la pénurie alimentaire), sur les conclusions d’un Rio sur les conséquences des changements climatiques et la sauvegarde de l’environnement.


Les véritables changements ne viendront pas d’une structure de gouvernance mondiale formelle, créées par les Etats, dont d’ailleurs beaucoup ne veulent plus entendre parler – et que de toute façon, les multinationales ont vite fait de noyauter (voire le Forum mondial de l’Eau à Marseille en mars 2012), mais par la pression de la société civile, légitimée par les résultats efficaces de son action locale ou nationale.

source photo

Puisque les Etats ne sont pas fichus de prendre au sérieux leur propre ratification des instruments juridiques internationaux, la société civile s’en chargera, mais d’une autre manière (à condition qu’elle-même ne se laisse pas noyauter par les intérêts privés). Et s’il y a nécessité d’une forme de gouvernance mondiale, ce sera par une sorte d’évidence issue de l’action d’une multitude d’acteurs de la société civile qui obligeront les Etats à être sérieux : ce serait tout de même un comble que les notions de bien public, de bien commun de l’humanité, de coopération, de solidarité deviennent  le monopole des acteurs de la société civile, tandis que les Etats ne seraient plus que la bouteille presque vide qui flotte au gré des tempêtes boursières, des coups d’Etat, des modes médiatiques (3 thémes internationaux par semaine… renouvellement permanent des stocks…) etc.

*******

source photo

A la réflexion du Mahatma GANDHI qui disait :

« The world has enough for everyone’s needs,
but not enough for anyone’s greed”.

« Le monde a suffisamment pour les besoins de chacun,
mais pas assez pour l’avidité de n’importe qui. »
(…)
les gens et les communautés locales
vont de plus en plus se prendre en mains
et créer des formules de survie locale et régionale.
Comme disait Coluche
en créant les « Restos du Coeur »
devant l’aggravation de la misère:
 » Si les politiques disent qu’ils ne savent pas faire,
eh bien, nous, on va leur montrer qu’on sait faire
. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :