Kader ATTIA, artiste « incarné »

18.07.15

imagesR7OGOZ3U
Source photo

Cet été 2015 s’est tenu, à Lausanne, au Musée des beaux-Arts, une exposition de l’artiste franco-algérien Kader ATTIA, dont il peut apparaître prétentieux, voire pompeux, de lui affubler l’adjectif « incarné »… Et pourtant, dans la litanie des expositions d’art contemporain, l’abstraction est telle qu’on se demande parfois si l’artiste existe.

Kader ATTIA, lui, existe bien, et nul mieux que le journaliste Philippe Dagens ne décrit (« Le Monde » du 16.07.15 – p.20) le saisissement et l’émotion que l’on éprouve en s’imprégnant de cette exposition  :

« Allégorique est l’installation « Asesinos! Asesinos! « faite d’une centaine de portes récupérées. Chacune a été sciée en deux dans le sens de la longueur et les moitiés réunies par une charnière, de sorte qu’elles tiennent debout en triangle. Il y a de portes plutôt nobles, d’autres lamentables, des vernies et des écaillées. Au sommet du triangle, un porte-voix ou un mégaphone est fixé. Aucun son n’en sort. Cette foule, tassée dans un espace à peine suffisant, paraît s’avancer en silence. La langue du titre donne à penser que ce pourrait être un cortège des  » folles de la place de Mai  » en Argentine ou d’autres victimes de dictatures latino-américaines. Le principal n’est pas là, mais dans la monumentalité oppressante et le mutisme du dispositif scénique. »

Publicités

Rocard :  » le vrai courage politique, ce serait de … »

11.08.13

Parfois on se dit que c’est étonnant à quel point les politiques s’expriment intelligemment … dès lors qu’ils ont quitté le pouvoir.
Cette remarque ironique ne s’applique pourtant pas à Michel Rocard, tel qu’il s’est exprimé dans une interview publiée par « France-Culture Papier » (été 2013), d’autant plus qu’il a fait la preuve de sa capacité de gestion intelligente lorsqu’il était Premier Ministre – et qu’il est donc crédible lorsque, dans cette interview, il remet les politiques à leur place :

             Question : «  Vous êtes en train de nous dire que vous n’accordez vous-même plus vraiment de crédit aux hommes politiques ?

            « Je suis plus critique vis-à-vis des grands universitaires, car c’est d’eux que devraient sortir les grands remèdes. Or, devant ces changements ultra-rapides que nous avons vécus depuis un demi-siècle, les savoirs se sont multipliés et intensifiés et plus personne ne peut posséder tout le savoir humain. (…) Les savoirs se sont spécialisés. Ma discipline qui s’appelle l’ « économie » est la plus ridicule des disciplines modernes, car elle n’a rien vu venir dans une crise qui est due pourtant à une mauvaise façon de penser l’économie. Elle a cherché à travers la mathématisation de ses enchaînements logiques à s’apparenter aux sciences dures pour essayer d’y gagner un égal respect.   C’était idiot, car la matière de base reste sociologique. L’économie s’est trompée, elle s’est coupée de la sociologie, de l’ergonomie, de la science du travail, de l’histoire et même de la politologie, de l’organisation du pouvoir.

            Isolée, (l’économie) nous a inventé un système fou, des paradigmes disant que le marché s’auto-équilibre. La nature s’est fâchée, elle est venue crier aux humains de mettre de la paix dans leurs affaires ; que nous disons des bêtises ; que ça ne se passe pas comme ça. L’économie est morte (…) de l’isolement de son propre savoir. C’est aux hommes de savoir qu’appartient la définition du diagnostic et surtout, du traitement : les politiques cueilleront les remèdes pour les vendre à l’opinion publique, rendra faisable et possible ce qui est jugé le meilleur par le savoir. Il redevient possible de demander aux politiques (…) une organisation de la vie collective. Ce métier doit toujours être fait, il est compliqué par la gravité de la crise.

           Mais la création de l’avenir, ne l’imputez pas aux politiques, s’il vous plaît ! Il ne faut pas oublier (…) que nous avons appris cet art de gouverner à l’abri d’un concept inouï, celui de la souveraineté nationale, du chacun chez soi. Il n’a que trois cents ans d’âge. (…) Mais la souveraineté nationale est maintenant à bout de course, parce que tous les problèmes que nous vivons nous sont communs : le désordre financier est mondial, l’endettement budgétaire excessif des Etats est  mondial, le chômage, l’impossibilité de faire fonctionner l’économie pour retrouver le plein emploi. Le réchauffement climatique  également n’a pas de frontière. Il faudrait gouverner à ce niveau-là, or il n’existe même pas les outils nécessaires. »

          « Le courage et l’imagination supposent des bases de départ concrètes que sont la connaissance et la compréhension., C’est du côté de la compréhension que pour le moment, nous sommes courts.(…) Ce n’est pas une crise, c’est vraiment autre chose, des phénomènes à traiter ensemble (émergence du chômage, précarité, pagaille financière, crise de la dette, réchauffement climatique), tout cela est un appel à l’intelligence, au travail intellectuel, il faudra peut-être du courage pour l’appliquer, mais le recours au courage ne sera nécessaire que quand nous aurons l’outil. »
           « Je pense profondément que la mise en cause de l’absolutisme et de la souveraineté nationale est l’urgence mondiale d’aujourd’hui. »

              Question : dans un sondage, 70% des sondés pensent que la France a besoin d’un chef et d’autorité. Ce sondage vous -t-il surpris ?

           « Hélas non ! Les sondés disent l’évidence, ils répondent naïvement avec la croyance que parce qu’il y aurait un seuls chef et beaucoup de pouvoirs attribués é ce chef, il serait éclairé, il comprendrait les mécaniques multiples qui, mondialement, jouent sur nous. Ce n’est pas vrai.
           L’art de gouverner ne peut être que collégial, par définition, par structure, par condition, pour capter la confiance et aussi l’information, fabriquer des analyses collectives, les outils d’analyse mentale pour en sortir. Mais voyez l’état de délabrement où l’opinion est laissée par le niveau actuel de l’information politique.
           Notre survie exige que nous sachions, tous ensemble, journalistes compris, donner la priorité au temps long, à la compréhension des mécanismes plutôt qu’à l’évènement. »

(source image)

*******

Par ailleurs, Michel Rocard est co-fondateur du
COLLECTIF ROOSEVELT
qui propose  » 3 chantiers prioritaires et 15 réformes  »
et auquel tout un chacun peut adhérer : voir le site
http://www.roosevelt2012.fr/


Clins d’oeil insolites lors d’une petite fugue à Rome

12.04.13

Dans une ville aux richesses innombrables
– et avec très peu de temps disponible –
il est presque plus reposant de se limiter
à quelques étonnements simples
qui accrochent le regard parfois de manière inattendue,
sans grand ambition culturelle…

*******

  Aux antiquités égyptiennes du Musée du Vatican :

DSC06107

********

Rit-il par ce qu’on le chatouille
ou crie-t-il parce qu’on lui enlève une écharde du talon ?

DSC06116

*********

Les chats de Rome mériteraient-ils donc une exposition ?

DSC06244

********

La bataille de Lépante, le 7 octobre 1571
(elle n’aurait donc duré qu’une journée ?)
où la flotte chrétienne a vaincu la flotte ottomane :

DSC06120

**********

Dans la Basilique St Pierre :
…ou comment mettre du vent dans les voiles avec du marbre !

DSC06187

**********

Plafond symbolisant le ciel,
en mosaïques de petites pierres;
peintes et posées une à une…

DSC06278

*********

Un immigré clandestin se serait-il planqué
sur un balcon de la façade de Sainte Marie-majeure ?

DSC06250

Que signifie cette peinture murale sinistre ?
… seule la Croix brise les idoles…

DSC06126

*********

La Pieta de Michel-Ange :
une jeune femme porte le corps de son fils de 33 ans ?

DSC06180

**********

La Place St Pierre suscite-t-elle des visions surréalistes ?

DSC06134

*********

Extrait d’un tableau du Caravage,
dans l’église St Louis des Français :
le message a l’air convaincant…

DSC06339

*********

Seule légende disponible :  » Un cardinal « …
…ou, mise à part la suggestion de l’âge,
la personne se dissout dans le costume de la fonction :

Fellini n’est pas loin.,..

DSC06130

***********

Dans les petites ruelles de Trastevere,
une annonce de restaurant :

DSC06242

 » Nous sommes contre la guerre et le menu Touriste « 
Comprenne qui pourra…

Bon appétit.

*************

PS : photos prises par l’Abrincate
au cours d’un bref séjour fin janvier 2013

A quoi sert la reconnaissance universelle ?

6.12.12

Le quotidien suisse « Le Temps », ainsi que « Le Monde », ont probablement révélé à beaucoup de lecteurs l’existence et la combat du Docteur congolais Denis MUKWEGE, infatigable médecin gynécologue et chirurgien d’une multitude de femmes et filles violées, martyrisées, humiliées, en République démocratique du Congo, dans une région qui a connu entre 3 et 4 millions de morts depuis vingt ans…

source photo

Le Docteur MUKWEGE , « avec de plus en plus de tristesse, inlassablement, arpente le monde et s’empare de toutes les tribunes qui lui sont offertes – ONU, Sénat américain,  Parlement européen, Maison Blanche, Downing Street – pour dénoncer ce qu’il qualifie de crime contre l’humanité. »

Menacé de mort, agressé maintes fois, kidnappé pour exécution à laquelle il échappe miraculeusement, il est soutenu par Amnesty International, Médecins du Monde, Physicians for HumanRights, la Fondation du Roi Baudoin, soutenus par des gouvernements qui demandent du gouvernement congolais d’assurer sa protection. Mis à l’abri, des villages entiers réclament son retour dans l’hôpital qu’il dirige…

Mais le Dr MUKWGE  est las :  » Las de parler dans le vide. Las de vouloir secouer en vain les consciences. las de raconter à toutes sortes d’auditoires la tragédie es femmes du Congo sans que rie se passe. Las de décrire les viols et tortures effroyables, de citer les chiffres à donner le tournis (500 000 femmes violées en vingt ans) sans qu’aucune volonté politique internationale ne s’exprime pour prendre de vraies mesures. Las aussi de recevoir de  prix et des hommages sans que les organisations gouvernementales envisagent de solutions autres que médicales :  » Comment est-il possible que les acquis de la civilisation reculent à ce point ? (…) Ils rivalisent de cruauté, ils sophistiquent la torture; je distingue leurs signatures dans les plaies des femmes. »…

Parfois on se demande à quoi cela sert-il d’être connu, reconnu, admiré, loué, récompensé tout autour de la planète pour constater que rien ne bouge en ce qui concerne les causes de telles tragédies collectives dont il ne peut que contribue à atténuer les effets ?
Notre monde de communication aurait-il secrété sa propre antidote à la mobilisation qu’elle devrait susciter ?
Ou bien est-ce…parce qu le problème ne concerne que … les femmes, et que ce sont les hommes qui sont coupables ?
Ou bien est-ce que par ce la justice ne peut pas fonctionner dans de tels contextes d’espace, d’insécurité, donnant ainsi le sentiment d’un impunité digne du retour à la jungle ?

 » Il a tenté de pendant des heures de reconstituer le vagin d’une petite fille de 3 ans que des sexes barbares avaient saccagé, lors d’un raid nocturne sur un village… »

Qu’il y ait guerre ou pas, le crime contre l’humanité est la qualification la plus légitime de ces crimes collectifs.
L’article 6 des statuts de la Cour Pénale internationale stipule : (…) On entend par crime contre l’humanité l’un quelconque des actes ci-après lorsqu’il est commis dans le cadre d’une attaque généralisée ou systématique lancée contre toute population civile et en connaissance de cette attaque : (…) Viol, esclavage sexuel, prostitution forcée, grossesse forcée, stérilisation forcée ou toute autre forme de violence sexuelle de gravité comparable ; (…)Autres actes inhumains de caractère analogue causant intentionnellement
de grandes souffrances ou des atteintes graves à l’intégrité physique ou à
la santé physique ou mentale. »
(…)

*********

Avec la même détermination et le même acharnement, un autre militant, dans la mesure des modestes moyens dont il dispose, fait son possible face à cette tragédie, pour financer les « Chambres foraines » dans cette même République Démocratique du Congo : Michel HOFFFMAN, fondateur de l’association VIVERE, soutient des ONG locales qui contribuent à organiser, avec l’accord du gouvernement congolais, des tribunaux mobiles pour juger les militaires (de l’armée régulière) qui ont commis des crimes de viol sur des femmes des populations qu’ils sont supposé protéger.
Toute l’explication et les moyens de soutenir cette action sont sur le site http://www.vivere.ch et notamment les témoignages indépendants selon lesquels ces tribunaux sont absolument conformes aux règles élémentaires de l’exercice de la justice selon les normes internationales.

source photo

source photo

Si la justice ne passe pas, tout se reproduira…

Email de contact :   contact@vivere.ch


Petite fugue au Tessin

26.08.12

Si un image vaut mille mots, ces 11 photos valent 11 000 mots sur la beauté du Tessin canton italophone du sud de la Suisse :


Petite fugue à Vienne…

29.04.12

Au détour de quelques heures glanées à l’occasion d’un déplacement professionnel à Vienne (Autriche), voici quelques flashes en vrac :

Un petit placard affiché sur une porte d’une salle de réunion de l’AIEA (Agence Internatinale de l’Energie Atomique) dont on ne sait si on doit s’en inquiéter ou le prendre comme rassurant…

*********

L’intérieur illuminé de la Stefanskirche, cathédrale de Vienne

********
Au Kunsthistorischesmuseum de Vienne :

« Portrait d’une inconnue »
de Gaspard de Crayer
(Flandres, 1630)

********

De Josef DANHAUSER,

« Portrait d’un enfant rebelle »
Vienne, 1835

*********

De Rembrandt

« Portrait d’une jeune fille  »
Amsterdam, 1632

********

De Jean FOUQUET

 » Portrait du juge Gonella « 
France, 1440

********

Et quelques échantillons de tableaux
captés au hasard d’une visite
au pas de charge…

********

********

**********

A détour d’une salle, un peintre local s’exerce à la copie…

tandis qu’à l’extérieur du Musée,
un autre artiste subjugue les passants …

Le secret  ?

***********

PS : toute les photos sont de l’Abrincate,
moyennant une surtaxe de 5 euros
pour prendre des photos sans flash
dans le Musée.


Mémorable traversée de la Baie du Mont-Saint-Michel

2.04.12

(Photos prises par l’Abrincate en août 2011)

Tous renseignements 
sur les traversées à pied
de la baie du Mont-Saint-Michel
sur le site :

http://www.decouvertebaie.com/site/FR/traversees.php?cat=5


%d blogueurs aiment cette page :