Kader ATTIA, artiste « incarné »

imagesR7OGOZ3U
Source photo

Cet été 2015 s’est tenu, à Lausanne, au Musée des beaux-Arts, une exposition de l’artiste franco-algérien Kader ATTIA, dont il peut apparaître prétentieux, voire pompeux, de lui affubler l’adjectif « incarné »… Et pourtant, dans la litanie des expositions d’art contemporain, l’abstraction est telle qu’on se demande parfois si l’artiste existe.

Kader ATTIA, lui, existe bien, et nul mieux que le journaliste Philippe Dagens ne décrit (« Le Monde » du 16.07.15 – p.20) le saisissement et l’émotion que l’on éprouve en s’imprégnant de cette exposition  :

« Allégorique est l’installation « Asesinos! Asesinos! « faite d’une centaine de portes récupérées. Chacune a été sciée en deux dans le sens de la longueur et les moitiés réunies par une charnière, de sorte qu’elles tiennent debout en triangle. Il y a de portes plutôt nobles, d’autres lamentables, des vernies et des écaillées. Au sommet du triangle, un porte-voix ou un mégaphone est fixé. Aucun son n’en sort. Cette foule, tassée dans un espace à peine suffisant, paraît s’avancer en silence. La langue du titre donne à penser que ce pourrait être un cortège des  » folles de la place de Mai  » en Argentine ou d’autres victimes de dictatures latino-américaines. Le principal n’est pas là, mais dans la monumentalité oppressante et le mutisme du dispositif scénique. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :