Enfants exploités par le travail

26.08.16

Extrait  de « HUGO Orateur »  (anthologie par Myriam Roman), Collection Folioplus Classique, page 21 :

Victor HUGO s’adresse en ces termes à ses collègues de l’Assemblée Nationale française en juin 1847 :

(…)
« Remarquez ceci :
  Vous faites des lois sur quoi et sur qui que ce soit, homme ou femme. Les réclamations s’élèvent, la lumière vous arrive de toutes parts. Sur le clergé ? les évêques prennent la parole. Sur l’université ? vos collèges sont en rumeur. Sur la classe ouvrière ? elle s’agite. Sur le commerce ? il pétitionne. Sur les médecins ? ils se plaignent. Vous faites des lois sur les enfants ? ils se taisent.

  Ils se taisent. Pourquoi ? parce qu’ils ignorent. Qu’y a-t-il de plus grave et de plus touchant ! Ils ignorent. Ils ne se doutent pas que vous vous occcupez d’eux; ils ne savent même pas ce que vous leur faites. Ne sentez-vous pas que cela vous saisit au plus profond et au plus intime de la conscience ?
  Ils se taisent. Et que de choses ils auraient à dire s’ils pouvaient parler ! Ils vous peindraient leur destinée, leur labeur, leurs fatigues avant et après le travail, la privation de soins, d’enseignement, de repos, de sommeil; ils vous diraient que lorsqu’il s’agit de les accabler de travail, la pauvreté dans la famille parle le même langage exigeant que la cupidité dans le maître. Ils vous diraient que pour eux le travail, qui devrait être un éducateur, n’est qu’une dégradation et un abrutissement. Ils vous diraient tout ce qu’ils souffrent, eux, messieurs, qui sont devant le législateur les seuls à être absolument ignorants et absolument innocents.
   Ah ! messieurs, ayez pitié d’eux ; à tous les accablements de la destinée, de la faiblese, de la misère, n’ajoutez pas ce dernier accablement, la dureté de la loi. Vous ajoutez quelques aunes (à la) richesse publique. Mais vous ôtez des âmes à Dieu, des intelligences à la civilisation, des citoyens à l’Etat. »

Amérique Latine et caraïbes : 12.5 millions d’enfants  au travail
source photo

 

 


CAMPAGNE POUR L’ABOLITION DE LA PEINE DE MORT ET L’EMPRISONNEMENT A VIE DES ENFANTS

16.06.16

              * Enfant : moins de 18 ans au moment de la commission de l’infraction

      Considérant qu’un enfant se définit par la capacité relative de discerner, de s’exprimer et de se défendre, les normes internationales de la justice juvénile, largement ratifiées par la plupart des pays du monde, interdisent la peine capitale et l’emprisonnement à vie pour les enfants, quelle que soit la gravité de leurs crimes. Cf. l’Article 37 de la Convention relative aux droits de l’enfant (1989) : « Les États parties veillent à ce que : a) Nul enfant ne soit soumis à la torture ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. Ni la peine capitale ni l’emprisonnement à vie sans possibilité de libération ne doivent être prononcés pour les infractions commises par des personnes âgées de moins de dix-huit ans. »

     La condamnation, comme l’exécution de la peine de mort et de l’emprisonnement à vie envers des enfants (au moment de l’infraction) sont illégitimes. Aucune pratique coutumière, à justification religieuse ou autre, ne prévaut sur les conventions et instruments internationaux ratifiés par les États eux-mêmes.
L’action de Vivere renforcera aussi, dans la mesure de ses moyens, les campagnes et coalitions existantes pour l’abolition de la peine de mort et de l’emprisonnement à vie en général, visant à ajouter une expertise et un investissement spécifiques en rapport avec les droits de l’enfant et les normes relatives à la justice pour enfants. Fort de l’apport d’organisations de référence, tels le CRIN
(2) et autres sources d’informations fiables, Vivere s’engage dans cette campagne en concertation permanente avec toutes organisations et instances compétentes.

FAITS ET CHIFFRES

       La peine de mort est encore applicable aux enfants au moins dans 13 pays (1). Parmi eux, certains ne l’appliquent pas et d’autres, qui ont pourtant ratifié les instruments juridiques internationaux, légitiment l’application de cette peine par la prévalence de coutumes, de procédures traditionnelles ou religieuses, sur le droit pénal.
La peine d’emprisonnement à vie est prévue, explicitement ou non, pour les enfants dans plus de 70 pays et ne peut donc, par principe, être considérée comme rare ou exceptionnelle. L’emprisonnement à vie peut être assorti d’une impossibilité de libération mais peut aussi résulter, de facto, d’une indétermination dans la durée de détention. Dans tous les cas l’enfant est susceptible d’être incarcéré à vie.
(…)

  • Arabie Saoudite, Brunei Darussalam, Emirats Arabes Unis, Iran, République Démocratique Populaire du Laos, Malaysie, Maldives, Nigeria, Pakistan, Qatar, Somalia, Tonga, Yemen.
  • Child Rights International Network (CRIN) : https://www.crin.org (Cliquer :“Inhuman sentencing of children“).

                                 OBJECTIF ET RESULTATS ATTENDUS 

      Fin décembre 2022, les pays dont la législation stipule encore la peine capitale et ceux prévoyant l’emprisonnement à vie (avec ou sans possibilité de libération) pour les enfants, auront aboli les articles de loi s’y rapportant, ou les auront explicitement bannis, et pris les dispositions permettant d’en vérifier l’application sur leur territoire.
         

      Dans l’intervalle, Vivere demande un moratoire, avec effet immédiat, sur les sentences de peine capitale ou d’emprisonnement à vie envers des enfants en attente de jugement, comme sur leur application après jugement, non pas comme mesure humanitaire, mais dans la perspective de l’abolition légale, explicite et définitive, de ces peines, en application des instruments juridiques internationaux que ces États ont signés et ratifiés.
Ces peines doivent être remplacées ou commuées en peines et mesures conçues et appliquées en vue de la réintégration de l’enfant dans sa communauté, et en conformité avec l’Article 6 de la Convention des droits de l’enfant : « 
1. Les États parties reconnaissent que tout enfant a un droit inhérent à la vie.  2. Les États parties assurent dans toute la mesure possible la survie et le développement de l’enfant. »

      Dans chaque pays concerné, Vivere sera à l’écoute des acteurs de la société civile concernés par ces réalités, pour soutenir et renforcer leur action de manière adaptée à chaque contexte spécifique, y compris, si nécessaire, au niveau international. En toutes circonstances, l’action de Vivere sera animée d’un double souci d’efficacité et de sécurité pour les personnes qu’elle soutient ou qui y contribuent.          

      Cette campagne vise ainsi à faire œuvre de justice due aux enfants et aux jeunes dans le monde, face à des peines anachroniques et contraires à la loi.
Elle est animée par un noyau de bénévoles basés en Suisse, qui mettent à profit leurs expériences professionnelles respectives dans la promotion des droits de l’enfant, notamment en référence aux normes et instruments internationaux en matière de justice juvénile, et
dans un esprit de stricte neutralité politique et religieuse.

Aucune force n’est dérisoire dans ce combat pour le droit à la vie et au développement de ces enfants qui risquent la mort ou l’emprisonnement à vie.
Tous les soutiens sont les bienvenus : juridiques, financiers, compétences en réseaux sociaux, en traductions, etc… Vivere cherche à assurer le budget de la première année de fonctionnement, évalué à CHF 8 000.- (Euros 7 200.-).

Pour tout renseignement complémentaire, consulter le site de Vivere :                                 www.vivere.ch  et pour prendre contact écrire à : contact@vivere.ch       
Lausanne, 20 mai 2016

 


Revenu de base garanti … pour les 16 – 26 ans !

6.06.16

Le peuple suisse a refusé (77% des votants), ce dimanche 5 juin 2016, sur le « Revenu de base inconditionnel », qui lui était présenté selon la définition suivante :

 » Revenu de Base Inconditionnel (RBI) est une rente mensuelle, suffisante pour vivre, versée individuellement à chaque personne, de la naissance à la mort, quels que soient ses autres revenus ou sa fortune.

Comme avec les autres revenus, le RBI se substitue à la plupart des prestations sociales jusqu’à la hauteur de son montant (AVS, AI, allocation d’étude et familiales, aide sociale, assurance chômage, etc.). Les prestations sociales en sus seront maintenues pour les ayants droit, par exemple dans le cas du chômage ou des prestations complémentaires. »

   Pourquoi pas ? au rythme où se succèdent les victimes par millions des crises économiques récurrentes, la voie est ouverte aux – utopistes qui, parfois dans l’histoire ont été de précurseurs prophétiques… »

On ne peut s’empêcher de poser la question : le système serait-t-il durable ? On ne le saura que lorsqu’un pays aura essayé…
Aux deux extrêmités de la pyramide des générations, les problèmes s’aggravent : d’un côté, une génération de plus en plus nombreuse de retraités qui, progressivement, verront leurs pensions diminuer. De l’autre côté, une génération de jeunes soit sans emploi, soit en stages perpétuels rémunérés ou non, qui ne cotiseront qu’à partir de 30 ou 35 ans, avec des emplois précaires dans leur durée.

Résultat de recherche d'images pour "jeune aventurier"

Et donc, dans une France et une Europe à la démographique vacillante, et puisqu’il paraît qu’ « on a tout essayé « …une mesure d’urgence et de simple bon sens s’impose : il faut mettre en place un système de revenu de base universel pour tous les jeunes de 16 à 26 ans.
– D’une part, l’apprentissage de la gestion autonome d’un budget ne se fait que si on met les individus en situation de l’assumer progressivement.
– Cela ferait cesser ce spectacle humiliant (pour les jeunes) de la succession d’études coûteuses (pour des parents dont les retraites ne suffiront plus), de stages à répétition, gratuits ou très faiblement rémunérés, pour une génération entière de jeunes adultes contraints de vivre chez – et aux frais de – leurs parents  jusqu’à 30 ans et plus…
– Ce revenu ferait l’objet des mêmes charges sociales générales, ce qui couvrirait une part des dépenses de santé, une contribution significative aux caisses de retraite,  etc…

A quelles conditions ?
– Suivre l’école selon ses capacités, ce qui contribuerait à l’équilibre des formations différenciées selon les talents, et selon une diversité de compétences et de niveaux de responsabilité, ce dont le marché du travail a besoin.
– Passer une période de 2 ans, entre 16 et 26 ans, dans un pays d’une autre culture que la culture d’origine, soit en une fois, soit en plusieurs séquences, soit en études, soit en travail, soit en bénévolat – dont 3 mois dans une association d’utilité publique ou humanitaire.

Qui aimerait creuser cette idée ?
Quel candidat à quelque pouvoir serait d’accord d’affronter une partie de l’opinion publique pour tester la formule ?

 

 

 

 


Indignation No 4/4 : Une sonde Rosetta pour Chibok ?

14.04.16

Pourquoi donc la chaîne de télévision CNN choisit-elle de rendre publique, le 14 avril, une une photo de 15 des 276 jeunes filles kidnappées par Boko Haram dans leur école de la ville de Chibok, au nord-est du Nigeria ?  (dixit la presse) ?
Comment est-ce possible qu’il n’y ait strictement aucune trace de ces presque 300 adolescentes, dont les medias affirment qu’elles ont probablement pour être vendues comme esclaves sexuelles ou comme chair à canon d’attentats kamikazes ?

Supposons qu’un canard soit trouvé mort, victime de la grippe aviaire, un matin sur plage du Sri Lanka… Le monde entier en sera informé le soir même par toutes les TV du monde.
Mais on n’a toujours aucune trace des adolescentes nigériannes…

Faut-il demander à l’Organisation Mondiale de la Santé d’appliquer ses protocoles ?
Faudra-t-il demander à l’ESA de construire une sonde « Rosetta 2 »
pour se poser sur la comète de Boko Haram ?

Deux ans sans avoir la moindre indication
de la localisation de près de 300 jeunes filles kidnappées ?
Vraiment ???

Mission-Rosetta-cinq-choses-a-savoir-sur-la-mission-de-Philae

 

 


Indignation No 3/4 : Quels jeunes Mr Wauquiez fréquente-t-il ?

14.04.16

 » On propose donc de donner 250 euros à des jeunes qui ne sont pas étudiants, pour des étudiants et des jeunes qui n’ont même pas commencé à travailler… »
Voilà ce que Mr Wauquiez, président de la région Rhone-Alpes-Auvergne, pense des décisions du gouvernement en faveur des jeunes ce 11 avril.
 » Des jeunes qui ne sont pas étudiants » vous vous rendez compte ? Est-ce à dire qu’un-e jeune qui n’a pas fait d’études supérieures mérite encore moins qu’un-e étudiant-e d’être aidé à trouver du travail ?
 » Des jeunes qui n’ont même pas commencé à travailler… » Mr Wauquiez mériterait un prix spécial du Jury du Grand Prix du Maire de Champignac:
Voir le site : http://www.distinction.ch/LD.Champignac/LD.champignac.candidats.htm

Une classe politique de minables…

Il faut être au contact d’étudiant-e-s qui, même au stade avancé de leurs études supérieures, déséspèrent de trouver non seulement un emploi, mais même un simple stage, qui plus est, indispensable pour valider leur formation.
Mr Wauquiez a-t-il été une fois avoir été sollicité par une étudiante (Master 2) de 27 ans, qui  suppliait de la prendre en stage, et qui proposait même de payer l’institution pour y faire un stage, « car il ne faut pas qu’il y ait un seul « trou » dans mon CV »...

Mr Wauquiez se rappelle-t-il de ce qui était apparu en 2005 sous le nom de « Génération Stagiaire ».
(…) Grâce à plusieurs enquêtes menées depuis 2006, on connaît les marges de progression d’année en année. En 2006, il y avait environ 800 000 stagiaires. En 2010, ils étaient 1,2 million, et selon notre dernière estimation, 1,5 million en 2011. Depuis la crise de 2008, on peut donc dire que le nombre de stagiaires a doublé. »(…)
Libération – 9 août 2013 (http://www.liberation.fr/societe/2013/08/09/aujourd-hui-le-stage-phagocyte-tout_923875

interns_not_slaves_youth_internship_jobs_credit-european-youth-forum_facebook


Indignation No 2/4 : Des mineurs étrangers non accompagnés par centaines

14.04.16

Des centaines et plus probablement des milliers de jeunes, encore mineurs, mais sans représentant légal, se présentent parmi les migrants.

MENA
source : http://www.tdg.ch

Est-ce qu’il y aurait un pays qui pourrait comprendre l’opportunité que représentent ces mineurs, à condition de les accueillir et de leur expliquer le « donnant-donnant » d’un droit d’asile ou d’un titre de séjour (apprentissage de la langue, pas d’infraction pénale, formation professionnelle), pour occuper un certain nombre de métiers pour lesquels la démographie locale est défaillante ? Sans grand risque de regroupement familial…
L’immense majorité de ces mineurs est prête à s’en tenir aux termes de marché proposé, dans leur intérêt comme dans l’intérêt du pays d’accueil.

                  Mais le bon sens, c’est probablement trop compliqué !!!

                          Qui osera ?


On préfère savoir qu’ils disparaissent (« ôte-toi de ma vue !« ) dans la clandestinité, pour ensuite grossir les budgets policiers et judiciaires afin de lutter contre le grand banditisme, ou de les retrouver chez Daesh ?


Indignation No 1/4 : L’Europe expire à Idomeni…

14.04.16

Depuis deux mois, 12 000 migrants et/demandeurs d’asile sont bloqués à Idomeni, à la frontière grèco-macédonienne. Arrivés avant la décision de fermer les frontières et ne pouvant imaginer de quitter la Grèce (pour aller où?), ils vivent depuis plusieurs mois dans des conditions déplorables et indignes.
Dimanche dernier (10.04.2016), il y eut 300 blessés au cours d’une émeute du désespoir, les policiers macédoniens ayant utilisé des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes sans discrimination sur hommes, femmes, enfants, vieillards… non armés.

GREECE-MACEDONIA-EUROPE-MIGRANTS

Si on considère comme acquis que les Etats sont des monstres froids, qu’ils n’ont ni sentiments, ni amis et que seuls leurs intérêts priment sur toute autre considération, alors on peut demander s’il n’y aurait pas par hasard un pays d’Europe qui se dirait que finalement ce serait bon pour son image internationale que de dire : « nous fermons nos frontières, comme les autres membres de l’Union Européenne, mais nous décidons de recevoir ces 12 000 migrants qui ont fui la mort et qui ont été piégés, en se trouvant par le hasard d’une date, devant une frontière close, par une décision prise début mars et applicable dans les 3 jours. »
Il n’y aura pas d’appel d’air, puisqu’il n’y aura pas d’ouverture de frontières…

Qui osera ?

A défaut, qui financerait un paquebot nommé « Exodus 2 »
pour les envoyer sur une île du Pacifique ?
Pitoyable Europe !!!

 


%d blogueurs aiment cette page :