Parmi les divagations de Trump…

Interview de Richard Powers, écrivain américain, auteur du livre « L’Arbre-monde », cité dans « Le Monde » du 14.09.2018.

Question : « Après les incendies qui ont ravagé la Californie cet été, le président Trump a déclaré qu’il faudrait abattre les arbres car, s’il y avait moins d’arbres, il y aurait moins d’incendies…

Richard Powers :  » Cette déclaration grotesque mais dévastatrice me met en rage.(Son) administration a entrepris de démanteler l’essentiel d’une législation environnementale cruciale, conquise de haute lutte. (…) Cette remarque ahurissante de Trump s’inscrit dans une vision paternaliste qui place les hommes au-desus des femmes, les Blancs au-dessus des autres races, les Américains au-dessus des autres nations, et confère aux humains un pouvoir absolu sur tous les êtres vivants.
La domination de l’homme sur le non-humain n’est pas la solution. (…) Si nous voulons continuer à vivre sur cette planète, nous devons oeuvrer à rétablir les innombrables connexions qui nous lient au monde non-humain. (…) La littérature a fait de ces connexions une matière à récits. Les romanciers sérieux d’aujourd’hui doivent se remémorer ces récits et ces mythes, et entre prendre d’en inventer de nouveaux. Nous ne sommes pas seuls au monde. Il est grand temps de faire connaissance avec nos voisins et de revenir sur terre… »
L’image contient peut-être : texte

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :