Etait-ce cela, l’objectif de l’Union Européenne ?

8.07.15

Si vous avez compris le problème posé par la Grèce, c’est qu’on vous a mal expliqué…

Il n’est pas exclu que les choses soient plus simples qu’il n’y paraisse.
Il semble que peu importe que l’économie d’un peuple membre de l’UE s’effondre, si les règles du « système » sont respectées. Peu importe que le plus grand hôpital d’Athènes  commence à connaître des pénuries.
Sans se poser la question de savoir pourquoi le « système » de la construction européenne (s’il y en a un…) permet – et veut – qu’un peuple soit laissé ainsi à l’abandon. Est-ce un objectif de la construction de l’Union Européenne ?
Peut-être que le gouvernement Tsipras est nul, mais que valaient (et qui a « arrosé » pendant des décennies) les gouvernants grecs précédents ?

Toujours est-il que si les majorités des peuples allemand et grec se méprisent copieusement, on apprend … »la fuite croissante des dépôts (bancaires) qui, depuis 2010, (s’élève) à plus de 100 milliards, (qui) seraient partis vers l’étranger, en particulier vers l’Allemagne « . (« Le Monde – 7.07.15 – page 7 –  article signé Anne Michel).

De plus ce jour, on apprend (8-07-15) que « La Croix-Rouge allemande est prête à apporter rapidement une aide humanitaire à la Grèce, en état d’urgence financière, et qui rencontre déjà des «difficultés dans les soins médicaux», selon le porte-parole de l’organisation, Dieter Schütz.

Résultat de recherche d'images pour

Même si on ne comprend plus rien, on retiendra cependant le proverbe iranien :  » L’argent c’est comme la fumée de cigarettes, ça monte toujours et ne redescend jamais « .

Quelques effluves de vents mauvais répandent aussi des odeurs de vautours chez les traders, boursicoteurs, spéculateurs et autres bandits manchots en tous genres, avec des propos du genre « plus le chaos sera grand, plus on s’enrichira« . La stratégie du choc, ou celle du  » chaos créatif  » … On va finir par croire que Mélenchon a raison…

source photo

On se rappellera que « T.I.N.A » était le petit nom de Margaret Thatcher ; « There Is No Alternative »- Or, précisément, dans cette cacophonie médiatique hyper-saturée, on a aussi pu entendre une petite voix d’une femme originaire de l’ex-Allemagne de l’Est qui disait : « On a grandi et vécu sous le régime communiste qui ne cessait de nous dire qu’il n’y avait pas d’alternative au régime. Le communisme s’est effondré, et maintenant c’est Bruxelles qui vient nous dire qu’il n’y a pas d’alternative à l’austérité… Si on s’est libéré du communisme, c’est bien en adhérant aux soi-disant « valeurs » d’un régime démocratique, comme une des conditions de la prospérité, dans lequel c’est le peuple qui choisit souverainement. Il devrait donc toujours y avoir des options, des alternatives, non ? « 

« Bruxelles 2015 » = « Moscou les années 50  » ?
« Hôpital public est-allemand en 1950″ = Hôpital d’Athènes en 2015 » ?

Publicités

Rocard :  » le vrai courage politique, ce serait de … »

11.08.13

Parfois on se dit que c’est étonnant à quel point les politiques s’expriment intelligemment … dès lors qu’ils ont quitté le pouvoir.
Cette remarque ironique ne s’applique pourtant pas à Michel Rocard, tel qu’il s’est exprimé dans une interview publiée par « France-Culture Papier » (été 2013), d’autant plus qu’il a fait la preuve de sa capacité de gestion intelligente lorsqu’il était Premier Ministre – et qu’il est donc crédible lorsque, dans cette interview, il remet les politiques à leur place :

             Question : «  Vous êtes en train de nous dire que vous n’accordez vous-même plus vraiment de crédit aux hommes politiques ?

            « Je suis plus critique vis-à-vis des grands universitaires, car c’est d’eux que devraient sortir les grands remèdes. Or, devant ces changements ultra-rapides que nous avons vécus depuis un demi-siècle, les savoirs se sont multipliés et intensifiés et plus personne ne peut posséder tout le savoir humain. (…) Les savoirs se sont spécialisés. Ma discipline qui s’appelle l’ « économie » est la plus ridicule des disciplines modernes, car elle n’a rien vu venir dans une crise qui est due pourtant à une mauvaise façon de penser l’économie. Elle a cherché à travers la mathématisation de ses enchaînements logiques à s’apparenter aux sciences dures pour essayer d’y gagner un égal respect.   C’était idiot, car la matière de base reste sociologique. L’économie s’est trompée, elle s’est coupée de la sociologie, de l’ergonomie, de la science du travail, de l’histoire et même de la politologie, de l’organisation du pouvoir.

            Isolée, (l’économie) nous a inventé un système fou, des paradigmes disant que le marché s’auto-équilibre. La nature s’est fâchée, elle est venue crier aux humains de mettre de la paix dans leurs affaires ; que nous disons des bêtises ; que ça ne se passe pas comme ça. L’économie est morte (…) de l’isolement de son propre savoir. C’est aux hommes de savoir qu’appartient la définition du diagnostic et surtout, du traitement : les politiques cueilleront les remèdes pour les vendre à l’opinion publique, rendra faisable et possible ce qui est jugé le meilleur par le savoir. Il redevient possible de demander aux politiques (…) une organisation de la vie collective. Ce métier doit toujours être fait, il est compliqué par la gravité de la crise.

           Mais la création de l’avenir, ne l’imputez pas aux politiques, s’il vous plaît ! Il ne faut pas oublier (…) que nous avons appris cet art de gouverner à l’abri d’un concept inouï, celui de la souveraineté nationale, du chacun chez soi. Il n’a que trois cents ans d’âge. (…) Mais la souveraineté nationale est maintenant à bout de course, parce que tous les problèmes que nous vivons nous sont communs : le désordre financier est mondial, l’endettement budgétaire excessif des Etats est  mondial, le chômage, l’impossibilité de faire fonctionner l’économie pour retrouver le plein emploi. Le réchauffement climatique  également n’a pas de frontière. Il faudrait gouverner à ce niveau-là, or il n’existe même pas les outils nécessaires. »

          « Le courage et l’imagination supposent des bases de départ concrètes que sont la connaissance et la compréhension., C’est du côté de la compréhension que pour le moment, nous sommes courts.(…) Ce n’est pas une crise, c’est vraiment autre chose, des phénomènes à traiter ensemble (émergence du chômage, précarité, pagaille financière, crise de la dette, réchauffement climatique), tout cela est un appel à l’intelligence, au travail intellectuel, il faudra peut-être du courage pour l’appliquer, mais le recours au courage ne sera nécessaire que quand nous aurons l’outil. »
           « Je pense profondément que la mise en cause de l’absolutisme et de la souveraineté nationale est l’urgence mondiale d’aujourd’hui. »

              Question : dans un sondage, 70% des sondés pensent que la France a besoin d’un chef et d’autorité. Ce sondage vous -t-il surpris ?

           « Hélas non ! Les sondés disent l’évidence, ils répondent naïvement avec la croyance que parce qu’il y aurait un seuls chef et beaucoup de pouvoirs attribués é ce chef, il serait éclairé, il comprendrait les mécaniques multiples qui, mondialement, jouent sur nous. Ce n’est pas vrai.
           L’art de gouverner ne peut être que collégial, par définition, par structure, par condition, pour capter la confiance et aussi l’information, fabriquer des analyses collectives, les outils d’analyse mentale pour en sortir. Mais voyez l’état de délabrement où l’opinion est laissée par le niveau actuel de l’information politique.
           Notre survie exige que nous sachions, tous ensemble, journalistes compris, donner la priorité au temps long, à la compréhension des mécanismes plutôt qu’à l’évènement. »

(source image)

*******

Par ailleurs, Michel Rocard est co-fondateur du
COLLECTIF ROOSEVELT
qui propose  » 3 chantiers prioritaires et 15 réformes  »
et auquel tout un chacun peut adhérer : voir le site
http://www.roosevelt2012.fr/


Cours d’économie contemporaine …

11.04.13

 » Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c’est une crise.
Depuis que je suis petit, c’est comme ça… »

 » Un crédit à long terme,
ça veut dire que moins tu peux payer, plus tu payes. »

« Je vais vous expliquer le principe de base de l’économie :
donne-moi ta montre, et quand tu as besoin de l’heure, moi je te la dis ! »

Coluche

                                                       ************

 » Il faut prendre l’argent là où il est : chez les pauvres. Ils n’ont pas beaucoup d’argent, mais il y a beaucoup de pauvres. « 

Alphonse Allais
 Alphonse Allais , natif de Honfleur .
*************
 » S’il est périlleux de tremper dans une affaire suspecte, il l’est encore davantage de s’y trouver complice d’un grand : il s’en tire, et vous laisse payer doublement, pour lui et pour vous. « 
Jean de La Bruyère
 
*************
 » Si d’ordinaire on ne distingue pas capitalisme et économie de marché, c’est que l’un et l’autre ont progressé du même pas, du Moyen- Âge à nos jours, et que l’on a souvent représenté le capitalisme comme le moteur de l’épanouissement du progrès économique. « 

Fernand Braudel
 
************
 » Du faible au fort, ce serait voler ;
du fort au faible, c’est seulement s’approprier le bien d’autrui. »

Jean-Jacques Rousseau
************
 » C’est une règle de prudence vulgaire, lorsqu’on est parvenu au faîte de la grandeur, de rejeter l’échelle avec laquelle on l’a atteint, afin d’ôter aux autres les moyens d’y monter. »

Friedrich List
***********
 
 » Le vrai satellite artificiel, c’est la masse des monnaies flottantes qui encercle la terre de sa ronde orbitale. La monnaie devenue artefact pur, d’une mobilité sidérale, et d’une convertibilité instantanée, a enfin trouvé sa vraie place, plus extraordinaire que le Stock Exchange : ­l’orbite où elle se lève et se couche comme un soleil artificiel. »
Jean Baudrillard
**********
 » La situation devient sérieuse lorsque l’entreprise n’est plus qu’une bulle d’air dans le tourbillon spéculatif. »

John Maynard Keynes

**********

 » Les profits sont le sang vital du système économique, l’élixir magique sur lequel repose tout progrès. Mais le sang d’une personne peut être le cancer pour un autre. »

Paul Samuelson

***********

 » Pourquoi les banquiers n’épousent jamais leur maîtresse ?              
Pour ne pas transformer une action en obligation. « 

http://lewebpedagogique.com/maule64/

***********

 » Naturellement, ce sont les régimes communistes qui encagent tout et chacun dans un totalitarisme lugubre. Mais le capitalisme lui aussi d’une autre façon, sous d’autres formes, empoigne et asservit les gens. Comment trouver un équilibre humain pour la civilisation, voilà la grande question de ce siècle ! « 

(Charles De Gaulle, « Mémoires d’espoir », entretien avec Michel Droit en juin 1968).


Combien cela coûtera-t-il si on ne fait rien ?

11.04.13

La communauté internationale s’est donné les « Objectifs du Millénaire » pour aboutir en 2015 à réduire de moitié la proportion de la population mondiale qui souffre de la faim et dont le revenu individuel est de moins de 1 dollar par jour, pour garantir l’éducation primaire pour tous, réduire de deux tiers les mortalités maternelle et infantile,  mais aussi pour inverser la tendance à la déperdition des ressources environnementales.

La population mondiale des moins de 18 ans est estimée à 2,2 milliards d’individus, dont 1,2 milliard d’enfants de moins de 9 ans et un milliard de 10 à 18 ans.

Le manque d’accès à l’eau potable et à l’assainissement est la première cause de mortalité dans le monde.

Treize millions d’hectares de forêts naturelles sont annuellement détruits et convertis en terres agricoles, avec toutes les conséquences sur le cycle de l’eau, l’érosion des sols et la diversité biologique. Les changements climatiques modifient les rythmes et les conditions de la vie quotidienne, dans les domaines nutritionnels, médicaux ou éducatifs, surtout lorsqu’ils entraînent les déplacements de population et les migrations au niveau international.

La gravité et l’urgence de la situation sont globales alors que la volonté politique, les lois et règlements, ainsi que les moyens relèvent des Etats et résultent de leurs négociations. Mais la question est désormais posée de la légitimité d’un développement conçu selon le modèle occidental de croissance économique. Le concept traditionnel de croissance n’est plus considéré la seule forme de développement : les systèmes de pensée globale doivent s’adapter à l’urgence, à l’imprévisibilité et à la complexité de problèmes globaux qui ne peuvent être traités que par les apports respectifs des cultures et modes de vie de sociétés diverses, afin d’éviter la destruction progressive de l’environnement.

source photo

A ces données objectives et à leurs conséquences prévisibles s’ajoutent des discours idéologiques selon lesquels seul « le marché » garantirait l’accès du plus grand nombre aux bienfaits du développement : dans cette optique, l’Etat constituerait un obstacle par incompétence et volonté de régulation, y compris au niveau international, par l’établissement des normes et conventions multilatérales contraignantes fondés sur des droits universels.

Les droits humains fondamentaux ne peuvent être effectivement garantis que si l’Etat dispose des moyens de réguler et contrôler leur application. Ce sont les droits imprescriptibles de tous les enfants d’une communauté : ils ne peuvent en aucun cas être programmés et gérés sur la seule base des capacités financières des familles. L’UNICEF a toujours considéré les frais d’inscription et le coût de la scolarisation des enfants comme une forme inacceptable d’ « impôt sur le développement »  pour leurs familles. L’idée répandue que l’instruction et la santé doivent être gérés sur le principe « utilisateurs-payeurs » (ou encore « faire des études est un enrichissement qu’il faut payer ») est évidemment contradictoire avec l’exigence d’universalité et de qualité de l’éducation et de la santé de base.

–  l’Etat porte la responsabilité de l’intérêt collectif quant aux nécessaires investissements à long terme, tandis que le marché est, par définition, la recherche la plus rapide du profit à court terme. Soumis aux fluctuations de la Bourse et de la rentabilité la plus rapide, il ne gère la rareté qu’au bénéfice d’une minorité disposant de moyens, et au prix d’une explosion des inégalités. Le secteur privé, comme les acteurs de la société civile (non-étatique) ont un rôle vital dans la mise en œuvre de ces droits : mais l’Etat en est le garant et le seul redevable devant sa propre population et devant les instances internationales de suivi.

– si la nature est une richesse, elle n’est pas une marchandise : on ne peut monétiser et commercialiser que ce qui est produit par des investissements et du travail humain, à partir des ressources naturelles. Pour quels intérêts faudrait-il commercialiser l’air respirable ? Si les ressources naturelles sont commercialisables, quelle gouvernance mondiale en fixerait et contrôlerait les règles de concurrence ?

Conseil des Ministres des Iles Maldives … sous l’eau
(Octobre 2009)

– la notion de « biens publics » doit sanctuariser certains investissements et services (éducation, eau, santé, etc) dans le sens de cette définition : « un bien public est un type particulier de consommation correspondant au cas où la disponibilité d’un bien pour un individu n’exclut pas sa disponibilité pour d’autres (non-rivalité) et où le fournisseur du bien ne peut empêcher personne de le consommer. »

– il faut en appeler à la responsabilité individuelle des citoyens informés : « La transition écologique ne peut se faire qu’au prix d’une modification de nos habitudes, vers un mode de vie plus sobre et moins dispendieux.”

– au lieu de se demander sans cesse « Combien cela coûte-il ? » (et toujours répondre que cela coûte trop cher), la question serait aussi immédiatement légitime : « Combien cela coûtera-t-il si on ne fait rien ? ». Les bénéfices d’une meilleure prévention en santé publique et d’une amélioration du système éducatif pour l’ensemble de la population sont profitables à toute la société, y compris pour l’adaptation de son économie à un environnement international de plus en plus concurrentiel et globalisé.


Face à la crise, des jeux, des jeux, des jeux…

22.06.12

Aviez-vous remarqué que parmi les multiples symptômes de la crise financière, économique,etc… on n’entend parler que de désindustrialisation, de plans sociaux, de fermetures d’usine, de licenciements par milliers, de délocalisations, et toute la litanie des termes qui disent la crise en même temps qu’elles cherchent à la masquer…
Personne n’a jamais entendu dire que le tournoi de Wimbledon était menacé, que la Pologne et l’Ukraine avaient les plus grandes difficultés à boucler les travaux de l’Euro 2012, que le Grand Prix de Formule 1 du Canada risquait la faillitte…

Pendant la crise, le sport occupe la façade: après Roland Garros, c’est l’Euro 2012 qui accompagnera le tournoi de Wimbledon, juste avant le Tour de France, qui sera immédiatement suivi des Jeux Olympiques de Londres…

Tous les budgets sont donc disponibles, l’argent des sponsors coule à flots…

Si vous avez la patience de butiner dans les informations ci-dessous, vous serez peut-être effaré-e de certains chiffres, mais vous comprendrez peut-être aussi , par le dernier paragraphe, que, malgré la fête, les Jeux Olympiques peuvent être une catastrophe pour tout un peuple… 

Où sont les Indignés ? devant la télé ?

*******

Dans le  » Financial Times  » du 16 juin dernier (page 24, en haut à gauche…), on apprend que « British Sky Broadcasting » et  » British Telecoms » ont déboursé 3 milliards de Livres (3,718 milliards d’euros) pour la diffusion en direct des matches de la Ligue 1 anglaise pour 3 saisons à partir de 2013/14, c’est à dire 70 % de plus que le contrat en cours.
Cela fera 6,5 millions de livres (8 millions d’euros) par match diffusé.

Vingt clubs en bénéficieront pour payer les salaires des joueurs, en priorité les joueurs d’élite. Et l’article ajoute :  » There is a lot of class hypocrisy in the UK over the enormous financial rewards for working class boys who play fottball. But they are good at what they do and they get paid the going rate for doing it.
The rest of us are just in the wrong job. »

« Il y a beaucoup d’hypocrisie de classe au Royaume-Uni à propos des énormes rémunérations pour des jeunes de la classe ouvrière qui jouent au football. Ils sont excellents dans ce qu’ils font. Ils sont bien payés pour ce qu’ils font. Nous autres, nous nous sommes trompés de métier. »

Les contrats de diffusion pour les chaînes européennes révèlent les montants suivants :

Italie (Série A) : 2,1 millions euros par match.
Allemagne (Bundesliga) : 2,1 millions euros par match
France (Ligue 1) : 1,6 million euros par match
Espagne (La Liga) : 1,3 million euros par match

Comme chacun sait, il n’y pas de crise économique en Angleterre.
Il y a simplement une petite chaleur printannière des étudiants qui manifestent conte le triplement des frais d’inscription à l’Université.

********

Combien coûte/rapporte le tournoi de Roland Garros ?

Sur le site  « Journal du Net », on apprend que
 » Le tournoi rapporte donc beaucoup d’argent. Que fait la FFT des 47 millions  d’euros de recettes ? « Nous ne faisons aucun bénéfice, précise Jean-François  Villotte. Tout est distribué aux ligues, comités, clubs, aux activités fédérales  et à la direction technique. » La réussite du tournoi fait donc vivre le tennis  amateurs et professionnel dans l’Hexagone.
(…) Avec ses 22 millions d’euros, la billetterie compte pour 19 % du budget.
(…) 15 millions d’euros de dotations rémunèrenent les sportifs. Avec une nouveauté en 2007 : la parité. Les vainqueurs des tournois féminin et masculin empochent pour la première fois la même récompense : un million d’euros chacun.
(…)De 14 290 euros pour une défaite au premier tour à 1 million d’euros pour les vainqueurs des simples.
(Et donc le joueur éliminé dès le premier match touche 15 000 euros ?  Cela coûte 15 000 euros pour dire à un joueur :  » Merci d’être venu »  ?)


*******

Un Grand Prix de Formule 1 en France en 2013 ?

Sur le site  » Tour de Chauffe « , on apprend : « (…) Reste à trouver les financements, soit 25 millions d’euros entre le coût du plateau et les frais d’organisation. Pas simple. D’autant que le contrat type proposé par Ecclestone ne laisse aux pays hôtes que les seules recettes de billetterie, bien insuffisantes pour éviter un déficit. Mais la facture pourrait être allégée par une alternance entre les Grands Prix de France et de Belgique.

Combien gagne le vainqueur d’un Grand prix de Formule 1 ?
On apprend sur cette page :
 » Kimi Raikonen a gagné 40 millions de dollars par an, et il n’a gagné aucun championnat dans l’année. »

Le pilote de Formule 1, Fernando Alonso, « gagne 30,000,000 € par an  cela représente 2,500,000 € par mois,  638,298 € par semaine ou 127,659.57 € par jour!

*****

Combien coûte l’organisation de l’Euro 2012 en Pologne et Ukraine ?

Réponse :  » Le budget de la manifestation est estimé actuellement à 44 milliards d’euros dont 25 uniquement pour la Pologne. Pologne Le 85% du budget sera consacré à l’amélioration de l’infrastructure que cela soit au niveau des moyens de transports (poste le plus important)

Pologne
Le 85% du budget sera consacré à l’amélioration de l’infrastructure que cela soit au niveau des moyens de transports (poste le plus important avec la construction d’autoroute et des voies ferrées) ou des stades. La ville de Varsovie va investir 250 millions d’euros pour la construction d’une nouvelle ligne de métro.
Au niveau du financement, le fond de financement de l’Union Européenne devrait couvrir le 20% des frais des projets liés au infrastructures. Le reste sera pris en charge par l’état polonais.

Ukraine
6.8 milliards d’euros seront investis pour la rénovation ou la construction d’infrastructures avec en outre le stade de Kiev qui accueillera la finale. »

Le stade de Kiev (Ukraine)

******

Le Tour de France ?

 » 22 équipes au départ : en moyenne, une équipe présente sur le Tour de France s’aligne avec un budget de 9,2M€. »
Rabobank : 15M€ de budget .(…) Ils paient très cher leurs leaders (Cavendish, Gesink, Karpets…). Saxo Bank engloutit d’ailleurs une  partie de son budget (7M€) dans le salaire d’Alberto Contador de même que la nouvelle équipe Leopard Trek doit assumer les deux salaires des frangins Schleck et du Suisse Cancellera. Raison pour laquelle l’équipe luxembourgeoise aligne le quatrième plus gros budget de ce Tour de France 2011 avec 13M€.

Sur le site « Pronostics » : Pour le Maillot Jaune, un million d’euros sont versés, pour le Maillot Vert, 145.400 euros et 106.750 euros pour le Maillot à pois. »


source photo

*******

Jeux Olympiques ?

Dans le « Journal Canadien des Affaires« , on apprend ceci :

 » L’exemple célèbre est celui de Montréal, la ville qui a pris 30 ans pour rembourser ses 1,5$ milliards de dette des Jeux olympiques de 1976.
Une autre est Athènes, où les contribuables ont encore du mal à rembourser les milliards dépensés pour les Jeux de 2004, une facture qui a fini par être plus de cinq fois son estimation initiale.
Et puis il y a Nagano, au Japon, qui a tant dépensé pour les Jeux d’hiver de 1998, et soulevé tant de soupçons, que les organisateurs olympiques ont brûlé leurs dossiers financiers.

(…) Même pour les villes qui affirment être rentrées dans leurs frais, de nouvelles recherches démontrent le contraire. Pour certains hôtes, les coûts annuels d’opérer d’énormes installations sportives mènent à l’endettement. À Sydney, en Australie, par exemple, l’estimation des coûts à long terme est de 2,3$ milliards pour exploiter le Stade Olympique de 90 000 places. Et en 2005 — un an après ses Jeux d’été— Athènes a rapporté que les coûts annuels d’entretien sur les installations olympiques étaient de  124$ millions. Pendant ce temps, la plupart de ces installations restent sous-utilisées.

 

*********

 


 » Le bruit qu’on fait et le fric qu’on gagne « 

22.06.12

Dans un article du « Monde » daté du 15 juin et signé par Anne Michel, le rideau s’est entrouvert sur l’état d’esprit qui anime (!) une partie de nos élites, en général soucieuses, comme on l’a vu pendant les dernières campagnes électorales, de « rassembler autour de nos valeurs » (sic) :

 » En pleine tempête financière dans la zone euro, le Crédit agricole a annoncé, mercredi 13 juin, l’arrivée prochaine de Xavier Musca, l’ex-secrétaire général de Nicolas Sarkozy à l’Elysée, comme directeur général délégué.(…)

M. Musca, ancien Directeur du Trésor de 2005 à 2009, qui fut de tous les grands sommets internationaux depuis 2009, aura la responsabilité de l’activité de banque de détail à l’international, des assurances et de la gestion d’actifs. Ce portefeuille inclut l’Italie, le Maroc, la Pologne et surtout la Grèce, et la filiale Emporiki qui empoisonne la vie du groupe depuis des mois. (…Il) a accepté, considérant que cette fonction s’inscrivait dans la continuité de sa carrière et que le cas grec, ajouté aux réformes bancaires à venir, représentait un défi intéressant.

(…) Au passage, M. Musca fait un pied de nez au gouvernement socialiste. (…Il) s’est vu refuser, en mai, la seule fonction qui l’intéressait, la direction générale de la Caisse des dépôts et consignations.(…) En outre, M. Musca a peu goûté le manque d’entrain manifesté par le chef de l’Etat pour le recevoir.

(…) Pour M. Musca, le Crédit agricole représente une véritable inflexion de carrière, son premier poste dans le secteur privé. (…Il) devra se faire aux subtilités de la gouvernance mutualiste, composée de multiples baronnies régionales. »

source photo

Donc on comprend :

– que Mr Musca trouve qu’après tant d’années dans le service public au service (du chef) de l’Etat, être « promu » gestionnaire des portefeuilles d’assurance au Crédit Agricole s’inscrit « dans la continuité de sa carrière », ce qui en dit long sur les navettes entre privé et public en France et sur le naturel affiché par la caste des Intouchables…;

– que « le cas grec est un défi intéressant » : les risques de crise grave au niveau de toute l’Europe ne devraient donc pas l’empêcher de dormir (de toute façon, Mr Musca « fait partie de la Haute » qui s’en sortira toujours….) Pour parodier Michel Foucaul, « le malheur des hommes ne devrait jamais être le reste muet » de l’ingéniérie financière (sic) de tous ces petits roquets de la Bourse.

– que Mr Musca a été froissé du « manque d’entrain du Chef de l’Etat à le recevoir« . Chochotte …!  On va verser une larme. Il peut toujours envoyer un twit à la Première Girlfriend.

qu’il devra se faire aux « subtilités  d’une gouvernance mutualiste, composée des baronnies régionales ». Puisque Mr Musca « a été de tous les Sommets internationaux depuis 2009 », il ne devrait pas perdre sa dignité à s’asseoir avec le Directeur de la Caisse Régionale du Crédit Agricole de Basse-Normandie. »

Bref, quand on pressent ainsi l’état d’esprit avec lequel toute cette caste a géré le pays ces dernières années, on se dit qu’on a eu raison de balayer tout ce petit monde, à commencer par le Chef, Mr Sarkozy. Ce dernier avait d’ailleurs précisé, dès sa prise de fonctions en 2007, qu’après son mandat, il partira « faire du fric« , eh bien voilà qui est fait, depuis cette semaine : il est apparu, affable et reposé, au Conseil Constitutionnel, où, comme le rapporte  » Le Monde  » du 21.06.12 :

 » (Son) indemnité, de 12 000 euros mensuels, est diminuée de moitié si le membre du Conseil exerce par ailleurs une activité professionnelle compatible avec les statuts (…) mais Nicolas Sarkozy n’a pas à ce jour déclaré d’activité. »

Probablement, il réfléchit.
Evidemment, aujourd’hui avec 12 000 euros par mois, t’as plus rien… même si ça paye le sel…
Ah, si Mr Musca (un salaire à combien de zéros ?) lui dénichait un poste à 120 000 euros par mois pour inventer le moyen de « mutualiser les pertes espagnoles avec les clients français » en leur disant évidemment de « se rassembler autour des valeurs », Mr Sarkozy pourrait ainsi s’abstenir de siéger au Conseil Constitutionel, s’il devait discuter d’une QPC (« Question préalable de constitutionnalité« ) par exemple sur le financement des campagnes présidentielles… même s’il en connaît un rayon. 

source photo

*****

 » Pour eux, une vie ce n’est qu’une carrière et du travail,
rien d’autre qu’un moyen de parvenir.
Ce qu’ils appellent réussite,
c’est le bruit qu’on fait
et le fric qu’on gagne. »

Simone de Beauvoir
(Les Mandarins – 1954)


Qu’est-ce que le développement durable ?

20.06.12

Le développement durable est « un développement harmonisé de l’ensemble des sociétés des diverses régions du monde, orienté sur une croissance riche en emplois, économe en ressources naturelles et renouvelables, soucieux d’équité et de cohésion sociale visant à l’accès pour tous à une haute qualité de vie répondant aux besoins présents, sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs. »(à partir du Glossaire de l’Organisation Internationale de la Francophonie)

source photo 

La définition traditionnelle et occidentale de la croissance n’est plus le paradigme universel du développement. L’imprévisibilité et la complexité des problèmes posés par la destruction progressive de l’environnement obligent les Etats à définir et négocier une approche internationale concertée, qui tienne compte de la diversité des cultures et traditions, tout en étant fondée sur les droits humains fondamentaux.

source photo

Il faut désormais considérer :

que les droits humains fondamentaux ne peuvent être effectivement garantis que si l’Etat dispose des moyens de réguler et contrôler leur application, car il porte la responsabilité de l’intérêt collectif quant aux nécessaires investissements à long terme, notamment dans l’éducation et la santé, tandis que le marché ne gère la rareté qu’au prix, à de degrés divers, d’une explosion des inégalités ;

– que si la nature est une richesse, elle n’est pas une marchandise. Les ressources naturelles ne sont pas commercialisables, pas plus que le droit de les détruire, sachant par ailleurs qu’aucune instance internationale de régulation ne serait en mesure d’encadrer ce marché en donnant la priorité à  la sauvegarde des ressources pour les générations futures ;

–  que les citoyens doivent être conscients de leur responsabilité individuelle dans leurs comportements quotidiens, et notamment les enfants et jeunes fréquentant les établissements éducatifs ;

– que les raisonnements économiques doivent intégrer le coût des conséquences à long terme de l’absence de prévention et de protection de l’environnement pour la future génération, et pas seulement le coût de l’utilisation sans limites des ressources naturelles et énergétiques pour un profit immédiat.

source photo 

L’action doit être fondée sur une approche « droits humains, qui ne se réduit pas à la seule évaluation des besoins, mais l’octroi des moyens d’y subvenir sur la base de droits fondamentaux, négociés et ratifiés par les Etats, qui en sont à la fois la source et les garants, sans en être les acteurs exclusifs. Ces droits humains sont des outils universels, indivisibles et interdépendants qui favorisent l’égalité des chances et l’intégration  sociale de toutes les générations.

Il n’y a de développement durable que dans une organisation sociale en recherche d’efficacité, d’équité et de solidarité, avec la participation active d’une société civile formée et informée, qui exerce ses libertés d’expression, d’association et d’initiative.

source photo

L’action sociale au bénéfice des populations les plus vulnérables n’est pas une activité secondaire pour une population marginale. Si tous les enfants d’une classe d’âge ont des droits, dont  l’égalité des chances en matière de santé et d’éducation, le travail social y contribue de manière vitale, et non pas selon une vision condescendante ou compassionnelle.

« Si les normes élémentaires de l’équité sociale ne sont pas respectées, le tissu social commence à se défaire et l’intolérance politique s’installe, créant un climat qui décourage l’investissement. De sorte que, loin d’être une conséquence de la réussite économique, le développement social (est) une condition essentielle dont dépendent la viabilité et l’efficacité de l’économie de la région. »  (Déclaration du Sommet Mondial de Copenhague sur le développement humain – 1995)

Il est inacceptable que la majeure partie des populations souffrant de la faim de manière chronique vive en milieu rural et agricole. La lutte contre « la faim dans le monde » progressera par l’équilibre des chances données aux agricultures locales de subvenir aux besoins nutritionnels de la population dans son milieu naturel et communautaire.

source photo

La « victoire » de l’allaitement maternel sur les nourritures artificielles importées à grand renfort de publicité dans les pays les plus pauvres est une victoire du développement durable sur l’intérêt commercial à court terme, grâce à la vigilance de la société civile et de beaucoup de professionnels de la santé.

Les valeurs porteuses d’une approche sérieuse du développement durable doivent être intégrées dans le système éducatif. Que ce soit dans l’éducation, formelle, non formelle et fonctionnelle, la prévalence de la pérennité la vie sur le profit, de la solidarité sur la concurrence, de la participation sur l’autoritarisme, de la loi commune sur les privilèges, de l’appréhension de la complexité sur le simplisme médiatique, de la notion de bien public sur la seule propriété privée, et des investissements pour les services publics à long terme sur la commercialisation généralisée à profit immédiat. L’éducation doit développer chez les enfants le goût de la complexité (contre les préjugés), du débat (contre l’intolérance), de l’initiative (contre le fatalisme), avec des outils permettant de former leurs opinions et de les confronter avec celles des autres.


%d blogueurs aiment cette page :